Rendez-moi ma virginité !

— Bastien
/ featured / [TEST] Battlefield 5

[TEST] Battlefield 5

It’s a long way to Tipperary …

The Dude le 22 décembre 2018

Après un Battlefield Hardline accueilli mollement (et je sais de quoi je parle) en 2015 et deux volets de Star Wars – Battlefront controversées (absence de solo pour le premier, lootcrates pour le deuxième et abandon des classes sur les deux), Dice décide cependant de renouer avec son glorieux passé pour Battlefield One sorti en 2016. Retour des classes, modélisation des armes de la première guerre mondiale avec leurs modèles balistiques incertains, forçant parfois même les joueurs à privilégier la tactique, moteur Frostbite et des décors (très) destructibles, Battlefield était de retour. C’est donc avec pas mal d’espoir que l’on attendait la sortie de Battlefield 5, qui clôture ainsi un cycle puisque celui-ci nous ramène sur les champs de bataille de la seconde Guerre Mondiale, à l’instar du tout premier Battlefield 1942.

Engagez-vous, qu’ils disaient ! Voyagez dans les pays étrangers ! Rencontrez des cultures fascinantes … et détruisez tout !

Battlefield 5 couvre une grande partie du conflit 1939-45, et va faire voyager les joueurs des plaines désertiques et accidentées de Tobruk aux confins de la Finlande en passant par les vertes prairies de la France et les ruines d’une Rotterdam sous le joug des raids aériens. Comme dans Battlefield One, nous avons droit, côté campagne solo, aux « Histoires de Guerre », qui nous permet de nous glisser à tour de rôle dans la peau d’un combattant particulier, et qui vont nous faire découvrir certains aspects du jeu. On passera du style résolument plus bourrin de commando anglais à une approche plus furtive de sniper norvégien, en passant par les tirailleurs sénégalais méconnus, pour terminer avec la conduite du gros char allemand Tiger. Globalement, un bon divertissement, qui nous permet de tester un peu les nouvelles armes et engins en mode offline. Petit bonus néanmoins, ces 4 chapitres solo sont répartis sur plusieurs maps et sont d’une durée très correcte.

Solo est mort. Vive le multi !

Mais le réel enjeu de tous les Battlefields réside, bien sûr, dans le mode multi. Deux camps pouvant aller jusqu’à 64 joueurs s’affrontent sur des maps aux décors destructibles. J’insiste. Le jeu propose les bons vieux modes de jeu classiques comme Deathmatch, Domination, Conquest où il faut capturer et tenir des lieux sur la carte et faire descendre les tickets du camp adversaire. BF5 reprend de son prédécesseur les « Grandes Opérations », sorte de mini-scénarios qui se déroulent sur plusieurs maps et jours in-game qui s’enchaînent, et dont chaque résultat se répercute sur la map suivante, en conférant des bonus/malus aux attaquants ou aux défenseurs.

Nouveauté de cet opus, vous avez maintenant les « assignments », une espèce de liste de choses à accomplir pour gagner plus d’XP ou débloquer des armes spéciales, des peintures et autres uniformes. Car oui, fini les lootcrates, les décorations, motifs, peintures sont débloqués grâce à ces assignments, ou plutôt les crédits que vous allez gagner in-game. Les assignments sont une méthode simple d’organiser votre progression car, comme d’habitude dans les Battlefield, les unlocks sont nombreux et il peut être difficile de s’y retrouver.

Autre nouveauté de cet opus, les « Tides of War », qui sont une succession de missions dans lesquels vous devrez aussi accomplir des assignments, mais dans un ordre spécifique, avec à la clef des gros boost d’XP et déblocage d’items épiques. Ce mode de jeu est limité dans le temps, chaque chapitre dure une semaine et il faut avoir terminé le chapitre de la semaine pour pouvoir avancer.

Ma sulfateuse fait boum !

Parlons un peu de l’armement. On voit le grand retour des fusils d’assaut, avec les incontournables Sturmgewehr 44 et autres M1907 ; les iconiques M1A1 coté fusil et l’ultra bourrin mitrailleuse MG42, qu’on sait seulement utiliser avec son trépied ou en position couchée. Toutes les armes ont leur comportement bien distinctif et un système de spécialisation remplace les addons standards. Plus restrictif que dans les Battlefield plus modernes, ici, on doit la plupart du temps faire un choix – par exemple, pour le SMG MP40 vous pouvez soit avoir une meilleure précision au viseur ou un meilleur comportement au tir à la hanche. Les armes automatiques redeviennent plus fiables et contrairement à Battlefield One et ses combats rapprochés, ici on revient aux engagements rapprochés, moyenne et longue distance – sans bien sur oublier le pilotage de chasseurs, bombardiers et autres engins terrestres, non moins iconiques comme les Stuka, Tiger et Spitfire.

Côté équilibrage, certaines armes comme le KE7, une mitrailleuse, est pour l’instant un peu surpuissante, car elle combine la maniabilité d’un fusil d’assaut avec la puissance d’une mitrailleuse, en plus c’est la première arme de la classe de support, rendant presque obsolète le fusil d’assaut équivalent. Aussi, certaines maps deviennent carrément des abattoirs d’infanterie, car les avions et bombardiers ont l’air bien solide et les rares canons anti-aériens sont plus que jamais des pièges pour sniper et très facilement destructibles. Il est vrai qu’on peut les reconstruire, mais il m’est arrivé de nombreuses fois sur une map bien particulière d’avoir un as du volant dans le camp adverse avec un ratio KD de 200 et me faire exploser spawn après spawn. Mais bon, comme d’habitude, ces choses vont finir par être régulées, balancées. C’est agaçant, mais on s’y fait, c’est aussi ça le charme de Battlefield.

Il faut sauver le soldat Ryan, en technicolor

Côté son et lumière, c’est du grand spectacle. Les environnements sont grandioses et la modélisation des joueurs, engins et armes est, comme on peut s’y attendre, vraiment détaillée. Le Frostbite engin ronronne et nous offre des plaisirs visuels connus de Battlefield One. Les différents effets sonores apportent leur part à l’immersion, et on apprend vite à distinguer et reconnaître le claquement sec d’un fusil de sniper, ou le martèlement d’une mitrailleuse en train de mettre votre abri de fortune en mille morceaux. De nouveau, le jeu sait très bien faire la distinction entre différents matériaux et il est plus que certain que cette clôture en bois derrière laquelle vous vous planquez sera perforée (et votre foie aussi très certainement) par un tir nourri de MG42 ou d’un tir de sniper.

Et comme on peut apparemment plus sortir un jeu sans qu’il y ait une quelconque controverse, Battlefield 5 a aussi été la cible des historiens pour son authenticité et la reproduction de certains aspects de l’histoire – comme par exemple l’inclusion de soldats féminins dans les affrontements sur le front, des armes historiquement incorrects, bref, encore des histoires autour de finalement pas grand-chose, mais avec des relents qu’on aimerait bien oublier.

Et puis, après quelques heures dessus, on réalise que, mis à part le retour à l’époque 39-45, on pourrait dire qu’il s’agit avant tout d’un upgrade de Battlefield One. Mais comme Battlefield One répondait justement à la demande de la communauté Battlefield, et vu l’époque séléctionnée, on ne pouvait pas s’attendre à retrouver des centaines de gadgets technologiques pour customiser son armement. C’est donc, selon moi, un bon volet et une valeur sure, qui profite de BF1 comme tremplin.

Veni, vidi… vici ?

En ce qui me concerne, je me suis de nouveau fait prendre au jeu. Je passe de nouveau un temps remarquable dessus (à en négliger les autres sorties du moment) à avancer dans les rangs, les classes, monter mes armes et débloquer plein de skins. Du bon Battlefield comme on aime, en attendant de voir où le prochain volet nous mènera.

On aime :

  • Un bon Battlefield (à nouveau)
  • Un régal pour les yeux

On aime moins :

  • Une impression de n'avoir en fait qu'un Battlefield 1.5

Fiche de jeu

Titre: Battlefield V Développeur(s): DICE Editeurs: Electronic Arts Genre(s): Action/First-Person Shooter Date de sortie: 15/11/2018 Plateformes: PC XONE PS4
0 POST COMMENT

Accueil Forums [TEST] Battlefield 5

Ce sujet a 0 réponse, 1 participant et a été mis à jour par The Dude The Dude, il y a 11 mois et 3 semaines. This post has been viewed 2008 times

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.