Rendez-moi ma virginité !

— Bastien
/ Dossiers / [Dossier] Horror et Survival passés au crible

[Dossier] Horror et Survival passés au crible

Histoire de réveiller la chochotte qui sommeille en vous.

The Dude le 5 août 2015

Pour la petite histoire, mes premiers contacts avec le Blog Jeu Vidéo se sont faits il y a bien longtemps, lorsque notre cher Washisama faisait son Incredible Horror Show sur Twitch. On pouvait alors l’y retrouver, pour le plus grand de nos plaisirs sadiques, se laisser foutre une peur bleue par des titres comme Amnesia, Anna ou encore Dead Space … En espérant qu’il nous fasse encore cadeau de ces moments de flippe, je vous propose un petit dossier sur quelques-uns des titres qui ont marqué le genre …

« La plus ancienne et la plus forte des émotions humaines est la peur. Et la plus ancienne et la plus forte des peurs est celle de l’inconnu… »

H.P. Lovecraft, Horreur surnaturelle dans la littérature

S’il est vrai que les jeux vidéo ont dès leur création fait naitre une multitude d’émotions auprès des joueurs, il n’était alors que naturel de voir les créateurs aller puiser dans la plus forte des émotions humaines. Car oui, il faut se l’avouer, nous adorons avoir peur. Et puis ressentir cette montée d’endorphines et d’adrénaline qui parcourent notre corps soudainement si frêle à l’issue d’une grosse frayeur et la sensation euphorique qui nous emplit après coup explique pourquoi les films d’horreur et les attractions à sensations ont toujours eu autant de succès. La corollaire logique était bien sur d’introduire sur le marché du jeu vidéo des titres nous procurant ces mêmes sensations.

Haunted House sur Atari 2600 … une autre époque.

Le vénérable ancêtre digne de ce nom devait sans doute être « Haunted House » sur Atari 2600. Totalement abstrait niveau graphique (comme la plupart des titres de l’époque), on devait guider notre personnage (représenté par une paire de yeux) dans l’obscurité d’une maison aux allures de labyrinth. On avait alors pour seule source de lumière quelques allumettes qui permettaient d’y voir plus clair pendant quelques instants. Juste assez pour trouver son chemin ou voir un « horrible » monstre (il fallait avoir de l’imagination) à la lumière vacillante de notre allumette. Mais déjà, la sauce prenait.

Aussi simple soit-il, tous les fondamentaux de l’horreur y figuraient : solitude et impuissance du héros, peur de l’inconnu, la sensation d’être perdu, des bruits dans un manoir qui semble hanté et puis la sensation d’être traqué qui provoquait au final ces fameux « Jump Scares » dont les Survival-Horror d’aujourd’hui sont si friands. Mais on va y revenir.

Le titre qui aura réussi à faire renaître la franchise avec brio.

Certains peuvent penser cet ensemble un poil restrictif. Mais ces ingrédients de base de l’horreur gothique, (la maison hantée, avec ses couloirs aux rideaux décrépits et craquements, cette présence indicible), telle qu’elle a été inventée au XIXème siècle par des auteurs comme Mary Shelley (Frankenstein) ou encore Edgar Poe est finalement l’une des sources du genre qui sera déclinée, tout comme au cinéma, dans toute une série de jeux vidéo. Ainsi, théoriquement, des jeux comme Alien : Isolation ou encore Dead Space reprennent les mêmes principes et agissent sur les mêmes émotions humaines : fuir (ndlr.: et la dignité dans tout ça ?) et si possible, survivre.

La naissance du mal

Amnesia … à ne (vraiment) pas mettre entre toutes les mains.

Il faudra attendre de nombreuses années et l’arrivée d’un studio français (Infogrammes) qui en 1992, pour voir émerger un nouveau genre qui, depuis lors est devenu un incontournable des jeux d’horreur dans les jeux video : le Survival Horror. En effet, c’est Infogrammes qui va imposer à tout jamais, à l’aide d’Alone in the Dark, les règles de ce sous-genre : l’isolement du « héros », des lieux à explorer avec des ressources limités et des énigmes à résoudre. Un concept simple et novateur qui fut rapidement repris par Capcom et porté au zenith par les premiers Resident Evil. Et je précise, les premiers, car la saga a pris une tournure plus orientée action avec les derniers opus. Quelques autres exemples recents du genre sont Evil Within, ou encore Amnesia et Outlast. Ces deux derniers ont comme particularité d’être en vue FPS, contrairement aux Survival Horror dit « classiques » qui se jouent en vue à la troisième personne.

Mention particulière pour la saga Silent Hill, qui a emprunté la voie de l’horreur psychologique. L’expérience se veut moins brutale (même si on a droit à des scènes dignes d’une peinture de Bosch) mais s’applique plutôt à d’instiller doucement un malaise ambient, glauque qui pénètre l’esprit du joueur. Coté grand écran, on citera le film Jacob’s Ladder comme référence à ce genre. D’autant plus que Konami indique s’être inspiré de cette oeuvre cinématographique pour la réalisation de Silent Hill premier du nom. Quelques titres plus récents sont The Vanishing of Ethan Carter ou encore Anna, qui mettent l’accent sur des ambiances pas forcément glauques mais plutôt étranges, parfois oniriques et déstabilisantes.

Les années folles …

Splatterhouse : Du sang, du sang et du sang.

Les années 70 et 80 ont vu la popularité d’un autre genre de film d’horreur : le Slasher. On reprend les mêmes ingrédients classiques, et on ajoute le sexe, le gore et un certain degré d’humour. Les Vendredi 13, les Halloween, les Freddy et plus récemment, les Scream en sont les exemples les plus parlants. En jeu vidéo, la saga Clock Tower en est le meilleur représentant (car il suit vraiment la trame d’un bon slasher : héroïne poursuivie par « le gros méchant mystérieux » et meurtres graphiques à gogo…). On a eu d’autres fleurons du genre, comme Manhunt, Mad World ou encore Splatterhouse, dont le seul intérêt est l’accumulation de mises à mort plein d’explosions de tripes et de boyaux du meilleur goût, le tout servi avec un bon brin d’autodérision pour autant que vous ayez l’estomac bien accroché … et des prédispositions à devenir psychopathe.

Parallèlement à l’émergence du Slasher, il y a bien sur aussi eu les Zombies, qui grâce au succès stellaire de The Walking Dead, ont regagné en popularité ces derniers temps. On ne cite pas les aventures de la petite Clementine face a la horde anthropophage dans le jeu de Telltale, ni le nombre d’infectés tués en quatuor dans le multi de Left4Dead, ou encore les hordes d’infectés dans Dead Rising, Dying Light et autres Dead Island… non, le Zombie a le vent en poupe pour l’instant. Le Zombie, cette métaphore de force aveugle, insatiable, qui, avec chaque victime, ne fait qu’agrandir ses rangs…

Slenderman dit l’homme au costard.

Pour finir, terminons sur la toute récente mode des « Jump Scares » – en guise d’élément « horrible » on lance à la face du joueur un maximum d’effets visuels et auditifs dans le but de lui procurer une grosse frayeur. Au delà du fait même de la peur, c’est surtout le rush d’adrenaline procuré aux gens qui est ici recherché. Plus comparable à un saut en élastique qu’autre chose. D’ailleurs, la proliferation de films et de jeux de plus en plus mauvais montrent que ce genre est en train de rapidement s’essouffler. En effet, les mauvais clones de Slenderman ou encore Paranormal Activity ne sont plus au box-office depuis bien longtemps… On a eu un semblant d’air frais avec 5 Nights at Freddy’s, et ses poupées animatroniques qui vous sautent à la figure, mais là aussi, on a eu droit a une succession de suites qui ont trop vite étouffé le sous-genre. Dommage.

Et demain il fera beau …

Et le genre a encore beaucoup de beaux jours devant lui : 2015/16 auront leurs lots de jeux qui font boum dans la nuit : Soma, le successeur spirituel science-fiction d’Amnesia. Un nouveau Walking Dead verra aussi le jour, et pour les gens qui suivent nos aventures sur les Annales des Rôlistes sur YouTube, il paraitrait qu’un jeu de la licence Call of Cthulhu serait sur le point de montrer un bout de tentacule.

0 POST COMMENT

Accueil Forums [Dossier] Horror et Survival passés au crible

Ce sujet a 0 réponse, 1 participant et a été mis à jour par The Dude The Dude, il y a 1 an et 9 mois. This post has been viewed 4553 times

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.