Rendez-moi ma virginité !

— Bastien
/ Catégorie / le Blog de Laurent

J’ai vu : Ratchet & Clank – Le film

Le célèbre duo contre le « Déplanétiseur » !

Comme vous le savez sans doute, en tant que fan de cinéma et de gaming, je suis toujours à l’affût du moindre long métrage issu d’une saga de jeux vidéo. Ces derniers jours, mon attention s’est portée sur la récente adaptation de « Ratchet & Clank », laquelle me semblait plus que plaisante après avoir visionné les quelques bandes annonces disponibles sur le net. J’ai enfin pu le voir et le revoir une deuxième fois pour m’assurer de toutes ses qualités, mais également confirmer ses quelques petits ratés. C’est un poil mitigé que je vous propose maintenant ma petite critique sur le film « Ratchet & Clank » !

Pour ceux qui ont raté le début du cours :

Avant d’attaquer en force ma critique, je me permet, voir je me dois par respect pour la franchise, d’effectuer un petit retour en arrière sur le sujet et donner quelques stats pour ceux qui auraient vécu la dernière décennie dans une grotte : Ratchet & Clank c’est une saga bien connue des joueurs de PlayStation ! Il s’agit d’une lignée de jeux d’action et de plateformes créée et développée par les équipes du Studio Insomnic Games et éditée par Sony Computer Entertainement, ce qui explique son exclusivité aux consoles (y compris les portables) PlayStation. Depuis 2002, la saga met en scène les deux mêmes héros, Ratchet le Lombax (une sorte de félin de l’espace on va dire…) et son compagnon robotisé Clank. Les deux amis possèdent des compétences qui leur sont propres et coopèrent pour lutter contre les dangereux criminels qui veulent du mal à leur galaxie.

"Ratchet & Clank - Le film" est enfin disponible en DVD !

« Ratchet & Clank – Le film » est enfin disponible en DVD !

Il faut savoir que la série de jeu Ratchet & Clank s’est vendue à plus de 13 millions exemplaires, certains épisodes restant à l’heure actuelle dans la liste des jeux s’étant le mieux vendu en terme de valeur durant sa première semaine de commercialisation. Elle a toujours séduit ses joueurs, moi le premier d’ailleurs, par son duo de choc attachant, son humour particulier, son univers « comico-futuro-spacial » et ses histoires rocambolesques. Fort de ce succès, PlayStation annonça fièrement en avril 2013 qu’une adaptation de cette saga en un film d’animation était prévue pour 2015. Aujourd’hui en 2016, après un report qui n’a fait plaisir à personne, elle est enfin là ! « Ratchet & Clank – Le film » est sorti en salle chez nous en avril dernier et à probablement déjà fait quelques heureux et/ou quelques malheureux.

La théorie :

Le décor se plante très rapidement, suite un court discours du grand méchant Drek annonçant à ses larbins que son « Déplanétiseur », vaisseau spacial infernal armé d’un laser destructeur de planètes, allait encore frapper. Le temps de charger, de viser, de tirer… la planète de Ténemule n’était plus. C’est déjà la quatrième étoile réduite à néant en quelques jours, Drek est vraisemblablement impitoyable ! Il n’en faudra pas plus pour créer l’émoi de tous les habitants de la galaxie de Solana et pour que le Président ordonne aux « Rangers Galactiques » de recruter rapidement un nouveau membre et d’intervenir face au mal qui les guette.

Les Rangers Galactiques sont là pour protéger la galaxie

Les Rangers Galactiques sont là pour protéger la galaxie

Ratchet, mécanicien en quête de grandeur, suit tout cela impuissant à la télévision sur la planète Veldin. Fan invétéré du Capitaine Qwark, chef des Rangers Galactiques, il décide de se présenter aux entretiens d’embauche du groupe de héros mais est rapidement refusé à cause de son casier judiciaire remplis d’infractions au code. Dépité il décide d’abandonner ses rêves et d’en retourner à la réparation d’aéronefs. En parallèle à cette déception, sur Quartu, Drek ordonne au docteur Néfarious, le scientifique cinglé ayant construit le Déplanétiseur, de construire une armée de robots soldats afin d’envahir le QG des Rangers Galactiques et de les anéantir une bonne fois pour toute afin de poursuivre paisiblement son plan diabolique. Mais, durant la conception de ces robots, une coupure d’électricité provoque un dysfonctionnement de la chaîne de production et la création d’un robot en totale opposition aux énormes guerriers prévus. Ce robot est une anomalie grave et doit être détruit au plus vite selon Drek ! Heureusement, il arrivera avec beaucoup de chance et d’habileté à s’enfuir du laboratoire de fabrication avec un vaisseau endommagé pour ensuite mieux s’écraser sur Veldin, la planète de Ratchet.

S’apitoyant sur son sort sur le toit de son garage, Ratchet voit un vaisseau s’écraser non loin de là et va immédiatement porter secours à son unique occupant. Il sauve de justesse le petit robot de l’explosion et le remet sur pied. Le robot, nommé Clank par Ratchet, doit au plus vite prévenir les Rangers de l’attaque imminente de Drek et accepte l’aide du Lombax pour se faire. De là débutera une belle amitié, un recrutement chez les Rangers Galactiques et surtout un sauvetage de galaxie vraiment pas dans les règles de l’art.

La pratique :

Maintenant que vous connaissez les grandes lignes du pitch, vous avez irrémédiablement pensé à deux choses : « Bah… ça ressemble à fond à Star Wars » et « Bah… c’est le scénario du tout premier jeu Ratchet & Clank ça ! ». Et vous avez entièrement raison sur les deux points. Il s’agit bien de l’adaptation de l’histoire du premier jeu sorti en 2002 sur PS2, laquelle fait étrangement penser à Star Wars à de très nombreuses reprises. Je n’ai pas trouvé ces deux faits spécialement dérangeants pour ma part. Le scénario ne crève pas l’écran, il n’est pas non plus plein de rebondissements évidemment, on s’est pratiquement toujours ce qu’il va se passer, mais il tient la route, il est sympathique, il doux, dynamique et est accessible à tous les publics, tant les connaisseurs de la saga, qu’aux petits enfants qui ne connaissent pas les deux héros. L’humour attendu est là, j’avoue voir souri quelques reprises et rigolé une ou deux fois, mais je reste tout de même sur ma faim. Il n’a pas l’impact que j’espérais à l’annonce de la création du film et après avoir vu les bandes annonces. Je m’attendais clairement à des répliques de meilleures facture, des vannes bien plus puissantes, voir l’une ou l’autre qui serait restée mémorable. Ce ne sera malheureusement pas le cas. L’histoire essaie aussi, de temps à autres de transmettre des émotions à son spectateur, mais à chaque fois avec maladresse et trop de brutalité je pense, sans vraiment prendre le temps de placer celui-ci dans l’ambiance du moment et sans insister sur l’état d’esprit du personnage. Dommage.

Ces bestioles sont à Ratchet & Clank ce que les Minions sont à Moi, Moche et Méchant, mais en bien moins marrants...

Ces bestioles sont à Ratchet & Clank ce que les Minions sont à Moi, Moche et Méchant, mais en bien moins marrants…

Visuellement par contre, c’est assez réussi ! Les décors sont pas mal fichus, bien pensés, bien construits, là aussi fidèles à l’ambiance des différents jeux vidéo, le tout avec suffisamment de détails, beaucoup de couleurs. Les animations des personnages et des environnement sont eux aussi très réussis et crédibles, rien à redire à ce niveau là : c’est beau, c’est fluide. C’est un plaisir de voir les deux héros s’agiter à l’écran avec autant de finesse alors que j’ai toujours été habitué aux gros pixels dans les jeux Ratchet & Clank !

J’ai vu Ratchet & Clank deux fois, à quelques jours intervalle. La première en version française, la seconde en VOSTFR. Il y a déjà eu là une très grande différence dans ma manière d’apprécier le film, puisqu’il y a une énorme inégalité en terme de qualité de doublages. La version de base en anglais est vraiment bien plus riche que la VF c’est le moins que je puisse dire ! D’ailleurs dans la VO, on retrouve des acteurs comme John Goodman, Rosario Dawson, Sylvester Stallone, Paul Giamatti,… et plus important encore mais certes moins connus, les véritables doubleurs des deux héros du jeu James Arnold Taylor (Ratchet) et David Kaye (Clank). Si on veut de la fidélité dans une adaptation, c’est par là que ça passe en premier non ? Côté version Française, on a même pas pris la peine de contacter les doubleurs officiels des jeux ! Maintenant oui, ça reste convaincant, c’est correct comme travail et pas dérangeant lors du visionnage, mais c’est directement plus mou et moins intense avec Squeezzie en Ratchet ou les petites interventions de Nikos Aliagas qui font croire qu’un grand nom à participé au film, qu’avec les vraies voix. Je conseille donc directement aux gamers et aux habitués de sous-titres de sauter directement sur la VO, tandis que les enfants et les anglophobes trouveront tout de même leur compte avec la VF que je qualifierai donc de « convenable ». C’est ma plus grosse déception.

Le bulletin :

Ils auraient pu faire mieux... Mais c'est sympa quand même.

Ils auraient pu faire mieux… Mais c’est sympa quand même.

Le film « Ratchet & Clank » est déjà pas mal critiqué sur la toile depuis sa sortie au cinéma. A juste titre j’ai envie de dire, au vu de ses tristes doublages en Version Française notamment. Mais moi je ne l’ai pas trouvé si mauvais en fin de compte ! Il ne casse pas la baraque c’est certain, il n’a pas l’aura, la classe ou les moralités (et encore moins le budget !!!) d’un film d’animation Pixar ou d’un Dreamworks loin de là, mais il propose tout de même de passer un bon moment à ses spectateurs. Il se laisse regarder sans la moindre prise de tête, il propose son petit brin d’humour, une agréable aventure rythmée avec deux héros attachants qui se complètent bien, il se montre suffisamment fidèle au jeu vidéo à mon goût, visuellement il est sympa,… tout n’est donc pas à jeter à la poubelle comme certains le prétendent. Et même si moi aussi j’attendais un peu plus de lui en terme de qualité d’écriture, de richesse dans les dialogues, il m’a bien plu. En fait, j’ai envie de conclure en disant que Ratchet & Clank c’est pas un film à payer 10€ par personne pour aller le voir au cinéma, mais c’est un film parfait à regarder en DVD de temps en temps avec les enfants à la maison un sale dimanche de pluie. Dans ces cas là, tout le monde y trouvera son compte !

NOTE FINALE : 12/20

 

Titre original : Ratchet & Clank

Un film réalisé par : Kevin Munroe et Jericca Cleland
Distributeur : La Belle Company
Type de film : Long Métrage
Durée : 1h33
Production : Sony
Sortie en DVD – BluRay : 23 août 2016
Genre : Animation, Aventure, Famille

 

Assassin’s Creed : La bande annonce du film dévoilée

« Nous agissons dans l’ombre pour servir la lumière »

Je vous propose de découvrir la toute première bande annonce du film Assassin’s Creed ! Enfin une belle occasion de se faire une idée du contenu et de la qualité de cette grosse production signée Justin Kurzel, laquelle devrait sortir dans les salles de cinéma pour les fêtes de Noël 2016…

Si comme moi vous suivez avec ardeur la saga d’Ubisoft, alors cette bande annone devrait vous ravir ! Elle permet d’en savoir un peu plus sur le pitch, qui selon toute vraisemblance se déroulera en pleine période d’inquisition Espagnole. On retrouve comme prévu l’acteur Michael Fassbender qui s’avère incarner plus que correctement notre héro Assassin. Plus précisément même, il entrera dans la peau de Callum Lynch, un prisonnier condamné à mort qui aura comme seul recours à la mort, la possibilité de revivre les aventures d’un de ses ancêtres via la technologie secrète Animus. Lynch se verra donc confronté au célèbre Ordre des Templiers dans une Espagne moyenâgeuse en plein conflit. La bande annonce confirme également la participation de la belle Marion Cotillard dans un rôle qui reste encore à définir.

acreedmi-1Quoiqu’il en soit, ces bribes de scènes me laissent penser que le film sera particulièrement fidèle à l’esprit des jeux, aux univers mis en place par Ubisoft, tant de par sa qualité visuelle, ses décors, que dans son gameplay, avec de nombreux sauts impressionnants, combats armés, phases de parkour assez impressionnants… La musique et les scènes présentées ici laissent présager un bon film 100% action, comme les jeux que nous connaissons quoi !

C’est de bonne augure j’ai l’impression. Je ne crois pas que nous tenons un film à oscars c’est certains, mais peut être bien une des meilleures production issues d’un jeu vidéo. Bien vite le 21 décembre 2016 que je puisse me rendre au cinéma !

Et vous qu’en pensez vous ?

 

La première bande annonce de « Pixels »

Ca m’a l’air con, mais énooorme !

Le film « Pixels » débarquera chez nous cet été, un film apocalyptico-humoristique axé sur les jeux vidéos ! Je viens d’en découvrir la première bande annonce et maintenant, je veux absolument le voir ! J’adore ce genre de films à la con, surtout s’il tourne autour de mon loisir préféré !

WTF ???

WTF ???

« Pixels » est une comédie de science fiction qui devrait arriver dans nos salles belges à la fin de ce mois d’août. Il faut bien avouer que son pitch est assez inhabituel et qu’il devrait intéresser les gamers puisqu’il raconte l’histoire de plusieurs experts en jeux vidéo qui sont recrutés par l’armée américaine pour combattre des personnages de jeux vidéo des années 1980 qui attaquent et détruise la ville de New York…

Au rayon casting, nous devrions retrouver pas mal de têtes connues comme Adma Sandler, Michelle Monaghan, Kevin James ou encore notre nain préféré de Games of Thrones Peter Dinklage. En tout cas, depuis l’arrivée de cette première bande annonce (que je vous laisse découvrir ci-dessous, je suis tout chaud et j’espère vraiment que ce film à l’humour très lourd m’offrira une belle tranche de rire !

[Ciné] Les Chevaliers du Zodiaque : La bande annonce du remake

La Légende du Sanctuaire sera au cinéma le 25 février !

Aujourd’hui est un grand jour ! Non pas parce que Noël approche, mais parce que je viens de découvrir la toute première bande annonce de « Les Chevaliers du Zodiaque – La Légende du Sanctuaire », ce remake hyper-condensé de la série animée que nous connaissons tous qui sortira très bientôt au cinéma. Ce qui me rend si content c’est que ça m’a l’air très réussi. Les dessins sont plus modernes, les nouvelles techniques d’animations me paraissent impressionnantes, le tout en restant le plus fidèle à l’épopée d’antan. En résumé : Je veux le voir de toute urgence !

078548.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxxEnfin, ils reviennent dans quelque chose qui me semble convaincant ! Je ne sais pas vous, mais moi les derniers jeux vidéos ne m’ont jamais séduit, ni même le moindre autre produit dérivé d’ailleurs. En fait, il n’y a que la série animée qui nous avait été proposée pour la toute première fois chez nous en 1988 qui arrivait à m’emporter d’une manière phénoménale. Pour moi, les Chevaliers du Zodiaque c’est avant tout cette énorme bataille contre les chevaliers d’Or, cette grimpette à travers les maisons des gardiens en armure d’or pour atteindre le Sanctuaire et défaire les plans diaboliques du Grand Pope.

Le film d’animation japonais « Les Chevaliers du Zodiaque – La Légende du Sanctuaire » réalisé par Keichi Sato, sera en fait un remake de cette partie de la série animée. Il reprendra exactement la même histoire, mais de manière très condensée pour tenir sur une pellicule d’une heure et demie, ce que je trouve déjà un peu court. L’objectif des producteur était clair dés le début avec ce film, il s’agit simplement de reprendre des séries établies, des personnages forts et de se servir de la technique d’animation moderne pour ainsi séduire aussi bien les fans de la première heure que les nouveaux spectateurs, un peu comme ce qu’ils avaient fait pour Albator il y a peu avec assez bien de réussite.

Il n’empêche qu’aujourd’hui, la première bande annonce des « Chevaliers du Zodiaque – La Légende du Sanctuaire » vient d’être publiée et qu’elle m’a laissé de très bonnes impressions. Le petit lifting des personnages me plaît assez bien, les combats semblent avoir du punch et le tout semble assez bien réalisé à en croire ces images. Je suis donc particulièrement pressé de découvrir ce nouveau film et d’autant plus heureux de voir que mes braves chevaliers de Bronze sont encore capables de me faire vibrer… Je vous donne maintenant rendez-vous dés le 25 février 2015 dans les salles obscures pour qu’on aie le voir ensemble ? Allez, je lance un Doodle.

 

Hatred : Le jeu génocidaire polémique

Pour ou contre ? Steam vient en tout cas de le bannir…

Quoi de mieux que la lumineuse, romantique et magique ambiance de Noël pour vous présenter un jeu vidéo à l’ultra-violence gratuite. Vous trouvez que ça ne colle pas trop ? Tant pis je m’en balance, ça fait trop longtemps que j’aimerais bien vous parler de Hatred, ce titre polonais qui fait le buzz depuis quelques temps. Il y a encore du neuf à son sujet et je pense que ça va saigner cette fois…

A la mi-octobre, le studio de développement polonais Destructive Creations lançait sur la toile le premier trailer de Hatred, un de leur projet de jeu à venir. Depuis ce jour, tout le monde à son avis concernant ce soft et on n’arrête pas d’en parler partout ! En fait, c’est le contenu du jeu qui choque un poil la populace. En résumé, on a à faire avec un shooter en 3D isométrique qui demande à son joueur de réaliser des tueries de masse, des meurtres en tout genres, de faire d’une zone donnée un véritable carnage sanguinolent, le tout avec des animations particulièrement crades et malsaines. Le joueur incarne ainsi un bon gros psychopathe qui n’a pour seul objectif que de se trouver des victimes potentielles à buter lâchement à travers 7 niveaux ouverts. C’est vrai qu’on ne voit pas ça tous les jours.

Face aux réactions négatives, le studio s’est directement défendu en expliquant qu’il voulait proposer une expérience psychologique et pousser les joueurs à se demander quelles seraient les motivations dernière tant de haine de la part du personnage. Les développeurs revendiquent pratiquement une démarche artistique dans la création de ce projet très « spécial » et ils se sont exprimés en ces termes :

« En cette période où le jeu vidéo doit toujours être dans le « politiquement correct », bien poli, plein de joyeuses couleurs, nous voulions réaliser quelque chose d’antagoniste. On voulait quelque chose de différent qui puisse faire plaisir et faire réfléchir le joueur quand il joue. »

Le choix d’une telle orientation est peut être un peu discutable du côté du développeur, mais il faut bien avouer que côté promotion du titre : Ça c’est fait ! Moi je suis content, je crois qu’on tient peut être ici un jeu encore plus indigne et dégradant que Postal ou encore ce bon vieux Manhunt.

Normalement, la sortie de Hatred était prévue pour le 28 janvier 2015 sur PC et sur Mac et il s’est d’ailleurs lancé ce début de semaine sur Steam via son module de promotion de projets nommé « Greenlight ». Sans surprise, Hatred à reçu un accueil en grandes pompes. En à peine quelques heures, plus de 13000 utilisateurs Steam avaient déjà accordé leur vote au jeu et marqué leur envie de voir ce projet débarquer sur la plateforme, plaçant même le soft en 7ème position des jeux les plus attendus sur Greenlight. Sacrée performance, du jamais vu en aussi peu de temps ! Seulement voilà, face à cette ruée, le contenu du jeu et toutes les polémiques qui l’entourent, Steam à décidé de retirer le jeu du programme et de ne pas lui accorder de place dans sa boutique à l’avenir. Destructive Creations à ainsi reçu un message de Valve leur signifiant l’éviction et la non publication du jeu :

« Nous voulions vous faire savoir que, en conséquence de ce que nous avons vu sur Greenlight, nous ne publierons pas Hatred sur Steam. Ceci explique pourquoi le jeu à été retiré des différents listings. »

Il faut bien avouer que c’est assez maigre comme explication de la part de Valve non ? Mais bon, on en comprend tous les sous-entendus. Et quand on check maintenant la page du jeu sur Steam, il est clairement noté que Hatred a été banni car il violait les conditions d’utilisation de Steam. Étrange car il n’est quand même pas le seul jeu violent sur la plateforme je pense…

La bonne nouvelle c’est que Hatred reste en chantier et les développeurs n’en sont que plus motivés à proposer leur « génocigame ». Destructive Creations a confirmé que le jeu sortirait bien, mais avec un peu de retard, estimant sa disponibilité vers la fin du second trimestre 2015. Reste à voir le succès qu’il aura, car même avec ce super buzz qu’il a créé, sans la plateforme Steam ça va quand même être compliqué de se vendre en masse… En tout cas il pour compter sur mon soutien. Pour une fois qu’un jeu sors un peu des sentiers battus et qu’il veut un peu déranger, moi j’adhère.

 

PS4 vs Xbox One : La plus solide est…

Le plaisir de détruire

Aujourd’hui, les gars de chez Wired ont fait quelques tests particulièrement cons (mais tout de même très intéressants) pour répondre à la question existentielle : Quelle console New Gen est la plus solide ? La quelle des deux est la plus difficile à mettre en miettes. Allez avouez, vous trouvez ça aussi stupide que moi, mais ça vous intéresse quand même de le savoir hein ! Ça tombe bien, la réponse est ici en vidéo…

Ça va faire mal !

Ça va faire mal !

Un an déjà que les deux consoles sont disponibles (un peu moins officiellement pour la Xbox One chez nous) et qu’elles se battent à coup de hits et d’exclusivités. Les comparatifs pour savoir si la PS4 est meilleure et plus puissante que la Xbox One, ou l’inverse, ne sont jamais tout à fait objectifs et il est à l’heure actuelle toujours très difficile de les départager à ce niveau. C’est pourquoi le groupe « Wired » a décidé de les mettre en opposition dans un domaine tout autre et très spécial : celui de leur solidité ! Ces enragés ont lancé une série de tests très sérieux pour savoir laquelle des deux résistait le mieux au chocs.

Ainsi nous allons voir les deux consoles de salon tomber tour à tour de différentes hauteurs. Celle qui s’allume toujous à la fin aura gagné le titre de console la plus robuste ! Attention, la sentence finale pour la perdante est particulièrement cruelle, donc les âmes sensibles doivent s’abstenir 😉

Je vous laisse maintenant découvrir la vidéo du test tout en prenant les paris !!!

Dragon Age : Origins est temporairement gratuit !

Bonsoir les gens ! Je publie un petit billet rapide histoire de vous informer que, pour une durée limitée, le très bon Dragon Age : Origins est disponible gratuitement. Je vous conseille d’aller le récupérer en vitesse, car c’est vraiment un très bon titre…

Et oui, ce n’est pas un mensonge ou une blague, Dragon Age : Origins est gratuit pour le moment sur la plateforme Origin d’Electronic Arts ! Je vous conseille sincèrement de lancer votre application ou de vous rendre sur ce lien afin de récupérer votre copie du jeu : https://www.origin.com/fr-be/store/free-games/on-the-house

Franchement, il vaut la peine d’être joué surtout à quelques encablures de la sortie d’Inquisition. Une belle aventure à vivre et à ce prix là, ce serait dommage de passer à côté !

 

Victory is ours, le splendide trailer de War Thunder

In Memoriam…

Aujourd’hui sur leblogjeuvideo.be, War Thunder et son développeur Gaijin Interactive rendent un vibrant hommage à l’armée Russe ayant défendu les ruines de Moscou face aux Allemands en 1941. Pour se faire, ils viennent de mettre en ligne une nouvelle vidéo. Quoique, j’ai plutôt envie d’appeler ça un magnifique court métrage bourré d’action, de patriotisme, de courage et d’émotions, ce serait bien plus juste ! Que vous soyez fan ou pas de War Thunder, adepte ou pas de son style multijoueurs, peut importe. Je vous conseille sincèrement de prendre le temps de regarder ce mini-film, vous ne le regretterez pas !

Sacré boulot de montage !

Sacré boulot de montage !

En fouinant un peu sur la toile cette nuit, j’ai déniché cette nouvelle vidéo du jeu War Thunder. Bien que cette fois-ci le terme de « vidéo » m’apparaisse bien péjoratif et ne corresponde pas vraiment à la qualité générale de ce que j’ai eu sous les yeux. Il s’agit plutôt d’un court métrage super bien fichu, d’un mini-film dédié à mettre en avant l’héroïsme de l’infanterie Russe durant la prise de Moscou par les Allemands en 1941, de l’aviation des deux camps et des différentes forces blindées (qui sont justement les éléments principaux du jeu War Thunder).

Ce trailer nommé « Victory is ours » est un impressionnant mélange d’action en direct, de prise de vue sur fonds verts, d’effets visuels numériques, d’images de synthèses, résonnant sous un thème musical typiquement soviétique. Le tout donne un montage super fluide et impressionnant qui m’en a donné des frissons. Combinant souvenirs de guerre, explosions en tout genre et grand spectacle, je reste sur le Q face à cette réalisation. Qu’on soit fan du jeu ou pas, on ne peut qu’apprécier ce genre de mise en scène digne d’un bon film à la Stalingrad !

C’est pourquoi je vous oblige de prendre le temps, c’est à dire quatre petites minutes, pour regarder et apprécier ce fameux trailer. Vous m’en direz ce que vous en avez pensé…

Man at Arms reproduit la Gunblade de Squall

Balèzes les mecs…

Vous connaissez peut être les forgerons de « Man at Arms », ce groupe d’artistes allumés (n’ayons pas peur des mots) bien décidés à reproduire fidèlement des armes issues de jeux vidéos. Dernièrement, ils se sont mis en tête de recréer la célèbre Gunblade de Squall dans Final Fantasy VIII, qui est à mon goût, une des plus beaux équipements tous Final fantasy confondus. Il n’y a pas à dire, le résultat est assez impressionnant, il est à la hauteur du boulot effectué ! Et maintenant, j’en veux une aussi…

Squall_GunbladeLe groupe « Man at Arms » avait déjà fait le tour de la toile il y a quelques mois en proposant une vidéo d’eux en train de reproduire avec succès la Buster Sword de Cloud et la Musamune de Sephiroth. Le résultat était bluffant et avait fait des envieux ! Il y a peu, les forgerons se sont dit qu’ils allaient passer à l’épisode suivant en tentant de recréer la superbe Gunblade de Squall dans Final Fantasy VIII.

Ainsi, pour prouver leur talent, nous montrer tous efforts fournis, tout le boulot qui tourne autour de la création et enfin les capacités de l’armes, une vidéo vient d’être publiée. Vous serez forcé de l’avouer, c’est vraiment un travail incroyable et très impressionnant. Le résultat est largement à la hauteur des espérance et je me dit que ce genre d’objet se ferait rapidement une merveilleuse place dans mon bureau à goodies…

 

Fractal V7 : L’ordre dans le chaos

La décadence humaine à l’état pur !

Oui je suis un lâche, être humain faible, une victime du système qui paie pour jouer aux blockbusters des grosses boîtes de production qui respirent à coup de millions de dollars. Oui je les achète comme un con pour y jouer quelques heures voir quelques jours puis pour mieux les classer dans les oubliés de ma vidéothèque. Je suis pourtant conscient depuis longtemps que pour prendre du plaisir (même sexuel) je ne suis pas toujours obligé de payer ! C’est pourquoi j’ai décidé de vous parler aujourd’hui d’un jeu web 100% belge, une page à laquelle je me connecte tous les jours depuis plusieurs années et qui arrive à éclipser tous les soit disant hits d’Activsion, Ubisoft et autres Electronic Arts. Je ne sais pas pourquoi, c’est comme une drogue, je reviens sans arrêt sur www.fract.org !

Pour placer le décor introductif de cette « expérience » de la meilleure des manière, sachez que d’après ses concepteurs, chaque joueur ne serait qu’une grosse merde IRL, ne représentant aucune promesse d’avenir et que personne ne peut plus rien pour eux si ce n’est la grande faucheuse. C’est déjà mort, foutu, cramé et me concernant, ils ont probablement raison. C’est pour cela qu’avec leur extrême bonté, ou leurs meilleurs intentions on ne sait pas trop, ils nous proposent une alternative intéressante avec le jeu: Fractal – L’ordre dans le chaos. Le Fract, c’est l’opportunité de vivre une existence parallèle, une vraie vie où ce que l’on fait, ce que l’ont dit, ce que l’on trouve, ce que l’on mange, ce que l’on bute lâchement, ce que l’on baise (dans tous les sens du terme),… provoque des montagnes de conséquences et vraiment pas que les meilleures.

Osez, vous n'en sortirez que plus forts !

Osez, vous n’en sortirez que plus forts !

Une expérience sociologique ?

Comme le dit si bien Cavey, le belgo-sudiste créateur du jeu :

« Dans un jeu vidéo actuel tout est déjà écrit à l’avance, vécu et revécu pour la même horde de joueurs. Les gamers se contentent de tourner en rond, de suivre le mouvement et de parcourir passivement des scénarios prédigérés ».

Ce qui me plait à moi avec Fractal : L’ordre dans le chaos, c’est que c’est précisément dans ce domaine qu’il tente de marquer sa différence. Cette page web propose à son joueur de devenir le moteur du jeu, le créateur d’un monde, un acteur à part entière du déroulement des choses sur laquelle il a plus ou moins d’emprise. Le gamer ne sait plus être le spectateur passif de la même histoire, puisqu’il n’y en a pas ! Quand on y joue, il n’y a pas de fil conducteur à suivre bêtement, il n’y a aucun background, Fractal reste toujours un jeu construit et géré par les joueurs uniquement. Et ça c’est cool ! On se lance dans une aventure, sans savoir ne serait ce que 1% de ce qui nous y attend.

L’écran principal de Fractal, c’est ça…

En débarquant sur Fractal, après une brève création d’un avatar. On débarque comme un cheveu dans la soupe, perdu au milieu de nul part dans un immense désert post-apocalyptique, avec comme seul réconfort quelques rations qui permettrons de survivre quelques lunes et rien de plus. La présence d’autres joueurs aux alentours n’est pas toujours positive puisque s’ils n’ont pas envie de faire ami-ami avec vous ou de commercer, rien ne les empêche de venir vous violer sauvagement, ou de vous voler vos provisions, ou de vous buter tranquillement pour vous bouffer, ou le tout en même temps ! Ce n’est qu’une question de points de vue, de points de vie et de points de compétence… Et vu que le Fract c’est un peu comme la vie réelle, bin quand on meurt, on meurt. Il n’y a plus rien après. Sauf qu’on peut quand même recommencer un nouveau perso si on a envie. Comme disait si bien la maman de Forrest Gump : « La vie c’est comme une boîte de chocolat », on ne sait jamais sur quoi on va tomber ». Ici au moins, le 1% de chose qu’on savait avant de se lancer dans le jeu, c’est qu’on sait que le pire est toujours à venir !

Avec un peu de chance, on se fait rapidement recruter dans un petit groupe dont le leadership revient à une petite fille mégalomaniaque à la capuche rouge, gérant de main de maître un gars pas très malin qui se prend pour un vampire en quête de rédemption, un ex-dentiste psychopathe, une sorte de Sandra Kim suicidaire, une réincarnation bienveillante de Lance Armstrong ou que sais-je encore. Attendez vous à rencontrer rien que du beau monde dans cet univers ! Dans tel cas, c’est uniquement pour nos talents de cuisinier, de chercheur d’eau, de constructeur,… et histoire que tout un chacun puisse survivre grâce aux aptitudes des autres membres de l’équipe que vous serez invité à la rejoindre. Si on a vraiment de la chance, peut être que ceux-ci font même partie d’une communauté toute proche et qu’ils vous y présenteront ! La vie en bidon-ville est quand même un peu moins désagréable que la solitude dans le désert, parole de l’immonde catcheuse black de 128 kg que j’incarne actuellement.

Là où tout est possible

Il faut s’armer pour être compétitif ! Au début, c’est pas facile.

Le concept de base du jeu toujours resté le même depuis que Fractal existe : offrir aux joueurs un monde vierge, fraîchement apocalyptisé, pour leur permettre de… faire ce qu’ils veulent ! Tout est possible ici grâce au RP, on peut tout jouer et les possibilités d’actions proposées par les créateurs sont aussi multiples qu’incroyables. Se promener innocemment : C’est possible. Devenir un espion pour la solde d’une communauté ennemie extérieure : C’est possible. Esclavager les passants pour mieux le violer de temps en temps puis les vendre : C’est possible. Devenir un grand médecin renommé : C’est possible. Organiser des rébellions avec ses potes : C’est possible. Devenir malade en bouffant le cadavre d’un de vos compagnon décédé : C’est aussi possible. Chevaucher les plaines du Fract à dos de chameau : C’est même obligatoire ! Il faut le voir pour le croire, ce type de gameplay permet vraiment de tout faire et vu que le tout se joue avec d’autres joueurs humains, les possibilités scénaristiques et le déroulement des évènements est toujours aussi inattendu qu’inimaginable.

Tous ces objectifs sont très long à atteindre et ne s’atteignent uniquement qu’en cas de survie du personnage. Ce qui est loin d’être fastoche vu dans le monde dans lequel il faut progresser. On ne débute qu’avec quelques misérables rations et quelques pauvres points de compétences. Il faudra développer ses aptitudes à force de travail régulier ou suivre des entraînements pour pour devenir quelqu’un fort ou de respecté, tout en sachant qu’il faut aussi se protéger contre les ennemis, entretenir ses amis, bien continuer de manger, de boire et de consommer fréquemment des médicaments, sinon les pertes impromptues de PV et autres maladies suspectes feront leur apparition. Puisqu’on ne sait effectuer qu’un nombre limité de déplacements et qu’une seule action par lune, il faut agir avec stratégie et intelligence, surtout lorsque le danger n’est pas loin. Vaut il mieux user son jeton d’action pour attaquer l’ennemi que de l’utiliser s’assurer une production de vivres devenant très rare ? Voir l’utiliser pour doubler ses déplacements pour courir bien vite se mettre à l’abri ? Ou faire encore autre chose de pathétique et désespéré ? La meilleure solution n’est jamais facile à trouver et à chaque fois, elle peut vous coûter la vie.

Avec un peu d’imagination

La question qui tue : Que faire avec mon jeton d’action ?

Je crois que je me rend sur ce site depuis près de 6 ans. Pourquoi donc est ce que je vous parle de Fractal aujourd’hui, alors que Fractal n’est pas une nouveauté ? Tout simplement parce qu’il vient de subir une gigantesque mise à jour, une remise à zéro de son monde et qu’il lance depuis quelques jour l’Alpha de sa V7. Avec elle-ci, nous pouvons nous attendre à encore plus de nouveautés, de possibilités, de fantaisies et de pure folie ! Accéder à cette version non-finalisée (toutes les fonctionnalités ne sont pas encore actives et que de nombreux bugs subsistent), ce serait pour vous l’occasion rêvée de vous essayer à cet univers de dinguos, histoire de vous donner un superbe aperçu des concepts du gameplay, de l’apprivoiser sans encore avoir trop de retard par rapport aux autres joueurs et sans non plus redouter une mort rapide et désagréable. Ok, le jeu n’est toujours pas super affriolant au niveau de ses graphismes et de son interface, mais il ne faut pas oublier que ce sont des gars bien de chez nous qui y bossent dans leur cave après le taf fin de journée, quand leurs sales gosses leurs permettent. Et quand on sait ça, avec un peu d’imagination et d’amour on ne voit que des merveilles à l’écran.

Il faut savoir que le Fract ne demande pas non plus énormément d’investissement de base, tant financièrement (puisque c’est gratuit) que physiquement. Comme je vous le disais, le joueur à un jeton d’action et quelques points de déplacements à utiliser sur une lune. Tout en sachant qu’on change de lune tous les mercredi et dimanche soir, cela fait deux actions à faire par semaine. Mais bon, rien ne vous empêche non plus d’être à fond dans du RP, de contacter sans arrêt vos amis dans le jeu pour créer des échanges, de commercer et de jouer au stratège durant quelques heures tous les jours afin d’évaluer les meilleures options avant l’agissement, apprendre encore et toujours sur les règles et techniques de jeu,… C’est d’ailleurs dans cette optique que le jeu propose tout son charme et que le plus de possibilités s’offrent aux joueurs !

Bouffé ou être bouffé

A essayer de toute urgence !

Cette expression n’a de sens à mes yeux que depuis que je joue à Fractal et dieu sait que je l’ai vérifiée puisqu’elle se dit là bas au premier degré. Le Fract donne la possibilité à ses « Fractaliens » de créer et de vivre dans leurs univers plus ou moins tordus et aux moralités plus ou moins recommandables. A eux de savoir ce qui se cache au fond d’eux et ce qu’ils ont envie de faire de leur existence, tout est permis ! C’est d’ailleurs pour ça que Fractal me tient depuis autant d’années. Comme je vous le disais, Fractal est un monde de fou et on ne sait jamais, ô grand jamais, ce que nous réserve la lune suivante, ni même si on sera encore en vie tiens… On est sans cesse surpris par la tournure des choses, pris et bouffé par cette méfiance que l’on éprouve envers les autres joueurs qui cachent tous très bien leur réelles intentions et par cette insatiable besoin de savoir jusqu’où on serait capable d’aller pour ne pas crever de faim, de soif ou d’une MST seul dans le désert.

Cette V7 de Fractal devrait offrir aux joueurs une expérience inoubliable et qu’il faut au moins essayer. C’est pourquoi, je vous conseille aujourd’hui de vous y inscrire, d’y créer votre premier personnage et enfin de vous lancer dans le grand bain !

Fractal : L’ordre dans le chaos V7 Alpha se joue en cliquant ici : www.fract.org

La page Facebook du jeu se trouve en cliquant ici : https://www.facebook.com/groups/19097938320/

Le Blog de Fractal où on en apprend plein sur les créateurs : http://blog.fract.org/

Le channel Youtube super marrant : https://www.youtube.com/channel/UCjgt1uUSxIl92tfbka-2s4Q

Quant à moi ‘espère vous retrouver sur le jeu très prochainement, mais uniquement si vous me promettez qu’on sera amis et que vous ne penserez pas trop à me buter. Je vous laisse avec une des nombreuses vidéos de présentation de cette V7, nouvelle évolution tant attendue par les fidèles joueurs du jeu et enfin disponible depuis quelques jours.