/ 360 / Test : Syndicate

Test : Syndicate

Bastien le 2 mars 2012
thumbnail

Il y près de 20 ans, Electronic Arts sortait sur PC un jeu, Syndicate, où vous incarniez un genre de directeur marketing d’une entreprise et votre but était de couler la concurrence. Concept orignal qui a valu beaucoup de succès au jeu, même s’il n’y a que Gilles Ernoux qui est assez vieux pour s’en souvenir. Aujourd’hui EA a repris l’idée et le nom pour en faire un FPS. Le Blog Jeu Vidéo a sorti sa tenue d’infiltration et la DeLorean pour partir en 2069 tester ça et essayer de faire couler, si c’est possible de couler encore plus, Belfius.

Le concept ?

Who's the boss ?En quoi consiste Syndicate 2011 ? Vous êtes Miles Kilo, un agent de poids employé par une société, Eurocorp, pour défendre les intérêts de celle-ci dans une société où les multinationales ont le pouvoir. Et comment défendre ces intérêts ? En butant des mecs, simplement. Afin de nous aider dans notre besogne, on nous a fourgué dans le cerveau, une petite puce permettant de ralentier légérement le temps et de pirater toutes sortes de dispositifs. Ordinateurs, ascenseurs, flingues ennemis et même certains ennemis qui ont également une puce et qu’il est possible tuer à distance. Cool ! C’est, à peu près, tout ce que j’ai compris. Car oui, dans Syndicate, les explications ne sont pas très claires.

Un gameplay moyen

Vous allez mourir, bande de chacals !Après s’être familiariser avec le gameplay, on est vite dans le bain et il faut tuer nos premiers vilains ennemis. Le gameplay justement, quelques petites choses sont à lui reprocher. Tout d’abord la mise à couvert peu pratique qui souvent pose problème plus qu’autre chose lorsque les ennemis mettent la pression. Ça se sent, ce n’est pas un jeu d’infiltration, mais un jeu de shoot. Pas le temps de se mettre à couvert et d’attendre la violence. Il faut prendre la violence à bras le corps dans Syndicate. Second reproche, les combats en corps-à-corps. Même si les animations sont sympas et relativement variées, elles sont souvent mal adaptées. Si bien que Miles -le personnage- peut s’acharner sur un peye pendant qu’une dizaine d’autres sont en train de lui tirer dessus. Bref, à utiliser intelligemment. 

La puce DART

Toi, je te gagne.La plus-value de Syndicate est la puce cérébrale, elle s’appelle DART. Bonjour DART ! Un concept qui apporte un peu de frivolité au jeu. Celle-ci permet donc plusieurs fonctions. Quand on l’active, on entre dans un autre mode de vision où il est possible de voir les ennemis à travers les murs, les dispositifs explosifs -extincteurs par exemple- et les dispositifs piratables. Grâce à cette puce, nous pouvons donc bouger des ascenceurs pour avancer dans notre parcours du combattant -très linéaire d’ailleurs-. Nous pouvons aussi et surtout, comme dit plus haut, influencer le comportement des ennemis. Ainsi, il est possible de pirater leur puce et de faire foirer leur arme, de les faire tirer des bastos dans leurs potes et même de les tuer directement en faisant exploser leur puce.

Un scénario difficile à suivre 

"Il faut tuer les méchants"Au fur et à mesure de notre quête de je ne sais pas trop quoi, nous récuperons des données qui permette d’en savoir plus sur cette quête. Mais on a vite la flemme de les lire. Nous gagnons également, après chaque niveau, des points permettant d’améliorer nos capacités. Devenir plus resistant, être plus précis… 

Même avec ces informations, la chose qui est la plus claire, c’est qu’on ne sait pas trop après quoi on court. Difficile dès lors, d’être investi dans le jeu pendant les six ou sept heures de jeu du mode solo. Un mode coopératif à quatre permet via quelques missions, d’augmenter de quelques heures la durée de vie en apportant une approche un peu différente du jeu. 

En bref

cover.jpgSyndicate « 2011″ ne dévirginise pas une nonne. Certains aimeront s’y défouler quelques heures avec une bande son motivante et un peu différente des FPS habituelles -un peu plus underground, dubstep…- mais beaucoup n’y trouveront rien de très révolutionnaire et auront du mal à comprendre le but de ce jeu trop linéaire. Le mode coopératif relèvera cependant un peu le niveau d’un FPS qui risque bien vite de somber dans les oubliettes avec Gordon Vidovic et Zoran Ban.  

Ci-dessous le trailer, parce qu’il est quand même cool. 

LES PLUS :

  • la puce DART
  • la bande son
  • le côté bourrin pour ceux qui aiment

LES MOINS :

  • le manque d’explications du scénario
  • le gameplay
  • la durée de vie

Editeur : Electronic Arts

Développeur : Starbreeze Studios

Genre : FPS

Note : 11/20

0 POST COMMENT

Accueil Forums Test : Syndicate

Ce sujet a 0 réponses, 1 participant et a été mis à jour par  Bastien, Il y a 2 années, 5 mois. Ce topic a été lu 26 fois.

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.