Rendez-moi ma virginité !

— Bastien
/ Catégorie / On fait quoi samedi ?

Fractal V7 : L’ordre dans le chaos

La décadence humaine à l’état pur !

Oui je suis un lâche, être humain faible, une victime du système qui paie pour jouer aux blockbusters des grosses boîtes de production qui respirent à coup de millions de dollars. Oui je les achète comme un con pour y jouer quelques heures voir quelques jours puis pour mieux les classer dans les oubliés de ma vidéothèque. Je suis pourtant conscient depuis longtemps que pour prendre du plaisir (même sexuel) je ne suis pas toujours obligé de payer ! C’est pourquoi j’ai décidé de vous parler aujourd’hui d’un jeu web 100% belge, une page à laquelle je me connecte tous les jours depuis plusieurs années et qui arrive à éclipser tous les soit disant hits d’Activsion, Ubisoft et autres Electronic Arts. Je ne sais pas pourquoi, c’est comme une drogue, je reviens sans arrêt sur www.fract.org !

Pour placer le décor introductif de cette « expérience » de la meilleure des manière, sachez que d’après ses concepteurs, chaque joueur ne serait qu’une grosse merde IRL, ne représentant aucune promesse d’avenir et que personne ne peut plus rien pour eux si ce n’est la grande faucheuse. C’est déjà mort, foutu, cramé et me concernant, ils ont probablement raison. C’est pour cela qu’avec leur extrême bonté, ou leurs meilleurs intentions on ne sait pas trop, ils nous proposent une alternative intéressante avec le jeu: Fractal – L’ordre dans le chaos. Le Fract, c’est l’opportunité de vivre une existence parallèle, une vraie vie où ce que l’on fait, ce que l’ont dit, ce que l’on trouve, ce que l’on mange, ce que l’on bute lâchement, ce que l’on baise (dans tous les sens du terme),… provoque des montagnes de conséquences et vraiment pas que les meilleures.

Osez, vous n'en sortirez que plus forts !

Osez, vous n’en sortirez que plus forts !

Une expérience sociologique ?

Comme le dit si bien Cavey, le belgo-sudiste créateur du jeu :

« Dans un jeu vidéo actuel tout est déjà écrit à l’avance, vécu et revécu pour la même horde de joueurs. Les gamers se contentent de tourner en rond, de suivre le mouvement et de parcourir passivement des scénarios prédigérés ».

Ce qui me plait à moi avec Fractal : L’ordre dans le chaos, c’est que c’est précisément dans ce domaine qu’il tente de marquer sa différence. Cette page web propose à son joueur de devenir le moteur du jeu, le créateur d’un monde, un acteur à part entière du déroulement des choses sur laquelle il a plus ou moins d’emprise. Le gamer ne sait plus être le spectateur passif de la même histoire, puisqu’il n’y en a pas ! Quand on y joue, il n’y a pas de fil conducteur à suivre bêtement, il n’y a aucun background, Fractal reste toujours un jeu construit et géré par les joueurs uniquement. Et ça c’est cool ! On se lance dans une aventure, sans savoir ne serait ce que 1% de ce qui nous y attend.

L’écran principal de Fractal, c’est ça…

En débarquant sur Fractal, après une brève création d’un avatar. On débarque comme un cheveu dans la soupe, perdu au milieu de nul part dans un immense désert post-apocalyptique, avec comme seul réconfort quelques rations qui permettrons de survivre quelques lunes et rien de plus. La présence d’autres joueurs aux alentours n’est pas toujours positive puisque s’ils n’ont pas envie de faire ami-ami avec vous ou de commercer, rien ne les empêche de venir vous violer sauvagement, ou de vous voler vos provisions, ou de vous buter tranquillement pour vous bouffer, ou le tout en même temps ! Ce n’est qu’une question de points de vue, de points de vie et de points de compétence… Et vu que le Fract c’est un peu comme la vie réelle, bin quand on meurt, on meurt. Il n’y a plus rien après. Sauf qu’on peut quand même recommencer un nouveau perso si on a envie. Comme disait si bien la maman de Forrest Gump : « La vie c’est comme une boîte de chocolat », on ne sait jamais sur quoi on va tomber ». Ici au moins, le 1% de chose qu’on savait avant de se lancer dans le jeu, c’est qu’on sait que le pire est toujours à venir !

Avec un peu de chance, on se fait rapidement recruter dans un petit groupe dont le leadership revient à une petite fille mégalomaniaque à la capuche rouge, gérant de main de maître un gars pas très malin qui se prend pour un vampire en quête de rédemption, un ex-dentiste psychopathe, une sorte de Sandra Kim suicidaire, une réincarnation bienveillante de Lance Armstrong ou que sais-je encore. Attendez vous à rencontrer rien que du beau monde dans cet univers ! Dans tel cas, c’est uniquement pour nos talents de cuisinier, de chercheur d’eau, de constructeur,… et histoire que tout un chacun puisse survivre grâce aux aptitudes des autres membres de l’équipe que vous serez invité à la rejoindre. Si on a vraiment de la chance, peut être que ceux-ci font même partie d’une communauté toute proche et qu’ils vous y présenteront ! La vie en bidon-ville est quand même un peu moins désagréable que la solitude dans le désert, parole de l’immonde catcheuse black de 128 kg que j’incarne actuellement.

Là où tout est possible

Il faut s’armer pour être compétitif ! Au début, c’est pas facile.

Le concept de base du jeu toujours resté le même depuis que Fractal existe : offrir aux joueurs un monde vierge, fraîchement apocalyptisé, pour leur permettre de… faire ce qu’ils veulent ! Tout est possible ici grâce au RP, on peut tout jouer et les possibilités d’actions proposées par les créateurs sont aussi multiples qu’incroyables. Se promener innocemment : C’est possible. Devenir un espion pour la solde d’une communauté ennemie extérieure : C’est possible. Esclavager les passants pour mieux le violer de temps en temps puis les vendre : C’est possible. Devenir un grand médecin renommé : C’est possible. Organiser des rébellions avec ses potes : C’est possible. Devenir malade en bouffant le cadavre d’un de vos compagnon décédé : C’est aussi possible. Chevaucher les plaines du Fract à dos de chameau : C’est même obligatoire ! Il faut le voir pour le croire, ce type de gameplay permet vraiment de tout faire et vu que le tout se joue avec d’autres joueurs humains, les possibilités scénaristiques et le déroulement des évènements est toujours aussi inattendu qu’inimaginable.

Tous ces objectifs sont très long à atteindre et ne s’atteignent uniquement qu’en cas de survie du personnage. Ce qui est loin d’être fastoche vu dans le monde dans lequel il faut progresser. On ne débute qu’avec quelques misérables rations et quelques pauvres points de compétences. Il faudra développer ses aptitudes à force de travail régulier ou suivre des entraînements pour pour devenir quelqu’un fort ou de respecté, tout en sachant qu’il faut aussi se protéger contre les ennemis, entretenir ses amis, bien continuer de manger, de boire et de consommer fréquemment des médicaments, sinon les pertes impromptues de PV et autres maladies suspectes feront leur apparition. Puisqu’on ne sait effectuer qu’un nombre limité de déplacements et qu’une seule action par lune, il faut agir avec stratégie et intelligence, surtout lorsque le danger n’est pas loin. Vaut il mieux user son jeton d’action pour attaquer l’ennemi que de l’utiliser s’assurer une production de vivres devenant très rare ? Voir l’utiliser pour doubler ses déplacements pour courir bien vite se mettre à l’abri ? Ou faire encore autre chose de pathétique et désespéré ? La meilleure solution n’est jamais facile à trouver et à chaque fois, elle peut vous coûter la vie.

Avec un peu d’imagination

La question qui tue : Que faire avec mon jeton d’action ?

Je crois que je me rend sur ce site depuis près de 6 ans. Pourquoi donc est ce que je vous parle de Fractal aujourd’hui, alors que Fractal n’est pas une nouveauté ? Tout simplement parce qu’il vient de subir une gigantesque mise à jour, une remise à zéro de son monde et qu’il lance depuis quelques jour l’Alpha de sa V7. Avec elle-ci, nous pouvons nous attendre à encore plus de nouveautés, de possibilités, de fantaisies et de pure folie ! Accéder à cette version non-finalisée (toutes les fonctionnalités ne sont pas encore actives et que de nombreux bugs subsistent), ce serait pour vous l’occasion rêvée de vous essayer à cet univers de dinguos, histoire de vous donner un superbe aperçu des concepts du gameplay, de l’apprivoiser sans encore avoir trop de retard par rapport aux autres joueurs et sans non plus redouter une mort rapide et désagréable. Ok, le jeu n’est toujours pas super affriolant au niveau de ses graphismes et de son interface, mais il ne faut pas oublier que ce sont des gars bien de chez nous qui y bossent dans leur cave après le taf fin de journée, quand leurs sales gosses leurs permettent. Et quand on sait ça, avec un peu d’imagination et d’amour on ne voit que des merveilles à l’écran.

Il faut savoir que le Fract ne demande pas non plus énormément d’investissement de base, tant financièrement (puisque c’est gratuit) que physiquement. Comme je vous le disais, le joueur à un jeton d’action et quelques points de déplacements à utiliser sur une lune. Tout en sachant qu’on change de lune tous les mercredi et dimanche soir, cela fait deux actions à faire par semaine. Mais bon, rien ne vous empêche non plus d’être à fond dans du RP, de contacter sans arrêt vos amis dans le jeu pour créer des échanges, de commercer et de jouer au stratège durant quelques heures tous les jours afin d’évaluer les meilleures options avant l’agissement, apprendre encore et toujours sur les règles et techniques de jeu,… C’est d’ailleurs dans cette optique que le jeu propose tout son charme et que le plus de possibilités s’offrent aux joueurs !

Bouffé ou être bouffé

A essayer de toute urgence !

Cette expression n’a de sens à mes yeux que depuis que je joue à Fractal et dieu sait que je l’ai vérifiée puisqu’elle se dit là bas au premier degré. Le Fract donne la possibilité à ses « Fractaliens » de créer et de vivre dans leurs univers plus ou moins tordus et aux moralités plus ou moins recommandables. A eux de savoir ce qui se cache au fond d’eux et ce qu’ils ont envie de faire de leur existence, tout est permis ! C’est d’ailleurs pour ça que Fractal me tient depuis autant d’années. Comme je vous le disais, Fractal est un monde de fou et on ne sait jamais, ô grand jamais, ce que nous réserve la lune suivante, ni même si on sera encore en vie tiens… On est sans cesse surpris par la tournure des choses, pris et bouffé par cette méfiance que l’on éprouve envers les autres joueurs qui cachent tous très bien leur réelles intentions et par cette insatiable besoin de savoir jusqu’où on serait capable d’aller pour ne pas crever de faim, de soif ou d’une MST seul dans le désert.

Cette V7 de Fractal devrait offrir aux joueurs une expérience inoubliable et qu’il faut au moins essayer. C’est pourquoi, je vous conseille aujourd’hui de vous y inscrire, d’y créer votre premier personnage et enfin de vous lancer dans le grand bain !

Fractal : L’ordre dans le chaos V7 Alpha se joue en cliquant ici : www.fract.org

La page Facebook du jeu se trouve en cliquant ici : https://www.facebook.com/groups/19097938320/

Le Blog de Fractal où on en apprend plein sur les créateurs : http://blog.fract.org/

Le channel Youtube super marrant : https://www.youtube.com/channel/UCjgt1uUSxIl92tfbka-2s4Q

Quant à moi ‘espère vous retrouver sur le jeu très prochainement, mais uniquement si vous me promettez qu’on sera amis et que vous ne penserez pas trop à me buter. Je vous laisse avec une des nombreuses vidéos de présentation de cette V7, nouvelle évolution tant attendue par les fidèles joueurs du jeu et enfin disponible depuis quelques jours.

 

 

 

 

 

Ce samedi, je vous présente Romstation !

thumbnail

Ce samedi, je voulais absolument vous faire découvrir RomStation. Cette fois-ci il ne s’agit pas d’un jeu à jouer, mais bien d’une plateforme de téléchargement de jeux Old-Scool super complète et entièrement gratuite. Celle-ci se vente à juste titre de nous faire revivre l’âge d’or du jeu vidéo et voilà longtemps que j’en suis complètement accros. Sérieux, c’est un truc de fou à découvrir de toute urgence si vous n’êtes pas encore membre !

Je vous présente aujourd’hui la plateforme RomStation ! D’accord, c’est pas tout neuf et les gamers les plus avertis connaissent sans doute ce système. Mais je m’en fout, j’avais tout de même très envie de le partager avec vous sur Le Blog Jeu Video et peut être le faire découvrir à quelques nouveaux utilisateurs car pour le moment, j’y revient beaucoup et y passe énormément de temps. Je m’adresse donc aux plus jeunes joueurs et aux rares personnes qui ne connaitraient pas encore RomStation.

Comme vous le verrez si vous le téléchargez, il s’agit d’un logiciel qui centralise bon nombre d’émulateurs de qualité et leurs jeux en une seule et même unité. Via son interface simple et intuitive, il est possible de trouver et de télécharger gratuitement de nombreuses Roms, de créer plusieurs bibliothèques et d’y jouer via ces nombreux émulateurs pré-disponibles. Super complet et super gratuit !La base de donnée et littéralement gigantesque. Les jeux sont super nombreux et ce, quelque soit la console choisie ! En effet, de la NES à la PS2 en passant par la Master System ou aux bornes d’arcade, tout les classiques de chaque machine semblent y être. J’ai même pu y découvrir quelques jeux typiquement Jap ou US, voir d’autres titres jamais sortis en Belgique, grands noms que je n’avais jamais eu l’occasion d’essayer avant. Grâce à son moteur de recherche et aux filtres disponibles, il est à la portée du moindre gogol de trouver un à son goût. Perso, j’y ai retrouvé tout mes bonheurs !

Tous les DBZ y sont même le RPG que je n'avais jamais trouvé !Les émulateurs quant à eux sont entièrement personnalisables (la taille de l’écran, touches de votre manette PC, la vitesse de jeu et j’en passe de toute sorte) et proposent surtout la possibilité de sauvegarder simplement et quand vous le voulez votre partie. En sachant que par dessus le marché, RomStation propose à ses membres un espace multijoueurs pour rejoindre une vaste sélection de jeux afin de coopérer ou de s’affronter en ligne, il y donc de quoi s’amuser, de quoi découvrir, de quoi revivre de grands moment de l’histoire des jeux vidéos et pour pas un rond de carotte !

Si vous avez envie d’essayer cette plateforme, voici la marche à suivre :

– Téléchargez et enregistrez le logiciel en cliquant ici : TELECHARGER ROMSTATION

– Installez le en cliquant sur « Executer »

– Créez vous (éventuellement car ce n’est pas obligatoire) un compte !

– Fouinez dans le navigateur et téléchargez vous premiers jeux

– Amusez vous bien !

Si vous avez la moindre question, je suis là? Sachez aussi que RomStation possède quelques tutoriels très bien foutus pour tout vous expliquer la moindre petite chose, voir des config un peu plus poussées pour les pros.

Ce samedi c’est : Halbjorn’s Wrath

thumbnail

Au menu de ce samedi : De l’ours ! Et pas n’importe quel ours, puisqu’il s’agira d’incarner un gros nounours de combat avec des super pouvoirs magiques qui veut dégommer tout ce qui bouge. Saurez vous l’aider à défendre sa forêt récemment envahie par des hordes de monstres ?

Ce samedi, je vous propose de vous essayer au sympathique « Halbjorn’s Wrath – The Right To Bear Arms » et d’entrer ainsi dans la peau d’un ours particulièrement énervé puisque bon nombres de bestioles maléfiques sont en train de saccager sa belle forêt. Si vous n’agissez pas, ce bel espace verdoyant et montagneux ne sera plus qu’un horrible désert !

Un chouette Level Design !Heureusement, afin d’haradiquer ces monstres, cet ours aura la possibilité d’utiliser un vaste panel de pouvoirs magiques destructeurs. Sorts qu’il faudra utiliser avec intelligence car ils se montreront particulièrement efficaces en fonction des ennemis présents dans la zones proche.

J’ai été étonné par la qualité de ce jeu, tant graphiquement que par sa bande son. Je suis certain que vous ne manquerez pas de de remarquer comme moi la qualité des textures, la profondeur de certains décors et la sale tête des opposants ! Par contre, il vous faudra probabalement un petit temps d’adaptation à la prise en main du gameplay. Mais je vous rassure, après une petite demie-heure de jeu même pas, vous conviendrez sans doute de son efficacité et de tour le plaisir qu’il procure pour un jeu gratuit.

 

Les boss donnent du fil à retordre !POUR SAUVER LA FORET :

 

– Cliquez sur le lien ci-contre : Halbjorn’s Wrath (255 Mo)

– Décompressez l’archive .zip que vous avez téléchargé

– Lancez l’application principale

 

Bonne chance !

Ce samedi c’est : Project Silcharde

thumbnail

Une grosse dose de Dead Space, un peu de Splinter Cell, un petite dose de Deus Ex, le tout mélangé à un air de Metal Gear, cela donne Project Silcharde ! Ce qui est justement le jeu indépendant 100% gratuit à télécharger ce samedi sur le Blog Jeu Vidéo. Saurez vous défende les labos de Biotech de l’assaut des rebelles ? C’est ce que nous allons voir…

Ca va ? Vous ressentez bien l'aspect Dead Space ?Project Silcharde c’est, comme je vous le laissais sous entendre dans l’intro, un jeu d’action et d’infiltration qui s’inspire très fort de gros classiques actuels tels que Dead Space et Splinter Cell pour ne citer qu’eux. Dans ce titre totalement gratuit, vous incarnerez un super soldat de l’unité d’élite de « Advanced Security Squad » chargé de récupérer, défendre et sécuriser les laboratoires de recherche de la société Biotech. Les rebelles de la coalition ont en effet pris d’assaut le centre névralgique de la boîte et contrôlent désormais l’ordinateur central, ce qui ne va pas vous aider du tout du tout !

Et ça sent quand même bon le MGS aussi...C’est petit coquins n’ont pas manqué d’activer différents systèmes de sécurité aussi high-tech que bien trash, et ce rien que pour vous embêter. Tourelles, robots mitrailleurs, caméras de surveillance, capteurs, gardes sur-entraînés… tout est mis en place afin de vous localiser au plus vite et de vous abattre en bonne et due forme. L’infiltration en douceur, votre équipement et votre combinaison de camouflage ultra-technologique seront pour cela vos meilleurs atouts pour rester en vie ! Il faudra les utiliser à bon escient.

Faites attention, les pièges seront nombreux !Si vous décidez de vous essayer à cette périlleuse mission, vous ne manquerez pas de relever comme moi que les développeurs de l’Université Polytechnique de Catalogne a fait du bon boulot avec ce jeu. Tant au niveau graphique qu’au niveau du gameplay, j’ai trouvé le tout particulièrement réussi. L’équipe qui a travaillé sur ce jeu est visiblement arrivée à utiliser pleinement le moteur graphique « Unreal Engine » en ajoutant de nombreux effets de lumière, des textures en haute définition et des couleurs très réussies pour un jeu indé gratuit. Je vous le conseille donc très fortement !

POUR TELECHARGER LE JEU :

– Cliquez sur le lien ci-contre : PROJECT SILCHARDE

– Enregistrez le sur votre petit ordinateur

– Désarchivez le fichier .zip que vous venez de télécharger

– Lancez l’application principale

Bon amusement !

Ce samedi c’est : DreadOut

thumbnail

« Tu ne t’éloigneras point du campement », c’est la leçon que ce jeu t’apprendra ce samedi. DreadOut, ce sont des idées piquées à droite et à gauche dans d’autres jeux, mixées et bien mélangées, saucée à l’hémoglobine et servie à l’indonésienne. Le résultat en est assez sympathique… on en reprendrait bien une partie !

A Indonesian Horror Experience

Ambiance très prometteuse !Au dépends d’en décevoir certains, je vais être franc et très clair directement : ceci n’est pas un jeu complet, mais bien une belle grosse démo. Comme cela vous êtes prévenus et je pense que vous serez moins déçu de l’apprendre ainsi dans mon billet que lorsque vous arriverez au terme du chapitre jouable. DreadOut est en effet un jeu actuellement en cours de développement dans un studio indépendant nommé Digital Happiness. J’ai tout de même choisi DreadOut car cette démo vient juste de paraître et que ce titre m’a paru diablement prometteur !

T’aurais du rester là

Et le voyage a dégénéré...Le scénario de ce jeu est un classique, mais on se prend au jeu rapidement. On incarne une jeune fille qui n’a d’autre meilleure idée que de quitter le paisible petit village de vacances où elle séjourne pour s’engoufrer dans un autre petit village sombre, inquiétant et rempli de phénomènes paranormaux. La petite asiat’ devra faire face à différents dangers mortels et bien angoissants pour le joueur. Je vous les laisse découvrir par vous même, je ne voudrais pas vous gâcher la suprise…

Pour rester en vie, le smartphone restera votre meilleure arme, car il permettra d’embarquer quelques techniques assez utiles. Votre tête sera aussi mise à rude contribution, car nombreux sont les puzzles, casse-têtes ou énigmes à résoudre, pour progresser dans la démo et éviter que certains esprits malveillants viennent dévorer votre âme.

Vivement le jeu complet

Osera ou osera pas ?On remerque directement les différentes inspirations présentes dans ce titre, notamment un chouya de Resident Evil, un peu de Siren, une belle dose de Project Zero,… le tout baignant dans des légendes indonésiennes assez bien mises en place. Les développeurs ont particulièrement bien travaillé l’ambiance du jeu, notamment avec des graphismes bien foutu et une bande son sympa, mais aussi en reprenant les plus grands thèmes historiques et horrifiques de leur région.

Envie d’y survivre ?

– Pour télécharger le jeu cliquez ici : DreadOut

– Lancez l’application .exe

– Amusez vous bien !

 

Ce samedi c’est : Cart Life

thumbnail

D’habitude, un survival c’est un jeu où un avatar doit survivre à un décor apocalyptique, peut-être avec des zombies, des grosses bêbêtes crapuleuses, ou des créatures assoiffées de sang,… mais ce samedi, il n’y a rien de tout cela. Avec Cart Life, la survie est ramenée à sa plus simple expression, à savoir : vis ta vie de merde mon gars ! Gagne ton pain pour t’acheter à bouffer, t’offrir un toit et grimper les échelons de la société malgré toutes les tuiles qui pourraient te tomber dessus. Le seul objectif a garder en vue tout au long du jeu, c’est réussir en gardant la tête haute face à toutes les désillusions qui remplissent une existence à la base très pourrie. Va falloir s’en sortir dignement en combattant ou alors crever comme une merde…

Le vrai survival

Ca a son charme comme style graphiqueAvec ses graphismes 8 bits et ses musiques on ne peut plus old-school, ses nuances de noir et blanc, ces interfaces de gestion dignes de vieux journaux, ce jeu place clairement la donne, on est pas la pour rigoler ! Au choix, vous pouvez incarner Andrus ou Mélanie deux personnes uniques mais d’une banalité exemplaire.

Andrus, c’est un réfugié Ukrénien arrivé très récemment pour refaire sa vie aux Etats-Unis en tant que vendeur de journaux. Un gars sans aucun point de chute, qui n’est accompagné que de son chat, Mr. Glembovski. Vous entamerez sa nouvelle vie par la recherche d’un endroit où dormir. Tandis que Mélanie de son côté est en plein divorce et a dû quitter son travail de bureau pour se lancer dans la vente de café. En parallèle de son nouveau job, elle doit également s’occuper de sa fille Laura, et prouver à la justice qu’elle peut gagner assez d’argent seule pour en obtenir la garde. Deux vies magnifique qui font rêver quoi… deux vies qu’il va pourtant falloir remplir du mieux possible.

Qui pour donner un coup de main à Mélanie ?Le truc c’est que quelque soit le choix du personnage, ils seront liés aux mêmes besoins que vous, moi ou un Sims. C’est à dire qu’il faut les faire manger, boire, se laver, se reposer,… mais il faudra également prendre en compte leurs différents petits caprices, comme aller chercher les clopes d’Andrus à la tabatière du coin, chercher Laura à l’école, ne jamais oublier les croquettes du chat lors des courses, des médocs et j’en passe. Si vous ne le faites pas, il ne sera pas étonnant de voir son personnage changer ou dépérir ainsi que sa qualité de vie.

Malheureusement, tous ces achats ont un prix. Et pour avoir de quoi se les offrir, bin faut bien bosser dur. Je vous prie de croire que le boulot c’est pas de tout repos, mais si vous faites bien ça, les promotions et les gains en seront votre récompense. Une bonne gestion des évènements, de son budget et de son temps sont la clé pour réussir !

Une personnalité

Un petit air de Gilles Péon non ?Cart Life n’est peut être pas un hit, déjà il est entièrement en anglais, mais il est bourré de très très bonnes idées et de concepts assez bien mis en place. Déjà il s’intéresse à la vie de deux personnages banals à souhait et tente d’en ressortir leur existence parmis des millions de gens comme eux, mais ce qui s’avère très intéressant dans ce soft gratuit, c’est qu’au fil du jeu et à travers différentes actions, le personnage que vous gérez commence à gagner une identité propre. Car en plus du métro-boulot-dodo répétitif qui fait de lui un robot de la société, l’apprentissage d’une humanité est possible via la gestion d’autres évenements spéciaux. On se rend compte que les autres personnes ont eux aussi des problèmes, des tâches à remplir, un boulot à effectuer.

En résumé, il s’agit d’un jeu qui vous poussera peut être à la réflexion sur notre manière d’être, nos agissement dans la société et nos qualités de vie actuelles…

Le rêve américain

Pour tenter de réaliser le rêve américain avec l’un des deux personnages, il faut d’abord télécharger le jeu gratuitement en cliquand sur le lien ci-dessous :

CART LIFE

Une fois téléchargé, rien de plus simple pour y jouer.

– Désarchivez le fichier .zip avec winrar par exemple

– Lancez l’apllication Cart Life.exe qui vient d’apparaître comme par magie !

 

Bon jeu, et n’hésitez pas à venir nous faire part de vos expériences avec Cart Life 😉

 

 

Ce samedi c’est : Tiny White Stones

thumbnail

Je pars du principe que ce weekend, vous ne resterez pas seul dans votre caverne. Quoi de mieux alors qu’un jeu qui va se jouer à deux ? Tiny White Stones, c’est l’histoire d’un frère et d’une soeur qui suivent un chemin parsemé de petits cailloux blancs dans les profondeurs d’une forêt sombre et maléfique… La confiance envers votre partenaire et votre coopération seront les clés pour y survivre. Vous venez avec moi ?

Hansel & Gretel 2

Un conte à vivre à deux !Tiny White Stones, que l’on traduit facilement en « Petits cailloux blancs », est un jeu d’aventure et de survie conçu pour tous les types de gamers, mais surtout les fanatiques de jeux en coopération. Comme vous l’avez sans doute compris, il se joue exclusivement à deux joueurs et nécessite deux PC connectés, soit en réseau LAN si votre compère se trouve chez vous, soit sur internet, pour vous trouver un ami en ligne.

Il n’y paraît peut petre pas comme cela aux premiers mots de mon billet, mais ce jeu est un prototype de jeu développé pendant plus de neuf mois en vue d’un projet bien plus collossal. Développé par une équipe de six jeunes étudiants en dernière année d’étude à StupInfoGame (une inuversité à Valenciennes) à obtenu le grand Prix Etudiant du jeu vidéo de l’année 2012 ainsi que le titre de 1er Lauréat du jury SupInfoGame de l’année.

Les peurs enfantines

Jamais l'un sans l'autre, une vie pour deux !Tiny White Stones prend place dans un univers contes de fée qui ne manquera pas de vous remémorer de grands classiques. En incarnant deux jeunes enfants dans ce monde hostile, il vous faudra faire 100% confiance à votre partenaire, et communiquer pour prendre les bonnes décisions ensemble. La moindre erreur se paie cash, car le gros concept du jeu, c’est que vous ne possédez qu’une vie pour deux ! Si l’un meurt, l’autre meurt aussi. Si l’un s’éloigne, le manque de l’autre vous fera dépérir très rapidement…

Si vous êtes tous les deux sérieux et malins, l’aventure sera un vrai plaisir à jouer. D’autant plus que graphiquement, le jeu tient vachement bien la route pour un jeu gratuit ! Et question gameplay, bien qu’il soit plus agréable de jouer avec un pad, il reste ainsi de le prendre en main avec un clavier…

On se lance ?

– Pour télécharger le jeu cliquez ici : Tiny White Stones

– Il n’y a pas d’installation, cliquez directement sur l’icone de lancement tinywhitestones.exe

Vous devez décider qui sera le serveur (principal), et qui sera le client. Que vous soyez en réseau local ou en ligne, votre adresse IP est détectée et s’affiche en haut à droite de l’écran. Sur le PC serveur, communiquez votre adresse IP au PC client puis cliquez sur Launch server. Sur le PC client, entrez l’adresse IP du PC serveur puis cliquez sur Connect to server.

– Ce n’est pas obligatoire, mais je vous conseille fortement de posséder un logiciel de chat vocal pour converser avec votre collègue (Skype, Teamspeak, MSN,…)

Ce samedi c’est : One Late Night

thumbnail

Ce samedi, je vous fais retourner au bureau ! Allez hop, vous avez plus que probablement du travail en retard. Même si vous êtes tout seul à trimer tard le soir, vous ne quitterez l’immeuble que lorsque vous aurez fini votre ouvrage et accessoirement si vous êtes toujours en vie…

Le jeu anti-heures supp

Mais qu'est ce que cette odeur nauséabonde dans mon écritoire ? (Dixit Gilles E.)Ce jeu est une histoire vraie, tirée de la vie de Gilles E. Celui-ci était resté tard au bureau du siège international du Blog Jeu Video la semaine passée et il a manqué d’y passer ! Alors qu’il cherchait un tutoriel illustré pour l’aider à allumer son magnétoscope, il fût interrompu par différentes entités assez suspectes et vachement dangereuses voulant probablement manger son colon… Mister G, seul durant toute la nuit au bureau, a du survivre à d’innombrables dangers jusqu’à notre arrivée le lendemain. A en croire Gilles, nos locaux renferment de terribles secrets, des choses assez malsaines et il faut mettre un terme à ces activités diaboliques pour qu’il puisse enfin regarder sa nouvelle cassette vidéo de « La petite maison dans la prairie ».

Bon ca va, vous ne me croyez pas hein ? Soyons réalistes directement alors et disons plutot que c’est un jeu vidéo tiré de faits réels. Car je me dois de vous l’avouer, le studio indépendant Black Curtain qui s’est occupé de retranscrire l’horrible évènement vécu par notre ami Gillou en jeu vidéo, a largement retravaillé les coups de théâtre pour les rendre réellement intéressants et flippants. Ils ont notamment remplacé l’effrayante lumière clignotante de l’alarme incendie de nos locaux par un spectre, les fonds d’écran Candy de ses PC par des têtes de zombies, l’éternel petit courant d’air frais qui fait voler la page du calendrier s’est transformé en objets en lévitation,… ils ont même osé tamiser et pire encore, éteindre les lumières des fois ! Au final, ce qui avait fait peur à notre héro en vrai s’avère être un chouya exagéré dans le jeu quoi…

Le travail c’est la santé ? T’es con ou quoi ?

Il se déroule des évènements tendancieux et suspects dans ces lieux ! (Gilles E.)One Late Night, tel est le nom du jeu pour rappel, était à la base créé comme démo technique au vu des faits réels vécus par Gilles. Ce qui implique qu’il s’agit d’un survival horror assez exigent qui nécessitera pas mal de ressources pour tourner à pleine puissance. Il possède en effet des graphismes très convaincants, ce qui ne le rend pas forcément accessible aux plus vieux des PC. Ces graphismes sont d’ailleurs la base de l’atmosphère très réussie de ce titre indépendant, rendant par la même occasion l’environnement très agréable à regarder et d’autant plus réaliste. Ce qui est très intéressant également avec One Late Night c’est son concept sympa et original. C’est chouette de voir que dans un lieu plutot neutre, inintéressant et soporifique à la base, peut éventuellement se développer horreur, peur et angoisse. C’est vrai que le bureau c’est pas très rigolo, mais si en plus il nous fait vivre nos pires cauchemars et peurs viscérales, va y avoir de la démission dans l’air !

A vous maintenant. Oserez vous entrer dans la peau de Gilles, comme simple petit employé d’une grande entreprise mondialement reconnue comme Le Blog Jeu Video, qui est sensé travailler d’arrache pied seul en pleine nuit ? Vous pourrez examiner millimètre par millimètre tous les bureaux du bâtiment et les lieux qui nous entourent tous les jours et qui sait, faire la lumière sur les terribles mystères que cachent nos bureaux… Alors, ça vous tente ?

Pour télécharger le jeu

Pour télécharger le jeu gratuitement, cliquez ici : One Late Night

– Cliquez donc sur le lien ci-dessus

– Enregistrez le fichier .zip (il fait une centaine de Mo)

– Désarchivez le fichier .zip avec winRar par exemple

– Lancez l’application du jeu

 

Bon courage et bonne nuit !

 

 

Ce samedi c’est : Ur not a Hero

thumbnail

Longtemps je me suis demandé d’où Max Payne, Sam Fischer, Nathan Drake et même tous les autres héros à excédents de testostérone tiraient leur inspiration et leur techniques. Et bien je viens de trouver leur mentor, le jeu vidéo auquel il ont joué toute leur jeunesse afin d’être ce qu’ils sont aujourd’hui ! Ur not a Hero c’est « The Game » pour devenir le sauveur du monde, celui qui est à la base de tout…

Action, puissance et technique

De l'action et de l'adrénalineAprès une longue absence, le jeu du samedi fait son grand retour ! Et un retour fracassant puisque je vous propose un jeu vraiment très couillu aujourd’hui. Ur not a Hero, c’est un jeu d’action et de plateforme où vous incarnez le mercenaire de votre choix afin de sauver de malheureux petits otages.

En effet, chaque avatar est différent et chacun possède certaines qualités de destruction propres et une capacité spéciale. Celles-ci vous permettrons de traverser les différents niveaux du jeu ou l’objectif sera la majorité du temps de dégommer au plus vite (et avec la manière si le coeur vous en dit) les terroristes ou malfaiteurs et ainsi libérer les innocents ou de désamorcer une bombe.

Old School et addict

A tuer dans les règles de l'art !J’ai adoré ce petit jeu d’action plateforme bourré d’adrénaline. D’abord parce qu’il est bien foutu graphiquement (style ancien pixelisé) et qu’il nécessite généralement un timing super serré, de la stratégie ou de la tactique pour passer les séries d’obstacles qui se sont présenté à moi. Ce fait, combiné à un brin d’humour, des animations sympatoches et une musique exitante, rend ce jeu vraiment passionnant à jouer.

Question gameplay, rien à redire non plus puisque les pressions sur les touches du clavier sont on ne peu plus basiques (flèches pour se déplacer, X pour tirer, A pour se mettre à couvert,…) et ne nécéssiteront pratiquement aucun temps d’adaptation.

Pour télécharger le jeu

POUR TELECHARGER LE JEU CLIQUEZ ICI : Ur not a Hero

– Cliquez sur le lien ci-dessus

– Enregistrez le fichier .rar

– Désarchivez le fichier .rar avec winRar

– Lancez l’application (oui le gros rond vert !!!)

Amusez vous bien !

Ce samedi c’est : Deity

thumbnail

Deity c’est un jeu aux inspirations multiples, un hack’n slash qui ne manque pas de piquer quelques idées consptuelles à droite à gauche, mais pour nous procurer un bon petit jeu au gameplay assez original ! Un titre assez fun que je vous conseille de tester de toute urgence.

Les persos ont la classe !Tout droit sorti de têtes des jeunes étudiants de DigiPen, ce Deity est un jeu indépendant gratuit très fun à jouer. Il ne manquera pas de vous remémorer certains gros hits du passé, une pincée de Diablo combiné avec du Shinobi par exemple, car oui il s’agit bien d’un hack’n slash d’infiltration, mais m’a principalement attiré grâce à un gameplay très original, fluide et bling bling. Il vous propose en effet de vous glisser avec classe, telle une ombre ninja, pour aller d’ennemis en ennemis, ce qui donne un mix entre action et infiltration plutôt réussi et donc un titre vraiment sympa à jouer ! Je l’ai trouvé un peu trop court, mais diablement intense donc foncez !!!

POUR TELECHARGER LE JEU CLIQUEZ ICI : DEITY

– Cliquez sur le lien ci-dessus

– Enregistrez le fichier .zip

– Désarchivez le fichier .zip avec winRar

– Lancez l’application

 

Amusez vous bien !