Rendez-moi ma virginité !

— Bastien
/ Tests / [Test] Captain Toad : Treasure Tracker

[Test] Captain Toad : Treasure Tracker

Et si Toad était…

Laurent le 10 janvier 2015

Après les énormes bastons et les incessantes explosions de Super Smach Bros, Nintendo confie au fidèle Toad la mission de faire retomber la pression et l’excitation de ses joueurs. La firme japonaise veut attaquer cette nouvelle année de manière calme et sauce champignon avec un tout nouveau jeu indispensable à tout possesseur de Wii U : Captain Toad : Treasure Tracker. Un titre frais et ingénieux qui ne manquera pas de mettre à mal votre patience et votre capacité de réflexion…

Que la chasse commence

C’est mon jeu à moi !

Le petit mais non moins célèbre champignon Toad n’avait (jusqu’à présent) jamais eu les honneurs d’être le héro courageux et solitaire d’un jeu vidéo. A mon souvenir, il n’avait été que quelque fois jouable dans l’un ou l’autre des épisodes de Mario, mais sans plus. Le problème est désormais réglé, voici enfin l’heure de gloire du fidèle allié du plombier star de Nintendo, Toad a enfin son jeu à lui ! Et qui l’aurait cru, qui aurait bien pu penser une seule seconde que sous cet air chétif, ce chapeau bombé à poids rouges, ces petites joues rebondies et ce sourire amical se cachait en fait un terrible chasseur de trésor ? A vrai dire moi je m’en doutais un peu, mais seulement depuis la sortie de Super Mario 3D World.

Le but de Captain Toad : Treasure Tracker, c’est avant tout de sauver la jolie Toadette tristement capturée, mais aussi d’amasser level après level le plus grand nombre de pièces, d’étoiles et de diamants. Donc oui, c’est totalement le même principe de jeu que le petit prélude que nous avions vécu dans Super Mario 3D World en 2013, sauf que le concept à quand même été largement retravaillé par les talentueux développeurs de Nintendo, enrichi, parfois décliné et surtout amélioré. Captain Toad nous transporte ainsi dans une multitude de petits niveaux compactés de cubes dans lesquels il faut chercher son chemin jusqu’à l’étoile finale, tout en emportant un max de bonus.

Des niveaux, il y en aura de toutes les sortes !

Ce concept n’est pas spécialement original je vous l’accorde, mais je vous assure qu’il n’en est pas moins super passionnant ! Il mise principalement sur l’observation et l’exploration des différents lieux, la réflexion du joueur et sa capacité à éviter les nombreux pièges qui l’attendent un peu partout. Notre chasseur de trésor étant particulièrement lent et dans l’impossibilité de sauter ou d’attaquer, il faut prendre son temps pour progresser. Avant d’agir ou de bouger, est impératif de d’abord comprendre la logique de chaque niveau, les mécaniques de son environnement, jouer un peu avec la caméra pour trouver le chemin à suivre, les objets à ramasser, localiser les ennemis, dénicher les blocs à pousser… De part un level desing impressionnant et allant puiser sa principale force dans un jeu de perspectives bien mis en place, les stages sont articulés autour d’illusions d’optiques, de vues cachées qu’il faut déjouer en faisant pivoter la caméra dans tous les sens pour ne rien manquer et n’avoir aucune mauvaise surprise ! C’est franchement bien pensé et génial à jouer.

Un diamant brut

Les objectifs secondaires sont là pour le challenge !

Captain Toad : Treasure Tracker à réussi à me taquiner les neurones durant les septante niveaux (soixante-dix en français et qui correspond à environs huit heures de jeu) qu’il comporte et qu’il vous faudra parcourir même plusieurs fois avant de venir à bout de ce soft haut en couleur à 100%. Traverser les stages les uns après les autres n’est guère un défi insurmontable c’est certain et ce n’est pas plus mal pour les jeunes joueurs ou les novices. Par contre, les gamers plus expérimentés comme moi auront une envie folle de terminer l’aventure à son maximum, notamment en récoltant tous les bonus optionnels et en accomplissant tous les objectifs secondaires (comme par exemple trouver un objet spécial en or, tuer tous les ennemis de la zone en leur lançant un navet, ou au contraire se la jouer sans être vu,…), ce qui devient dés lors un défi assez ardu à certains moments et qui passe obligatoirement par la rase rejouer plusieurs fois un même niveau. Quelques boss viendront aussi pimenter l’aventure de temps à autres et rendront le périple encore plus marrant.

Qui plus est que, techniquement parlant, l’aventure n’est pas bien compliquée à prendre en main. Au vu des faibles capacités physique de notre héro, sa prise en main avec le GamePad de la Wii U se fait instinctivement et en quelques minutes seulement. A noter qu’avec l’aide du stylet, il est possible d’activer le mouvement de certaines passerelles, pousser des blocs, paralyser certains ennemis pour une courte durée, interagir avec des éléments du décor comme des leviers ou des manivelles pour ouvrir de nouveaux accès, ce à quoi il faut ajouter qu’il est possible d’utiliser l’écran de la mablette pour viser en mode FPS pendant les phase de course en wagonnet, ou de souffler dans le micro pour faire s’élever certains objets pour les utiliser comme des monte-charges, même les vibrations auront leur importance.

Un bon timing est obligatoire pour éviter les dégâts

Le Capitaine Toad est aussi un champignon averti. Conscient de sa relative faiblesse, il s’est d’autant mieux préparé et équipé avant d’entamer sa chasse, car s’il se fait toucher par un ennemi une première fois, il rétrécira d’une taille comme son ami Mario et un éventuel deuxième contact sera synonyme de mort immédiate. Il faudra dés lors récupérer un champignon rouge pour récupérer sa taille d’origine. Il y a en effet de nombreux « power-up » très intéressants à dégoter et à utiliser pour se faciliter la tâche, comme par exemple les cerises qui permettent à Toad de se dédoubler, il lui est également possible d’utiliser une pioche qui le rendra temporairement invincible ou de jouer avec la lampe torche qu’il a sur la tête pour effrayer des ennemis sensibles à la lumière ou au contraire ne pas se faire repérer dans des lieux plus sombres. Il y a aussi les flèches de vitesse, les canons à navets,… etc etc. Il y a donc de quoi faire pour se défendre et s’assurer une « infiltration » digne des plus grands héros de jeux vidéos.

La cupidité l’emportera

Sauver Toadette ok, mais les diam’s c’est mieux ?

Vous l’aurez compris en lisant tous ces paragraphes, Captain Toad : Treasure Tracker est un titre génial, super fun, plein de surprises et j’ai passé un très bon moment à y jouer. J’ai tout de même quelques regrets, quelques petites déceptions que je tiens à noter dans ce test. Rien de bien méchant, mais je me dois d’en parler pour être le plus juste et le lus précis possible. Le premier étant relatif au scénario, à « l’enrobage » proposé par Nintendo pour ce jeu. Pour être franc avec vous, je n’aurais jamais imaginé que Toad soit aussi cupide et aussi accro à la recherche de pièces et diamants et qu’au final, le sauvetage de Toadette soit aussi anodin. C’est pourquoi je me questionne sur cette orientation que je ne trouve pas vraiment en adéquation avec la personnalité donnée au personnage de Toad en général. Tout en gardant le même concept et ce gameplay, je pense qu’il aurait sans doute été possible d’orienter l’histoire vers quelque chose de plus magique, de plus romantique, ou romanesque, voir héroïque pourquoi pas. Quitte à nous proposer une version de Toad différente de celle que nous connaissons, autant le faire en force alors !

C’est ensuite des manquements au niveau du contenu que j’ai envie de citer. Je suis persuadé qu’un mode coopération à deux joueurs aurait été génial ! Un joueur à la Wii Mote via la télé, l’autre sur le GamePad pour le soutien, ça aurait été top… Mais malheureusement il n’y en a pas. L’absence d’un éditeur de niveau m’attriste également, il aurait été chouette de travailler notre créativité dans ce mode et il aurait permis d’apporter beaucoup plus de durée de vie et encore plus de challenges aux fans. Cela aurait il été si difficile de les implémenter dans le soft ? Je ne le crois pas.

Du fun, des surprises et une bonne prise de tête !

Captain Toad : Treasur Tracker n’est donc pas parfait à mes yeux, mais il n’en est pas moins une petite bombe super agréable qui rafraichi mon quotidien actuellement rempli de blockbusters décevants et buggés à souhait. Il se destine pratiquement à tous les publics, tant les jeunes enfants que les novices qui se feront un plaisir de découvrir facilement cet univers coloré et peut être travailler leur représentation spatiale, qu’aux plus âgés et expérimentés à condition qu’ils n’aient pas peur de se prendre la tête pour collectionner les Perfects à chaque fin de stage. Captain Toad est un titre simple, mais efficace que je mettrais sans la moindre hésitation dans toutes les mains si je le pouvais. Uniquement par son level desing exceptionnel, son concept accrocheur et accessible, ou encore pour sa beauté, tout le monde devrait faire comme moi, le dévorer et passer un bon moment de jeu !

NOTE FINALE : 15/20

 

 

 

On aime :

  • Level Disign vraiment très bien pensé
  • Super mignon et ultra coloré
  • L'ambiance générale du soft
  • Gameplay simple et accessible à tous
  • Quelques plans vraiment ardus
  • Les nombreux clins d’œil
  • Les objets et stages spéciaux

On aime moins :

  • Pas de mode coop'
  • Un éditeur de niveaux, ça aurait été top !
  • Levels parfois un peu trop courts
  • Les obstacles (ennemis) sont souvent les mêmes
  • Un peu facile si on essaie pas de tout droper
  • Toad est il vraiment une ramasseur de diam's ?

Fiche de jeu

Titre: Captain Toad: Treasure Tracker Développeur(s): 1-UP Studio/Nintendo EAD Tokyo Group No. 3 Editeurs: Nintendo Genre(s): Puzzle/Platformer Date de sortie: 13/11/2014 Plateformes: WIIU ESRB: E
1 POST COMMENT

Accueil Forums [Test] Captain Toad : Treasure Tracker

Ce sujet a 1 réponse, 2 participants et a été mis à jour par  Christophe, il y a 4 ans et 3 mois. This post has been viewed 2123 times

Affichage de 1 message (sur 1 au total)
  • Auteur
    Messages
  • #21409

    Christophe
    Participant

    Hello !
    J’adore ce jeu ! C’est un bon moyen pour me détendre.

    Au revoir !

Affichage de 1 message (sur 1 au total)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.