Rendez-moi ma virginité !

— Bastien
/ PS3 / Gran Turismo 5 : ZE test

Gran Turismo 5 : ZE test

Gilles E le 7 décembre 2010
thumbnail
thumbnail_small

Nous sommes une soirée de novembre, en 2007. Il fait froid, le vent souffle et la pluie s’abbat violemment sur mes fenêtres. Je suis seul devant mon ordinateur, je n’ai pas de Playstation 3, ni de Gran Turismo tout ce que j’ai c’est Trackmania, la version gratuite évidemment.
Au détour d’un ou deux sites web, je tombe sur une énigmatique vidéo où les lettres G et T apparaissent. Ni une ni deux, j’enquête sur le sujet et apprends qu’un Gran Turismo 5 Prologue ne devrait pas tarder à sortir et il serait suivit dans un délai « plus ou moins » court de Gran Turismo 5. Le choc !
J’avais maintenant deux bonnes raisons d’acheter la Playstation 3, Fifa 08 et  GT 5. La semaine d’après, direction la grande surface la plus proche pour me procurer la bête noire. Quelques dizaines de jours plus tard, je disposais également de Gran Turismo 5 Prologue. Je n’en fis qu’une bouchée et remerciais Polyphony pour cet avant-goût. J’entrepris alors d’attendre le grand frère. J’ai attendu, encore, et encore.
Presque trois ans plus tard, après maintes et maintes remises, il était là, dans ma main, prêt à être happé par ma PS3 tel un agneau par un loup affamé dans la pénombre d’une prairie.
Je vous passe les premières impressions, rendez-vous ici pour les relire. Entrons dans le vif du sujet, prenons place dans le siège baquet de ma Peugeot 106 Rallye. On fait ses premiers temps lors des permis, ce qui permet de débloquer des Evénements spéciaux. A vous alors de choisir de commencer par ces Evénements ou par les courses A-Spec, niveau par niveau. Voilà un premier point qui pose problème, si on commence par les Evénements spéciaux, on gagne vite beaucoup d’argent et on augmente rapidement de level. Si bien que les deux premiers niveaux des courses A-Spec n’ont plus trop d’intérêt. En effet, on y remporte presque rien côté argent et vu qu’on a déjà grappillé plusieurs levels, on est tenté de directement monter dans les catégories de courses. A vous de voir donc.
Qui dit beaucoup de crédits, dit belles bagnoles et on va vite craquer pour les voitures qui nous font rêver. On fait monter sa 106 à 200 chevaux et on achète une Mustang Mach 1 de 1971 qu’on pousse à plus de 700 chevaux histoire de bien manger le bitume. Les courses s’enchainent, les voitures se gagnent, la logique Gran Turismo est là.
Un point que beaucoup attendaient , les dégâts. Et c’est bidon. Ca dépend de certaines voitures, certes, mais la plupart du temps une collision frontale à 200 km/h entrainera, au plus, un pare-choc légèrement détaché. On peut également regretter que seulement une faible partie des voitures disposent d’une vue intérieure. Les Premiums.
L’IA est aussi un point qui fache. Polyphony n’a décidément pas désiré travailler la-dessus. A ce niveau, on se retrouve sur Playstation 1. Les adversaires suivent leur trajectoire, que vous soyez là ou pas et ils n’en bougeront pas, sauf pour vous dépasser. Enfin, s’ils sont capables de prendre l’aspiration de vos 700 poneys…
Autre point important, le live. C’est agréable quand on est sur le circuit. Je dis bien quand on est sur le circuit parce que c’est la guerre pour y accéder. C’est lent, les menus ne sont pas très bien foutus et il faut du temps pour s’y retrouver. Trop de retours au menu principal, trop d’attentes… Il y a encore du boulot de ce côté mais la jouabilité même est bonne.
Au niveau durée de vie, on a pas à se plaindre. Avec plus de 1000 voitures à utiliser et des dizaines et des dizaines de courses, championnats et autres, il y a de quoi passer des douzaines d’heures sans problème et sans se lasser. On s’arrachera les cheveux à plusieurs reprises pour quelques malheureux centièmes.
D’autres nouveautés font leur apparition comme le mode B-Spec qui vous permet de coacher des pilotes. Une bonne idée, mais on s’ennuie vite. En effet on est fort limités en possibilités et on préfère vite retourner à ses propres courses. L’éditeur de circuit arrive également. Rien de bien méchant, c’est plus un générateur sans trop d’intérêt qu’un créateur.
Bref Gran Turismo 5 s’est fait attendre, longtemps. Et on a un goût de trop peu, c’est vrai. On était en droit d’attendre plus, mais ne boudons pas notre joie. Gran Turismo 5 a de quoi plaire, ses graphismes, son garage, sa conduite, sa personnalisation, ses circuits, et j’en passe, font de lui un must-have. Bien sur, il ne faut pas l’acheter en s’attendant à une révolution du genre, non, mais à une continuité à laquelle Polyphony à préférer se tenir. Les japonais ont voulu en faire trop alors qu’ils auraient dû se concentrer sur certaines parties du jeu comme le live ou même les dégâts, quitte à oublier ce mode B-Spec et ce générateur de circuits qui ne jouent pas vraiment en sa faveur.

2 POST COMMENT

Accueil Forums Gran Turismo 5 : ZE test

Ce sujet a 2 réponses, 2 participants et a été mis à jour par  Gran Turismo bat des records… de vente ! | le Blog Jeu Vidéo, il y a 5 ans et 6 mois. This post has been viewed 727 times

2 sujets de 1 à 2 (sur un total de 2)
  • Auteur
    Messages
  • #8983

    Remportez un sac Gran Turismo 5 | le Blog Jeu Vidéo

    […] vous refaire un article sur le nouveau jeu de polyphony digital mais si vous souhaitez lire notre démo, cela se passe sur cette page, pour les news sur cette autre ! Ce qu’on vous propose ici […]

    #8982

    Gran Turismo bat des records… de vente ! | le Blog Jeu Vidéo

    […] manquez surtout pas notre test de ce jeu ! // Share| Soyez le premier à donner votre avis. […]

2 sujets de 1 à 2 (sur un total de 2)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.