Rendez-moi ma virginité !

— Bastien
/ Catégorie / GC-2014

[VIDEO] Que retient-on de cette Gamescom 2014 ?

Regarde au-delà de ce que tu vois !

Vous l’aurez compris, après Tahiti, la destination favorite de certains marginaux de la rédaction est un lieu culte Teuton prénommé Gamescom. Et comme vous l’aurez également peut-être déjà entendu, il semblerait qu’on y serve une mixture magique qui décuple la taille de votre … mojo. Et ça, Laurent et Pada l’ont étonnamment bien assimilé et, pour vous chers lecteurs, ils l’ont à nouveau expérimenté.

Cela étant dit, aujourd’hui la Gamescom a fermée ses portes depuis quelques temps. Et pour plus ou moins clôturer ce chapitre-ci, petit cadeau, une vidéo récapitulative de ce que nos deux compères ont pu voir, toucher et gouter sur place.

On a joué à Splatoon !

Et on en gardera un bon souvenir

A la Gamescom, durant la présentation du Line-Up Nintendo dans sa Buisness Area, nous avons eu le privilège de jouer quelques parties de Splatoon en privé avec quelques autres agents de presse. Cette nouvelle licence Wii U annoncée lors de l’E3 débarque un peu de nul part et n’a pas encore beaucoup fait parler d’elle, mais sincèrement elle nous a plu dés le Gamepad pris en main ! C’est pourquoi j’ai envie de vous en dire un peu plus à son sujet dans via cet aperçu. Imaginez de belles grandes arènes multijoueurs bien tordues, deux équipes de quatre joueurs déchaînés armés de pistolets à peinture, un super pouvoir de pieuvro-transformation, l’objectif de repeindre la plus grande partie de cette map, le tout avec du fun et des couleurs à revendre. C’est fait ? Vous venez alors de comprendre 99,9% du principe de Splatoon.

La guerre, mais en couleur !

4vs4, un peu de strat et de peinture et c'est parti !

4vs4, un peu de strat et de peinture et c’est parti !

Quand on joue une partie à Splatoon, chaque joueur fait partie d’une team et possède son fusil capable de tirer des boules de peinture. La mission principale est de recouvrir un maximum de zones avec la couleur de son équipe en tirant un peu partout sur le décor. L’équipe qui a le plus coloré la zone à la fin du temps imparti remporte ainsi la manche ! Mais en pratique ce n’est pas si simple, en plus d’avoir la possibilité d’éliminer ses adversaires en leur tirant dessus, le gamer peut aussi se transformer en calmar à n’importe quel moment. Ce qui lui permet de se planquer au sol, de nager à toute vitesse dans les taches de peinture de sa couleur, de se diriger dans des zones adverses difficiles d’accès et surtout de recharger son arme. En prenant bon compte de toutes ces capacités et au vu du fait que Splatoon se joue en équipe, il est dés lors primordial d’avoir au moins un semblant de stratégie avec ses comparses avant de commencer une partie. Genre un qui s’occupe de peindre tranquillement autour de son spawn, deux qui s’occupent de ralentir les ennemis au centre de la map et un qui essaie de se rendre rapidement en calamar vers un point stratégique chez l’adversaire pour repeindre chez eux ? Ca me semble bien ça ! Allez à l’attaque…

Accessibilité et 100% fun

Toutes les fonctions du GamePad sont utilisées !

Ce qui nous a frappé en premier en nous essayant à Splatoon, c’est son accessibilité. Notre cher ami Pada, qui n’avait encore jamais mis la main ni sur le jeu et encore moins sur un Gamepad de Wii U a eu un peu de mal à gérer les premières minutes de jeu, mais s’en est vachement mieux sorti dés le troisième round. Splatoon utilise particulièrement bien toutes les fonctionnalités de la « mablette » de la Wii U, tant les touches que son écran et que sa fonction gyroscopique qui est notamment utilisée pour la visée, ce qui nécessite un chouya de pratique avant de bien maîtriser toutes les subtilités du gameplay. Pour tous types de gamer, quelques minutes d’adaptation seront nécessaires pour intégrer toutes les possibilités de l’avatar contrôlé, puis en avant Guingamp, on devient un killer à prendre au sérieux dans chaque manche ! Les commandes répondent bien, les animations sont fluides et le gameplay lorsqu’on est transformé en calmar est quant à lui beaucoup plus rapide et donne aux parties son aspect fun mais aussi un côté assez nerveux. Comme je vous le disais, après quelques manches de prise en main, c’est là qu’on s’est rendu compte de l’énorme potentiel du jeu, qu’on à vraiment pris du plaisir, tant à traquer l’adversaire pour l’éliminer, qu’à utiliser les différents gadgets pour gagner du terrain ou à jouer les Picasso du dimanche sur les murs.

C’est mignon comme d’hab

Coté visuel, on reconnait facilement l’habituelle « Nintendo Touch » graphique. C’est à dire que le dessin est comme toujours très enfantin, ultra-coloré et tendant largement vers l’humour. Il n’en est pas moins très réussi pour la cause, même si je regrette un peu que les avatars n’aient pas bénéficié d’un peu plus de soin, voir de personnalisation pour leur donner un peu plus de charisme. Je n’ai pas non plus eu la chance de découvrir toutes les cartes, mais celles que j’ai pu parcourir étaient très chouettes et possédant chacune leur petit côté complexe pour poser des problèmes à l’adversaire. J’ai apprécié les petits détails sur les différentes maps, histoire de nous faire penser à des lieux spécifiques, avec une profondeur de champs qui donne vraiment vie à l’endroit dans lequel nous sommes en train de nous battre. Pour résumé vite fait mais justement, je vais dire que visuellement c’est comme toujours du très bon et du très joli, même si c’est pas de la haute qualité graphique.

Plus que tu peins, plus que tu gagnes !

Mais ? Et ? Pourquoi ?

Bien choisir son arme et ses gadgets, ça aide !

Vous l’aurez maintenant compris, j’ai passé un bon moment à mettre des boules de peinture dans la tronche de mes collègues et à peinturlurer des arènes démentielles. Cependant quelques questions continuent de me tarauder après cet essai. La première étant liée à du jeu offline. En effet, suite à son système de visée, Splatoon nous a été présenté comme un jeu Online, qui se joue avec le GamePad de la Wii U. Qu’en est il alors des éventuelles parties à la maison avec les copains sur une seule télé ? Le jeu avec une WiiMote serait elle possible et tout aussi fun ? Je n’ai pas eu de réponse très concluantes. Je me demande également si ce titre gardera tout son intérêt et toute son intensité après plusieurs heures de jeu. Car oui, c’est très fun et tout au début, mais je me pose aussi la question du maintien de l’intérêt à long terme. Surtout en cas de plusieurs défaites successives. Une fois une partie mal engagée, il est très difficile de retourner la situation, vu que moins il y a de peinture, moins on se déplace vite (et inversement). J’aurai plus que probablement les réponses à ces questions une fois le jeu sorti en 2015 !

Enfin un jeu Wii U à suivre

On fera bientôt les comptes. Mais en 2015 !

Ce n’est pas souvent que nous avons droit à une nouvelle licence chez Nintendo. Mais quand j’ai appris que cette nouvelle franchise prenait la forme d’un jeu de tir et d’action coopérative axé Online, je m’y suis directement intéressé et à juste titre j’ai envie de dire aujourd’hui après cet essai fort concluant. Splatoon a réussi à nous impressionner grâce à son gameplay accessible et nerveux, à son concept à la fois original et bien fichu visuellement et donc via son orientation qui je trouve est en opposition avec la direction que privilégie Nintendo à son habitude. Splatoon est destiné aux amateurs de jeux d’action pas trop prise de tête, aux gens qui recherchent des jeux multijoueurs hyper fun et donc il devient un jeu à suivre avec beaucoup d’attention de la part de tous les possesseurs de Wii U. Je vous laisse découvrir cette bande annonce pour terminer cette Preview, lequel vous donnera un très bon exemple de ce qu’est une partie de Splatoon et vous montrera quelques unes de ses énormes qualités.

 

 

 

GC14 : Le résumé de ma Gamescom en 10 points

Au final, 2014 aura été un bon cru. Mais loin du meilleur…

Comment résumer ma Gamescom 2014 et mon voyage à Cologne ? C’est difficile de faire un juste tri de tout ce que j’ai vu et vécu. Il y avait du bon et du moins bon un peu partout, on a passé de bons moments en équipe avec les rares babes, tandis qu’on a pas toujours pris plaisir à jouer sur les gros blockbusters. On a rigolé à découvrir des projets un peu tordus mais bien foutus et certaines choses me font penser que l’avenir pourrait être rose. J’y ai réfléchi assez longtemps et je pense que je vais faire cette petite analyse en partageant mes 5 plus grosses joies et autant de mes grosses déceptions. Ça vous va ? Allez c’est parti mon kiki…

Mes 5 plaisirs :

 

N° 1 – La découverte de Silent Hills

Apprendre que mon idole Hideo Kojima bosse sur un nouveau projet c’est tout à fait le genre d’annonce qui me chamboule. Il faut bien admettre que ce n’est pas tous les jours qu’on nous lance de telles infos. Je vous autorise à m’imaginer telle une couguar qui recevrait un baiser de Patrick Bruel à la fin d’un concert au moment de la présentation ! C’est ce qui se rapprocherait le plus d’une image de moi. Je suis déjà convaincu que ce jeu sera une véritable tuerie, qui plus est que le génial Game Desinger nippon s’est associé avec un grand nom du cinéma en la personne de Guillermo del Toro. Je ne sais pas vous ce que ça vous fait, mais moi cela m’inspire énormément. Nul doute que ces deux là vont me pondre un hit en puissance, un trip stresso-angoissant et un grand moment d’horreur. Un truc riche en émotions quoi. De plus, dans ce nouveau titre, c’est Norman Reedus qui incarnera le héro jouable, acteur que je connais surtout via son personnage de Daryl Dixon dans la série The Walking Dead. Arff j’ai vraiment envie d’en savoir plus…

N° 2 – La partie coop d’Assassin’s Creed : Unity

Avec Pada, on s’est fait une petite partie d’Assassin’s Creed Unity en coopération chez Ubisoft. Une courte mission de test histoire de découvrir comment cela fonctionnera dans la version finale. Il faut bien avouer que ce fût du pur bonheur de jouer cette mission et que même avec le temps la franchise Assassin’s Creed réussi à se réinventer et avec panache svp. Avec deux professionnels comme nous, cette quête s’est réglée en quelques minutes et les templiers n’avaient qu’à bien se tenir. On a du parler pour coopérer, élaborer des stratégies, progresser avec calme, intelligence et habileté,… Au final, c’était beau, c’était fun, c’était intense, donc c’était un grand moment de cette Gamescom !

N°3 – La présentation des Sims 4

Je pense vous l’avoir déjà dit, mais je ne suis pas spécialement un grand fan des Sims. Ça me fait penser à de la télé réalité sur laquelle j’ai moi même tout pouvoir et de sans cesse devoir réagir à des situations problématiques pré-définies. Cependant, EA a réussi à me surprendre avec les Sims 4 à la Gamescom, notamment par les énormes possibilités de jeu, sa qualité visuelle, son humour omniprésent et surtout avec l’énorme travail fait du côté des émotions ressenties par les avatars. J’ai l’impression que dans ce nouvel opus, il va être possible de créer des situations incroyablement intenses et inattendues. Je me demande désormais si je ne me laisserait pas prendre au jeu cette année…

N°4 – La guerre FIFA – PES bien relancée pour 2015

J’ai testé FIFA 15 et Pro Evolution Soccer 2015 durant ce salon, les deux étaient pas mal du tout et c’est de bonne augure pour l’avenir. J’ai pris énormément de plaisir à mettre des raclées à Pada à FIFA 15, même si tout ne semblait pas encore au point, notamment dans les nouveautés dédiées à l’IA du gardien de but. Tandis que PES fait une bien belle arrivée sur consoles Next-Gen, non pas sans quelques petits défauts ci et là en terme de gameplay et surtout d’ambiance. Je pense donc que la guerre des jeux de football est belle et bien relancée et que le retour de PES sur le devant de la scène va encore une fois déchirer les gamers. Garder FIFA ? Cette valeur sure mais avec si peu de changements ? Mouais… pas sur. Ca peut être aussi tout aussi intéressant de se lancer dans le grand bain PES qui à lui aussi de fameux atouts ! Ce qui me rassure c’est que les deux franchises sont de nouveau sur un pied d’égalité et qu’elles vont certainement continuer à se réinventer durant les prochaines années pour tenter de prendre l’ascendant sur l’autre. C’est bon pour le jeu vidéo !

N°5 – Le buffet bavarois d’Upjers

Vous ne connaissez pas Upjers ? C’est un peu normal… En résumé, il s’agit d’une jeune boîte allemande qui bosse sur des jeux PHP et des applications smartphones/tablettes par exemple, des titres peut être pas super impressionnants graphiquement, mais paisiblement intéressants et addictifs. Nous étions invités dans leur Business Area un matin pour découvrir les jeux potentiellement susceptibles de sortir chez nous et ce que je peux vous assurer, c’est que ces bavarois savent recevoir ! Bières spéciales, rôti et jambonneau, sandwichs, bretzels, chocolat, et toutes sortes d’autres spécialités locales étaient à notre disposition. Mais bon à 10h du matin, l’équipe du Blog Jeu Video a fait ce qu’elle a pu… Un grand moment, des rencontres inoubliables et encore tous mes remerciements à Upjers !

J'ai reçu des souvenirs !

J’ai reçu des souvenirs !

Mes 5 regrets :

N°1 – Je n’ai vu aucun jeu PS Vita valable !

J’ai eu bon fouiller le salon de fonds en combles, je n’ai mis la main sur aucun jeu PS Vita qui valait vraiment le détour. Sony n’a aucune exclusivité ou jeu de grosse ampleur développé pour sa portable. Tandis que les développeurs externes ne semblent toujours pas intéressés à crées des jeux sur cette console, Sony ne semble pas vraiment motivé à sortir la tête de l’eau et je trouve cela bien triste. Hormis quelques indépendants et projets certes très sympathiques mais pas très affriolants pour la cause, je n’ai rien eu à me mettre sous la dent à la Gamescom. Je pense qu’on va bientôt pouvoir officialiser la mort de la console, je l’ai achetée pour rien. Allez, le seul titre qui pourrait être susceptible de m’intéresser un tant soit peu, c’est Freedom Wars dont le vous laisse le trailer ci-dessous.

N°2 – Rise of the Tomb Raider sera une exclu Xbox One

Et oui, même si l’info a été passée discrètement par Crystal Dynamics, elle a bien été entendue par les gamers du monde entier : Rise of the Tomb Raider, la nouvelle aventure de Lara Croft, sera bel et bien une exclu Xbox One ! Je trouve ça particulièrement gênant, car ça doit encore n’être qu’une histoire de gros sous et de copinage en interne, une histoire qui ne pénalisera une fois de plus que le joueur qui n’a pas les moyens de s’offrir toutes les consoles disponibles sur le marché et qui va devoir passer à côté de ce hit où alors mettre de côté pendant longtemps avant de débourser sec. Et puis si Lara Croft a aujourd’hui autant de succès, c’est en grande partie grâce à Sony et à PlayStation non ? Boah, je suis déçu et je me fait vieux…

N°3 – Nintendo toujours un cran en dessous

Je ne sais pas trop quoi vous dire pour expliquer ce fait : Le fossé entre Nintendo et Sony/Microsoft ne fait que se creuser ! Nous avons été invité chez Nintendo, et certes très bien reçu comme toujours, mais il n’empêche qu’on a pas eu grand chose de vraiment très emballant en terme de Line Up. On a joué avec plaisir à Splatoon, à Super Smach Bros, au nouveau Monster Hunter, à Yoshi, à Toad Andventure… C’est sympa oui, c’est mignon aussi oui, mais il manque un petit quelque chose. Du punch ? De l’originalité ? De la nouveauté ? De la puissance pure ? Probablement… je ne sais vraiment pas ce qui cloche, car ce ne sont pas de mauvais jeux, mais ils sont clairement à mille lieues du bonheur qu’un jeu estampillé Big N pouvait me procurer il y a une dizaine d’années.

N°4 – Le monde dans les différents palais

Incroyable ! Je ne comprend pas comment des gens peuvent attendre plus de 150 minutes pour espérer mettre la main 5 misérables minutes sur une démo d’un jeu comme « Far Cry 4 » ou « The Crew ». Non rien à faire je ne comprendrai jamais cela. Mais le problème pour moi,il est du côté des organisateurs et des éditeurs ! Je prend ça comme un sérieux manque de respect du visiteur. N’y aurait il pas moyen de faire quelque chose pour que l’attente avant d’entrer dans un stand soit un peu moins longue pour les visiteurs ? Car à ce tarif là, il attend 8 heures dans un couloir qui pue la transpiration, pour jouer 20 minutes… C’est un peu cher payer. Perso, je béni mon badge « Press Access » qui m’évite tous ces désagréments et marque mes respects à ceux qui ont la patience d’attendre.

Vous auriez le courage d'attendre vous ?

Vous auriez le courage d’attendre vous ?

N°5 – Ca sent la crise budgétaire !

Plus les années passent, plus je ressens que les temps sont durs pour tous les éditeurs. On a du chercher avant de trouver des babes avec les copains de la team ! Mais pas seulement ça, je trouve que les stands sont de moins en moins vastes et impressionnants, les grandes statues, les déguisements des exposants ou autres voitures de luxe sont devenues extrêmement rares, tandis que les distributions de cadeaux et de goodies au public sont de plus en plus calculées voir ridicules. Je comprend tout à fait ces difficultés sans doute financières, mais cela enlève aussi toute une partie de la magie qui fait la Gamescom et surtout qui fait le jeu vidéo.

Un peu d'endoctrinement avant de recevoir un porte clé !

Un peu d’endoctrinement avant de recevoir un porte clé !

GC14 : Les awards sont remis !

Et ça a du être truqué…

Le jury et les visiteurs de la Gamescom ont désigné ce matin les meilleurs jeux présents en son sein. Ainsi, on découvre quel est le jeu le plus désiré de tout le salon, le jeu le plus funny et attendu des consommateurs , le meilleur jeu sur console Sony et le meilleur jeu sur console Microsoft. Pour moi, il y avait moyen de trouver mieux que ça, mais bon allez, j’ouvre le mail et je lance l’épique « And the winner are… »

– Le jeu Best of de la Gamescom, le meilleur, le plus joué et le plus attendu :
Evolve (Take-Two Interactive GmbH/2K)

– Le jeu le plus fun et désiré par les joueurs :
Super Smash Bros. (Nintendo of Europe GmbH)

– Le meilleur jeu sur console Sony :
The Evil Within (Bethesda Softworks/ZeniMax Germany GmbH)

– Le meilleur jeu sur console Microsoft :
Evolve (Take-Two Interactive GmbH/2K)

Pour le reste :

Best Console Game Nintendo Wii:
Splatoon (Nintendo of Europe GmbH)

Best Role Playing Game:
Risen 3 (Deep Silver / Koch Media GmbH)

Best Action Game:
Evolve (Take-Two Interactive GmbH/2K)

Best Simulation Game:
Theatrhythm Final Fantasy Curtain Call (Square Enix GmbH)

Best Sports Game:
PES 2015 (Konami Digital Entertainment B.V.)

Best Family Game:
LittleBigPlanet 3 (Sony Computer Entertainment Deutschland GmbH)

Best PC Game:
Evolve (Take-Two Interactive GmbH/2K)

Best Mobile Game:
Super Smash Bros. für 3DS (Nintendo of Europe GmbH)

Best Social / Casual / Online Game:
LittleBigPlanet 3 (Sony Computer Entertainment Deutschland GmbH)

Best Online Multiplayer Game:
Evolve (Take-Two Interactive GmbH/2K)

Best Hardware (incl. peripherals)
Oculus Rift DK2 (Oculus VR)

GC 14 : Activision annonce le lancement de Call of Duty – Heroes

Les iPhones vont chauffer !

Activision estime qu’il n’est pas bon de mettre tous ses œufs dans le même panier et ne compte pas que sur Advanced Warfare pour remplir sa besace de pièces d’or. L’éditeur vient de nous annoncer qu’il proposera très rapidement Call of Duty : Heroes aux joueurs nomades. Donc pas de panique, il ne s’agit pas déjà d’un nouveau blockbuster Triple A sur Nextgen, mais bien d’un petit jeu de stratégie et de tactique fort sympathique destiné à sortir sur iOS.

Qualité ou coup d'épée dans l'eau ?

Qualité ou coup d’épée dans l’eau ?

Call of Duty : Heroes c’est quoi ? Et bien c’est un petit jeu de stratégie, de construction et de tactique destiné à sortir sur iPhone et iPad, une application visiblement très fortement inspiré par le succès d’autres titres du genre de la plateforme comme Clash of Clans. Le but est de créer une base, de la fortifier et puis d’y former une grosse armée que l’on enverra gentiment à la bataille et plus que probablement à la mort. Durant ces attaques attaques, il sera possible de donner un petit coup de main à vos troupes en incarnant directement un des héros de la franchise dont le Capitaine Price, Soap ou Harper. Les personnages ne seront d’ailleurs pas les seuls emprunts aux jeux originaux puisqu’on retrouvera également dans Heroes les killstreaks les plus populaires du multijoueur de Call of Duty.

Normalement, Call of Duty : Heroes sera disponible gratuitement et comptera sur son cash-shop pour se rentabiliser un peu (du moins si les joueurs estiment qu’ils veulent passer à la caisse pour progresser plus rapidement dans leurs conflits) mais je ne sais pas encore vraiment quand il débarquera chez nous. A l’heure où j’écris ces lignes, Activision est en train de lancer une version bêta en Australie et en Nouvelle-Zélande, ce qui me laisse croire que la version définitive ne devrait tarder.

 

Mon coup de coeur Gamescom : Tom Clancy’s – The Division

Il m’a séduit ! C’est ma plus grosse surprise

Nous sommes déjà au terme du salon allemand et l’heure des bilans arrive petit à petit. Comme chaque année à la fin du voyage, j’ai le bonheur de vous faire part de « mon coup de cœur Gamescom » qui consiste à vous présenter LE jeu que j’ai testé et qui m’enchante le plus. Après South Park en 2013, c’est encore chez Ubisoft que j’ai déniché ma perle rare, le jeu qui m’a le plus impressionné lors de cette semaine de folie, ce jeu c’est le fameux : Tom Clancy’s – The Division.

Le pitch

New-York, bien qu'abandonné, est magnifique !

New-York, bien qu’abandonné, est magnifique !

Je commence par le début, à savoir, vous placer le décor pour mieux visualiser le concept du jeu. Dans The Division, un dangereux virus s’est propagé via les nombreux échanges de billets de banque lors du Black Friday (la journée super stressante ou tous les américains font leurs courses de Noël). Très vite, New-York ne ressemble plus qu’à une ville morte, la situation ayant très vite dégénéré et créé l’anarchie totale. L’état américain ne pouvant rester les bras croisés, le président décide de déclencher la directive 51 qui consiste à réactiver tout un réseau d’agents tout aussi secrets que spéciaux, lesquels ont pour mission de ramener l’ordre et protéger la population survivante. Évidemment, je joueur dirigera un de ces agents qui débarque péniblement en ville trois semaines après le début de l’infection. La situation est grave et il va falloir se battre pour rétablir un semblant de calme et de paix.

Je le conçois, dit comme ça, le scénario pourrait ne rien inspirer de grandiose ni de révolutionnaire. Mais, bien qu’Ubi n’aie rien voulu dévoiler de concret à ce sujet, il est pratiquement sur et certain que nous aurons droit à de nombreux rebondissements scénaristiques et autres coups de théâtre ! Les développeurs se cachent bien de tout nous révéler pour mieux nous surprendre à la sortie du jeu. En tout cas, on m’a promis qu’il serait possible d’explorer la ville de New York comme bon nous semble et que nos actions auront des répercussions pour tout les joueurs, un peu comme si le jeu était dynamique, qu’il avait sa propre vie avec des évènements aléatoires.

Marquant

Les gunfights sont tactiques, avec plein de gadgets super !

Les gunfights sont tactiques, avec plein de gadgets super !

Ce qui m’a tout d’abord marqué lors de la présentation de « The Division », c’est tout d’abord sa beauté graphique. Les environnements sont superbement réalisés, les décors post-apo de la ville de New-York sont incroyables et les animations sont criantes de réalisme. Sur ce coup là déjà Ubisoft à fait un boulot de titan. Ensuite, c’est par son ambiance et la mise en scène que le titre va probablement se démarquer. En jouant et en visionnant les images présentées, j’ai particulièrement bien ressenti le stress d’une situation pesante, une certaine angoisse de savoir, de revoir, de revivre, ce qu’il se passé dans ces lieux grâce évidemment au soin apporté à la réalisation, mais aussi via les petits flash back disponibles au fil de la progression.

Côté gameplay, tout semble déjà presque au point également. On a ici un TPS pur jus, de l’action tant en solo qu’en coopération multijoueurs, des sensations en tout genre, des explosions époustouflantes,… et il y a moyen de se faire plaisir avec la playade de petits gadgets (drones, flash lumineux, grenades spéciales,…) disponibles dans l’équipement du héro. A vrai dire, The Division permet même à son joueur de caractériser un peu son agent en privilégiant telle ou telle arme, tels gadgets en fonction de ce qui est nécessaire à la mission. Ainsi il est possible de se spécialiser dans le heal, la puissance pure ou dans la captation de l’attention des ennemis par exemple. Mais quoi qu’il arrive, tout affrontement gardera un aspect particulièrement tactique qui ne permettra pas de se la jouant bourrin à chaque coup. En multijoueurs, c’est primordial de faire attention à l’orientation donnée à son avatar car on se croirait réellement dans un MMO. La complémentarité entre les joueurs est obligatoire pour arriver à quelque chose. A savoir également qu’un système d’expérience permettant de débloquer de nouvelles compétences, de nouvelles techniques de combats ainsi qu’un système de loot de nouveaux objets et de progression est évidemment prévu pour que le tout ressemble vraiment à un MMO typé action.

Il me le faut !

Enfin un jeu qui tend vers un genre nouveau !

Enfin un jeu qui tend vers un genre nouveau !

C’est certain, Tom Clancy’s – The Division est parvenu à me mettre une baffe et a su me séduire par sa beauté ainsi que par son originalité. Mais au delà de sa réalisation pratiquement parfaite, d’un concept post-apocalyptique que j’apprécie tout spécialement, d’un gigantesque open world, d’un mode multijoueurs ultra-complet, je vois surtout en The Division un jeu qui veut s’ouvrir vers un domaine encore peu (voir pas encore vraiment) exploité, celui du MMOTPS dynamique et vivant. Cette présentation à la Gamescom me laisse en tout cas des plus rêveur et j’espère sincèrement mettre rapidement la main sur ce jeu ! Malheureusement, on ne sait toujours pas quand il sortira, si ce n’est que ce ne sera pas avant 2015…

 

 

 

 

GC14 : WiLD, la surprise signée Michel Ancel

Un terrain de jeu encore jamais vu !

On peu dire que Michel Ancel a fait une apparition remarquée à Cologne cette semaine, notamment lorsqu’il a présenté WiLD lors de la conférence de presse de Sony mardi soir. Il nous a annoncé que ce nouveau jeu PS4 nous permettrait d’incarner toutes sortes de créatures dans un monde ouvert aussi grand que l’Europe ! Si ça ce n’est pas de l’ambition, je ne m’y connais pas. Mais cela a aussi le mérite d’éveiller ma curiosité et mon scepticisme…

On me vend du rêve ?

On me vend du rêve ?

Il n’y a pas très longtemps, Michel Ancel (a qui l’on doit notamment Rayman) a fondé son propre studio « Wild Sheep » et on peut dire qu’il vient de s’appliquer à la faire connaitre ! Dans la dernière partie de la conférence de Sony mardi soir, le français a présenté au public son nouveau titre « WiLD » et a réussi à éveiller la curiosité de tous les gamers présents à la Gamescom. Son explication donnée concernant le concept de son projet était un peu vague, mais il m’a paru extrêmement ambitieux. Le monsieur veut en effet nous offrir un open world grand comme l’Europe dans lequel il sera possible d’incarner des humains, ainsi que toutes sortes de créatures vivantes prospérant dans le monde du jeu de la plus insignifiante bestiole, à la plus titanesque. Rien de moins !

En fouinant un peu ces derniers jours dans la Business Area du salon, j’ai même appris qu’Ancel prévoyait d’implémenter des conditions météorologiques dynamiques, un calendrier avec des changements de saisons, tout en proposant au joueur un vaste panel d’interactions possible avec l’environnement. Un mode online sera évidemment de la partie, histoire de ne pas évoluer seul dans ce gigantesque univers magique.

J’espère sincèrement que Michel Ancel à les moyens de ses mabitions, car un projet comme ça, c’est un fameux boulot. Mais si il y a riive, je crois qu’on tient la un hit en puissance. Dans tous les cas, ce premier trailer me laisse de très bonnes impressions, il est très joli graphiquement et le monde affiché paraît assez réussi. Je suis vraiment très pressé d’en savoir plus sur cette exclusivité PS4 !

GC14 : Le personnage secret de Xenoverse identifié !

Quoi ? C’est moi ça ?

Namco Bandai Games aura tenu jusqu’à la Gamescom avant de nous annoncer le nom du mystérieux personnage montré dans les différentes images et trailers de Dragon Ball Xenoverse. En fait, il ne s’agit ni plus ni moins que de nous ! Et oui, c’était la surprise du chef du côté de chez Dimps, dans ce nouvel opus les joueurs pourront créer leur propre avatar Dragon Ball avant de se lancer dans l’aventure. Je trouve que ce n’est pas du tout une mauvaise idée, surtout si c’est bien mis en place et que l’éditeur tiens la route.

La famille Dragon Ball va s'agrandir avec ça !

La famille Dragon Ball va s’agrandir avec ça !

 

La seule et unique grosse inconnue qui tournait encore autour du jeu Dragon Ball Xenoverse vient enfin d’avoir une réponse. A la question existentielle de tous les gamers et de tous les fans de DBZ : « qui est donc ce mystérieux personnage que vous nous présentez dans les images ? » ; Namco Bandai Games vient de réponde : « Et bien c’est vous les amis ! ».

Pour la première fois dans un jeu Dragon Ball, le joueur pourra créer son propre avatar via un éditeur spécial de personnages. Celui-ci nous mettra face aux choix de nombreuses races (humains, namek, sayens, majin boo,…), de nombreuses tenues vestimentaires et évidemment de super pouvoirs. Une fois le combattant créé, c’est vers Trunks du futur qu’il faudra se diriger, lequel va nous assigner notre première mission histoire de nous lancer dans l’aventure Dragon Ball Xenoverse !

Je ne sais pas vous, mais moi j’adhère à ce genre d’idée qui, même si elle n’est pas révolutionnaire, peut se montrer intéressante ne serait ce que pour se retrouver l’espace d’un instant dans la peau de ce génie d’Akira Toryama. J’ai aussi toujours rêver de me retrouver dans l’univers Dragon Ball. J’espère que je vais pouvoir m’y modéliser de manière assez fidèle !

 

GC14 : Le premier trailer de Life is Strange est tombé !

Et avec du gameplay svp

Chose promise chose due ! En vous présentant Life is Strange il y a quelques jours, je vous avais certifié que je vous ramènerais un trailer en provenance de la Gamescom et j’ai tenu parole. Voilà donc quelques images animées qui vont nous permettre d’en savoir un peu plus sur le contenu, mais aussi sur le style, de ce nouveau jeu développé par DONTNOD Entertainment.

Tout est dessiné à la main

Tout est dessiné à la main

Annoncé quelques jours avant l’ouverture de la Gamescom, Life is Strange refait déjà parler de lui à travers une toute première bande annonce. Le studio de production français DONTNOD (auteurs du très bon « Remember Me ») s’est visiblement associé avec Square Enix afin de nous proposer un jeu d’enquête mettant en scène deux jeunes filles du nom de Max et Chloé, partant à la recherche d’une de leur camarade de classé mystérieusement disparue. La particularité du jeu résidera dans le fait que Max possède la capacité de remonter le temps, un élément important du gameplay que vous pourrez découvrir dans cette première vidéo. Pour ma part, je continue de croire que ce titre pourrait se montrer sympa et assez riche en contenu scénaristique.

Et pour ceux qui n’auraient pas lu mon précédant billet au sujet de Life is Strange, je rappelle que sa sortie est prévue épisodiquement sur les plateformes de téléchargement des deux PlayStation, des deux Xbox ainsi que sur Steam. Mais je ne sais pas encore vous dire quand sera disponible le premier chapitre malheureusement.

 

GC14 : Bloodborne ne sera pas trop hard

Quand un jeu d’action et d’aventure un peu sombre provient des studios From Software, la question que l’on se pose directement c’est : Vais-je y crever dégueulassement toutes les 2 minutes comme dans Dark Souls ? Dans ce cas ci avec Bloodborne, la réponse est non. Son producteur nous assure que ce nouveau titre est prévu pour séduire un public très large et que si le jeu était reconnu par les joueurs, ce ne serait pas pour sa difficulté extrême.

Il y avait de quoi avoir peur !

Il y avait de quoi avoir peur !

Bloodborne est un jeu développé par une team regroupant des développeurs de Dark Souls et de Demon Souls, deux action/RPG célèbres et reconnus par tous pour leur extrême difficulté. Ce sont des jeux où le gamer meurt un nombre incalculable de fois et qui n’attirent que les puristes. Il était donc logique de se poser des questions et chercher à savoir Bloodborne allait être aussi ardu que les précédant jeux de From Software. La réponse est définitivement NON, et c’est son producteur lui même qui nous l’assure.

Masaaki Yamagiwa vient de le confirmer, ce nouveau titre ne sera pas aussi difficile que Dark Souls et donné qu’il cherche à conquérir un public beaucoup plus large. Il s’est ainsi exprimé :

Avec ce que vise le jeu, et ce que nous cherchons à toucher en terme de public, nous ne pouvons évidemment pas décevoir nos fans. Ils sont vraiment importants et ils seront les ambassadeurs du jeu, mais nous voulons que plus de gens puissent partager leurs expériences.

On l’aura compris, Bloodborne sera destiné à un panel de joueurs bien plus vaste que les quelques héros qui luttent pour terminer un Dark Souls. Il n’empêche que le producteur insiste tout de même sur le faire que son nouveau bébé ne sera pas pour la cause une simple petite partie de plaisir et qu’il sera loin d’être à la portée du premier venu !

L’un de nos but principaux est de ne surtout pas nous concentrer sur la punition du joueur. Nous voulons sortir un jeu que les gens aiment. Si les joueurs aiment le jeu, ils auront envie de persévérer pour progresser ! Mais le sentiment de punition sera quand même moindre.