Rendez-moi ma virginité !

— Bastien
/ Catégorie / PSP

J’ai vu : Ratchet & Clank – Le film

Le célèbre duo contre le « Déplanétiseur » !

Comme vous le savez sans doute, en tant que fan de cinéma et de gaming, je suis toujours à l’affût du moindre long métrage issu d’une saga de jeux vidéo. Ces derniers jours, mon attention s’est portée sur la récente adaptation de « Ratchet & Clank », laquelle me semblait plus que plaisante après avoir visionné les quelques bandes annonces disponibles sur le net. J’ai enfin pu le voir et le revoir une deuxième fois pour m’assurer de toutes ses qualités, mais également confirmer ses quelques petits ratés. C’est un poil mitigé que je vous propose maintenant ma petite critique sur le film « Ratchet & Clank » !

Pour ceux qui ont raté le début du cours :

Avant d’attaquer en force ma critique, je me permet, voir je me dois par respect pour la franchise, d’effectuer un petit retour en arrière sur le sujet et donner quelques stats pour ceux qui auraient vécu la dernière décennie dans une grotte : Ratchet & Clank c’est une saga bien connue des joueurs de PlayStation ! Il s’agit d’une lignée de jeux d’action et de plateformes créée et développée par les équipes du Studio Insomnic Games et éditée par Sony Computer Entertainement, ce qui explique son exclusivité aux consoles (y compris les portables) PlayStation. Depuis 2002, la saga met en scène les deux mêmes héros, Ratchet le Lombax (une sorte de félin de l’espace on va dire…) et son compagnon robotisé Clank. Les deux amis possèdent des compétences qui leur sont propres et coopèrent pour lutter contre les dangereux criminels qui veulent du mal à leur galaxie.

"Ratchet & Clank - Le film" est enfin disponible en DVD !

« Ratchet & Clank – Le film » est enfin disponible en DVD !

Il faut savoir que la série de jeu Ratchet & Clank s’est vendue à plus de 13 millions exemplaires, certains épisodes restant à l’heure actuelle dans la liste des jeux s’étant le mieux vendu en terme de valeur durant sa première semaine de commercialisation. Elle a toujours séduit ses joueurs, moi le premier d’ailleurs, par son duo de choc attachant, son humour particulier, son univers « comico-futuro-spacial » et ses histoires rocambolesques. Fort de ce succès, PlayStation annonça fièrement en avril 2013 qu’une adaptation de cette saga en un film d’animation était prévue pour 2015. Aujourd’hui en 2016, après un report qui n’a fait plaisir à personne, elle est enfin là ! « Ratchet & Clank – Le film » est sorti en salle chez nous en avril dernier et à probablement déjà fait quelques heureux et/ou quelques malheureux.

La théorie :

Le décor se plante très rapidement, suite un court discours du grand méchant Drek annonçant à ses larbins que son « Déplanétiseur », vaisseau spacial infernal armé d’un laser destructeur de planètes, allait encore frapper. Le temps de charger, de viser, de tirer… la planète de Ténemule n’était plus. C’est déjà la quatrième étoile réduite à néant en quelques jours, Drek est vraisemblablement impitoyable ! Il n’en faudra pas plus pour créer l’émoi de tous les habitants de la galaxie de Solana et pour que le Président ordonne aux « Rangers Galactiques » de recruter rapidement un nouveau membre et d’intervenir face au mal qui les guette.

Les Rangers Galactiques sont là pour protéger la galaxie

Les Rangers Galactiques sont là pour protéger la galaxie

Ratchet, mécanicien en quête de grandeur, suit tout cela impuissant à la télévision sur la planète Veldin. Fan invétéré du Capitaine Qwark, chef des Rangers Galactiques, il décide de se présenter aux entretiens d’embauche du groupe de héros mais est rapidement refusé à cause de son casier judiciaire remplis d’infractions au code. Dépité il décide d’abandonner ses rêves et d’en retourner à la réparation d’aéronefs. En parallèle à cette déception, sur Quartu, Drek ordonne au docteur Néfarious, le scientifique cinglé ayant construit le Déplanétiseur, de construire une armée de robots soldats afin d’envahir le QG des Rangers Galactiques et de les anéantir une bonne fois pour toute afin de poursuivre paisiblement son plan diabolique. Mais, durant la conception de ces robots, une coupure d’électricité provoque un dysfonctionnement de la chaîne de production et la création d’un robot en totale opposition aux énormes guerriers prévus. Ce robot est une anomalie grave et doit être détruit au plus vite selon Drek ! Heureusement, il arrivera avec beaucoup de chance et d’habileté à s’enfuir du laboratoire de fabrication avec un vaisseau endommagé pour ensuite mieux s’écraser sur Veldin, la planète de Ratchet.

S’apitoyant sur son sort sur le toit de son garage, Ratchet voit un vaisseau s’écraser non loin de là et va immédiatement porter secours à son unique occupant. Il sauve de justesse le petit robot de l’explosion et le remet sur pied. Le robot, nommé Clank par Ratchet, doit au plus vite prévenir les Rangers de l’attaque imminente de Drek et accepte l’aide du Lombax pour se faire. De là débutera une belle amitié, un recrutement chez les Rangers Galactiques et surtout un sauvetage de galaxie vraiment pas dans les règles de l’art.

La pratique :

Maintenant que vous connaissez les grandes lignes du pitch, vous avez irrémédiablement pensé à deux choses : « Bah… ça ressemble à fond à Star Wars » et « Bah… c’est le scénario du tout premier jeu Ratchet & Clank ça ! ». Et vous avez entièrement raison sur les deux points. Il s’agit bien de l’adaptation de l’histoire du premier jeu sorti en 2002 sur PS2, laquelle fait étrangement penser à Star Wars à de très nombreuses reprises. Je n’ai pas trouvé ces deux faits spécialement dérangeants pour ma part. Le scénario ne crève pas l’écran, il n’est pas non plus plein de rebondissements évidemment, on s’est pratiquement toujours ce qu’il va se passer, mais il tient la route, il est sympathique, il doux, dynamique et est accessible à tous les publics, tant les connaisseurs de la saga, qu’aux petits enfants qui ne connaissent pas les deux héros. L’humour attendu est là, j’avoue voir souri quelques reprises et rigolé une ou deux fois, mais je reste tout de même sur ma faim. Il n’a pas l’impact que j’espérais à l’annonce de la création du film et après avoir vu les bandes annonces. Je m’attendais clairement à des répliques de meilleures facture, des vannes bien plus puissantes, voir l’une ou l’autre qui serait restée mémorable. Ce ne sera malheureusement pas le cas. L’histoire essaie aussi, de temps à autres de transmettre des émotions à son spectateur, mais à chaque fois avec maladresse et trop de brutalité je pense, sans vraiment prendre le temps de placer celui-ci dans l’ambiance du moment et sans insister sur l’état d’esprit du personnage. Dommage.

Ces bestioles sont à Ratchet & Clank ce que les Minions sont à Moi, Moche et Méchant, mais en bien moins marrants...

Ces bestioles sont à Ratchet & Clank ce que les Minions sont à Moi, Moche et Méchant, mais en bien moins marrants…

Visuellement par contre, c’est assez réussi ! Les décors sont pas mal fichus, bien pensés, bien construits, là aussi fidèles à l’ambiance des différents jeux vidéo, le tout avec suffisamment de détails, beaucoup de couleurs. Les animations des personnages et des environnement sont eux aussi très réussis et crédibles, rien à redire à ce niveau là : c’est beau, c’est fluide. C’est un plaisir de voir les deux héros s’agiter à l’écran avec autant de finesse alors que j’ai toujours été habitué aux gros pixels dans les jeux Ratchet & Clank !

J’ai vu Ratchet & Clank deux fois, à quelques jours intervalle. La première en version française, la seconde en VOSTFR. Il y a déjà eu là une très grande différence dans ma manière d’apprécier le film, puisqu’il y a une énorme inégalité en terme de qualité de doublages. La version de base en anglais est vraiment bien plus riche que la VF c’est le moins que je puisse dire ! D’ailleurs dans la VO, on retrouve des acteurs comme John Goodman, Rosario Dawson, Sylvester Stallone, Paul Giamatti,… et plus important encore mais certes moins connus, les véritables doubleurs des deux héros du jeu James Arnold Taylor (Ratchet) et David Kaye (Clank). Si on veut de la fidélité dans une adaptation, c’est par là que ça passe en premier non ? Côté version Française, on a même pas pris la peine de contacter les doubleurs officiels des jeux ! Maintenant oui, ça reste convaincant, c’est correct comme travail et pas dérangeant lors du visionnage, mais c’est directement plus mou et moins intense avec Squeezzie en Ratchet ou les petites interventions de Nikos Aliagas qui font croire qu’un grand nom à participé au film, qu’avec les vraies voix. Je conseille donc directement aux gamers et aux habitués de sous-titres de sauter directement sur la VO, tandis que les enfants et les anglophobes trouveront tout de même leur compte avec la VF que je qualifierai donc de « convenable ». C’est ma plus grosse déception.

Le bulletin :

Ils auraient pu faire mieux... Mais c'est sympa quand même.

Ils auraient pu faire mieux… Mais c’est sympa quand même.

Le film « Ratchet & Clank » est déjà pas mal critiqué sur la toile depuis sa sortie au cinéma. A juste titre j’ai envie de dire, au vu de ses tristes doublages en Version Française notamment. Mais moi je ne l’ai pas trouvé si mauvais en fin de compte ! Il ne casse pas la baraque c’est certain, il n’a pas l’aura, la classe ou les moralités (et encore moins le budget !!!) d’un film d’animation Pixar ou d’un Dreamworks loin de là, mais il propose tout de même de passer un bon moment à ses spectateurs. Il se laisse regarder sans la moindre prise de tête, il propose son petit brin d’humour, une agréable aventure rythmée avec deux héros attachants qui se complètent bien, il se montre suffisamment fidèle au jeu vidéo à mon goût, visuellement il est sympa,… tout n’est donc pas à jeter à la poubelle comme certains le prétendent. Et même si moi aussi j’attendais un peu plus de lui en terme de qualité d’écriture, de richesse dans les dialogues, il m’a bien plu. En fait, j’ai envie de conclure en disant que Ratchet & Clank c’est pas un film à payer 10€ par personne pour aller le voir au cinéma, mais c’est un film parfait à regarder en DVD de temps en temps avec les enfants à la maison un sale dimanche de pluie. Dans ces cas là, tout le monde y trouvera son compte !

NOTE FINALE : 12/20

 

Titre original : Ratchet & Clank

Un film réalisé par : Kevin Munroe et Jericca Cleland
Distributeur : La Belle Company
Type de film : Long Métrage
Durée : 1h33
Production : Sony
Sortie en DVD – BluRay : 23 août 2016
Genre : Animation, Aventure, Famille

 

Un peu de nostalgie, PlayStation va avoir 20 ans !

Sony va fêter…

Le temps passe si vite… la PlayStation va déjà avoir 20 ans en cette fin d’année 2014 ! Sony se veut nostalgique et bien décidé a fêter l’évènement. Aujourd’hui, c’est avec une petite vidéo de quelques uns des meilleurs moments de la marque et l’ouverture d’un site consacré à cet anniversaire que le géant nippon tenter de marquer le coup.

Sortie officiellement le 3 décembre 1994 au Japon, la première PlayStation fût la première console de jeu à sortir des laboratoires et autres centres d’essai de chez Sony et on ne peut que l’approuver, cette première machine à indéniablement influencé l’industrie du jeu vidéo. A l’époque, on pouvait même parler de véritable révolution ! J’ai même envie de dire que c’est grâce à elle que le jeu vidéo s’est popularisé à travers le monde et qu’il est devenu à se point un objet de business. Les années ont filé et Sony à proposé aux joueurs de nombreuses autres machines au fil du temps, toujours plus perfectionnées et impressionnantes.

Bon anniversaire !!!

Bon anniversaire !!!

Aujourd’hui, à l’aube de fêter le 20 ème anniversaire de la marque PlayStation, Sony se veut nostalgique et prépare une grande fête. Le groupe japonais nous propose déjà une première vidéo compilant quelques uns des meilleurs moments des PlayStation et nous informe de l’ouverture d’un site internet entièrement dédié à l’actualité de cet anniversaire ==> http://www.jp.playstation.com/20th/

Force est de constater que pour le moment, le tout est un peu trop japonisé pour moi, tant la vidéo que le site. J’espère que nous pourrons également en profiter d’ici peu de temps !

 

Le PSN a encore été hacké !

Lizard Squad revendique l’attaque

Vous avez surement surement remarqué que, depuis fin de matinée ce dimanche, le réseau PSN est hors service quel que soit le support avec lequel on essaie de s’y connecter ! Ce n’est pas une mise à jour ou une maintenance comme le présente Sony quand vous allumez votre console qui pose problème, cela résulte en fait d’un nouvelle attaque de hackeurs ! Prions maintenant tous les dieux de tous les jeux pour que ce ne soit pas trop grave et surtout pour ne pas revivre l’horreur de 2011…

A l’heure où j’écris ces lignes, certains d’entre vous se demandent encore pourquoi ils ne savent pas connecter leurs PlayStation au PSN, se rendre sur les différents services en ligne de Sony et surtout combien de temps va encore durer cette fameuse « maintenance » qui nous est affichée à l’allumage des consoles. Mais cette coupure n’est pas due à la moindre maintenance, ni même à la mise en place avancée de la mise à jour qui était prévue pour la semaine prochaine. C’est bien à une nouvelle attaque de pirates informatiques à qui l’ont doit cette nouvelle brusque coupure du réseau. Cette attaque DDOS fait désormais apparaitre différentes erreurs comme la 8070092 qui stipule qu’il est actuellement impossible de se connecter au réseau PSN.

Il y a quelques instants, le groupe de hackeurs Lizard Squad a annoncé être l’auteur de ce piratage et se justifie sur Twitter en expliquant qu’ils veulent attirer l’attention du géant nippon sur le fait qu’il ne consacre pas suffisamment de fonds dans ses réseaux et à leur protection. Le groupe a également annoncé s’être attaqués aux serveurs de « League of Legend » ainsi qu’à « Battle.net » et « Grinding Gear’s Path of Exile » pour les mêmes raisons. Quelle galère… ça me rappelle le dramatique hack de 2011 qui nous avait privé de jeu en ligne pendant des semaines.

Pour le moment, il est difficile de dire quand les services de Sony rouvrirons leurs portes. La firme japonaise n’a pas encore communiqué officiellement la moindre info concernant l’ampleur de la pénétration et les dégâts encourus. J’espère cependant que le collectif Lizard Squad n’a pas créé de soucis trop profonds et que les ingénieurs de la boîte vont rapidement pouvoir sécuriser toutes nos infos. En tout cas, cela me prouve aussi que Sony n’est toujours pas au top en ce qui concerne la protection de nos données personnelles et qu’il y a encore un fameux travail à faire en terme de sécurité de ses réseaux… Ca fait peur !

[Mise à jour de 17h00] Il semblerait que tout revienne à la normale petit à petit. Les serveurs se réactivent lentement et certains gamers affirment qu’ils ont de nouveau accès au PSN. Pour ma part, rien de neuf… je viens d’allumer la PS4 et elle me refuse toujours l’accès aux services en ligne. Je vous tiens au jus !

[E3 14] Sony tease sa conférence de presse E3 2014 !

Que nous cachent ils encore ?

Nous ne sommes plus qu’à quelques petites heures du début des conférences de presse de cet E3 2014 et Sony Computer Entertainment semble particulièrement pressé de nous parler de tout ce qu’il secrète depuis de longs mois ! Nous cacheraient ils quelques chose ces petits coquins ? Il est vrai que l’année passée, la firme nippone avait mis une sacrée raclée à ses concurrents et nous avait proposé une impressionnante conférence pleine d’infos PS4 intéressantes et nous en avait mis plein les mirettes à grands coups de hits explosifs. En tout cas, afin d’exprimer son impatience à libérer toutes les infos en leur possession Sony vient de balancer ce petit teaser de sa propre conférence qui aura lieu ce soir (ou plutôt cette nuit) aux alentours de 3h du matin, juste histoire de nous mettre l’eau à la bouche.

Pour ma part, j’espère en apprendre un peu plus concernant « Morpheus » cette nuit, ce fameux casque virtuel de la boîte que l’on annonce si révolutionnaire. Et plus encore les premières images de gameplay d’Uncharted 4 dont je suis grand fan de la saga par exemple ! Ca va être dur de rester éveillé, mais je suis pratiquement sur que l’attente en vaudra la chandelle. Et si vous n’êtes pas dans le fond de votre lit à cette heure là, sachez que vous pouvez toujours rejoindre toute l’équipe du Blog Jeu Video peu avant 3h, sur le billet prévu à cet effet afin de suivre, réagir et commenter cette conférence de presse Sony en direct ! On vous y attend nombreux 😉

Attention : Grosse maintenance à venir pour le PSN !

thumbnail

Une fois n’est pas coutume, Sony nous prévient largement à l’avance d’une future maintenance. C’est une chouette initiative, mais au vu de sa longue durée et des énormes désagréments qui en découleront, cette annonce est assez logique ! Préparez vous psychologiquement à ne pas jouer en ligne début de semaine prochaine les gars…

La fiche d'alerteMalheureusement les maintenances de PlayStation Network sont obligatoires et toujours très pénibles à vivre. Mais pour une fois vous avez le temps de vous y préparer puisque Sony annonce une grosse maintenance répartie sur deux jours tout au début de semaine prochaine. Tous les services en ligne de la firme nippone seront ainsi complètement indisponibles du lundi 15 avril aux alentours de 15 h, jusqu’au mardi 16 avril aux environs de 6 heures.

Tout au long de la maintenance, les services suivants ne seront pas disponibles :

  • PlayStation Store sur PS3, PS Vita et PSP.
  • Gestion du compte PlayStation Network.
  • Inscription de compte PlayStation Network.
  • Jeux en ligne

Vous ne pourrez pas non plus vous connecter au PlayStation Network à partir de eu.playstation.com.

Cependant, vous pourrez quand même continuer à amasser des trophées de jeux. Ceux-ci seront mis à jour dans votre profil dès que le PlayStation Network aura été réactivé. Et puis si vous êtes motivés et vraiment accros au jeu en ligne, sachez que si vous vous connectez sur une partie multijoueurs avant le début de la maintenance, vous pourrez continuer à jouer tranquillement en priant pour ne pas avoir la moindre petite coupure…

Ce qui m’embête moi, c’est que Sony n’a donné aucune explication, ni les raisons de cette nouvelle coupure de plus de 14h. Je suppose que cela doit encore être relatif à des soucis techniques voir de sécurité !

Une nouvelle pub pour la PS Vita avec Jay Kabira

par JonhyBleez
thumbnail

Je vous en parlais dans un précédent billet (PS Vita : Une baisse de prix annoncée pour le Japon), la PS Vita a baissé de prix depuis le 28 février et est passée à 19.980 yens (160 €), quel que soit le modèle, Wi-Fi ou 3G. Il semblerait que l’écho ait fonctionné auprès des joueurs, certaines rumeurs font état de rupture de stock !

PS Vita et rupture de stock dans une même phrase ! Vous l’avez lu ici en premier !

Pour appuyer ce coup marketing, Sony accompagne son action d’une pub qui sent bon la chasse. En effet, la firme japonaise mise gros sur les clones de Monster Hunter qui devraient arriver sur leur dernière portable. On y retrouve dès lors des images de Soul Sacrifice, Toukiden, et Phantasy Star Online 2.

Et puis y’a pas à dire, les pubs et les covers de PlayStation JP ont quand même beaucoup plus de gueule que les nôtres !

Test : Ratchet & Clank – QForce

par Pada
thumbnail

Faut-il encore présenter les nobles héros que sont devenus Ratchet and Clank ? Apparus pour la première fois en 2002 sur la playstation 2, nous incarnons le lombax Ratchet et son fidèle robot Clank dans un univers futuristes, munis de gadgets et d’armes en tout genre. Pour les 10 ans de la franchise, Insomniac propose un jeu qui rassemble jeu de tire, jeu de plate-forme et Tower defense.

Un concept intéressant dit comme ça, mais qui ne m’apparait au final pas aboutit. Et si le plaisir de retrouver Ratchet dans un nouvel opus est bien présent, celui-ci aura du mal à convaincre pleinement les fans de la première heure.

Pour le côté histoire, on retrouve l’ancien Président Galactique Qwark et ses comparses Ratchet and Clank rassemblés afin de combattre un mystérieux individu qui sème le chaos sur différentes planètes. La célèbre Qforce est alors reformée et doit s’occuper de relancer les systèmes de défense sur différentes planètes. Nous commençons avec 6 générateurs à défendre quoi qu’il en coûte, subissant vagues après vagues les attaques d’ennemis de plus en plus nombreux et de plus en plus coriaces.

Des sessions en 3 phases

Chaque partie comprend 3 phases. La première d’exploration et de reconnaissance, consistant à récolter un maximum de boulons et de débloquer des armes afin de pouvoir acheter des structures de défenses.

La deuxième comprend la mise en place de ces structures. Il faudra donc être sur d’avoir récolté le plus de boulons possible afin d’élaborer une défense solide protégeant les 6 générateurs. Pour cela, une astuce pour avoir une grande quantité de boulons consiste à retourner sur le phénix une fois l’exploration terminée et revenir sur la partie. Ainsi, caisses et ennemis réapparaiteront, mais les noeuds capturés et les éléments de défenses seront toujours en place. On peut apparenter cela à de la triche, oui je l’avoue, mais il n’y a pas de mal à utiliser les atouts du jeu le mieux possibles.

La troisième phase consiste à attaquer la base adverse et de retourner à la base alliée afin de la défendre d’une attaque majeure. C’est là que tout se complique. Les vagues d’ennemis sont nombreuses et c’est parfois avec beaucoup de souffrance qu’il faudra résister jusqu’à ce que le système planétaire soit remis en place.

Si l’exploration est intéressante, rassemblant quelques éléments issus des anciens opus, tels que les tuyaux et le swinger, les vagues incessantes d’ennemis nous obligeront à retourner régulièrement à la base. Si on ajoute à cela le fait que les défences ennemies réapparaissent lorsque l’on quitte la zone, ont obtient un mélange entre tower defense et aventure qui se monte peu efficace. Heureusement, la campagne peut se jouer en mode solo ou en coopération (en local ou en ligne). Cela permet donc de se partager les tâches et de pouvoir gagner un temps non négligeable.

Et l’évolution des armes dans tout ça ?

Le système d’évolution des armes et des grades reste présent, mais ne me semble nullement indispensable. Le choix des armes est vaste, certaines sont extrèmement destructives, d’autres permettent de ralentir les ennemis, d’autres de les transformer, tout cela est très chouette, mais on se rend vite compte qu’il est possible de finir le jeu avec seulement 2 de ces armes. Et si nous pouvons choisir de jouer avec Ratchet, Clank (dans sa version géante) et Qwark, la seule différence réside dans le skin. Les 3 compères possendent les mêmes armes ainsi que les mêmes aptitudes.

Le scénario commence bien avec l’apparition d’un mystérieux méchant et que l’humour reste bien présent dans cet opus, mais je vous avoue que je n’en ai pas moins été déçu. Si le développement d’un scénario explosif n’a jamais été le point fort de la franchise, nous vivons une aventure relativement inintéressante. C’est avec un gout de trop peu et un “quoi, c’est déjà fini” que j’ai vu apparaître sur mon écran le générique final.

Pour rallonger quelque peu la durée de vie du jeu, des épreuves multijoueurs en lignes ont été rajoutées. Les combats 1 contre 1 ou 2 contre 2 comportent 3 phases : Premièrement le joueur doit acquérir des positions; permettant d’obtenir armes et boulons dans le but d’organiser les défenses et l’attaques de la base ennemie. Pour la dernière phase, le joueur devra recruter des troupes afin de pouvoir détruire les générateurs ennemis.

“C’est de toute beauté”

Si la durée de vie et le scénario ne semblent pas aboutis, les points forts restent le graphisme et la bande son qui sans être des chefs-d’œuvre sont réalisés avec beaucoup de briau et sont agréables tant à l’oeil qu’à l’oreille. L’univers de Ratcher et le doublage des voix est convainquant et nous plonge complètement dans la partie.

Tout cela semble dans un premier temps fort sympathique avec toute cette stratégie et cette action, mais on aura vite fait de faire le tour à cause du peu de maps présentes dans le pack de base. Mais rassurez-vous ! Des nouvelles maps et des nouveaux skins seront proposés dans les prochains DLC. Et puis, dites-vous qu’avec un jeu à si bas prix, on ne peut pas non plus crier au scandale.

Les plus

  • Un univers vraiment sympa
  • Un peu d’humour dans ce monde de brute
  • Un bon rapport qualité/prix

Les moins

  • Un jeu un peu répétitif
  • Un scénario quasi inexistant
  • Une durée de vie un peu courte

Editeurs : Sony

Développeurs : Insomniac Games

Genre : Action, plate-forme, Tower Defense

Multijoueurs : 2 joueurs en local et 4 joueurs en ligne

Classification : Déconseillé aux -7 ans

Existe sur : PS3 et PS Vita

Note : 14/20

Test : Assassin’s Creed 3 Liberation

par JonhyBleez
thumbnail

Ce test a été écrit par une personne seule; aux origines ethniques multiples, aux opinions politiques controversées et à la croyance religieuse scandaleuse.

Ubisoft tente ici avec Assassin’s Creed 3 : Liberation de proposer un titre équivalent aux versions “salon” de la saga. La PS Vita, quant à elle, a besoin d’un gros titre pour espérer booster ses toujours très faibles ventes. L’arrivée d’un nouveau jeu associé à une licence forte peut clairement faire pencher la balance dans le bon sens. Reste à savoir si le jeu en question est lui à la hauteur des attentes que l’on a. Alors, qu’en est-il de cet épisode ? Élément indispensable ou à ranger aux côtés d’autres spin-off sorties sur portables et mobiles ?

Liberation, un jeu ambitieux

On rencontrera Connor durant notre péripleLe jeu est développé par Ubisoft Sofia, sous l’oeil bienveillant d’Ubisoft Montreal. Liberation se veut être un vrai épisode, complètement intégré dans l’histoire de la saga. En ce sens, j’entends là monde ouvert et liberté d’actions, grande ville et environnement à explorer.

Liberation met en scène Aveline, une première dans un Assassin’s Creed, le personnage principal étant une héroïne. La dernière chose à mettre en avant, c’est le développement de la perspective des Templiers dans leur combat contre les Assassins.

Cet épisode est donc un gros challenge pour Ubisoft, qui tente d’innover sur de nombreux plans, tant au niveau du gameplay qu’au niveau de son scénario. Le pari a-t-il été relevé ?

Une fiction dans le réel

 

Répondons tout de suite. En grande partie, oui. Je n’ai pas vu le temps passer, signe que le jeu nous plonge vraiment dans son histoire. Le personnage d’Aveline et son charisme y aidant beaucoup.

Les doublages sont quant à eux moins crédibles, mais on passera à coté de ce petit bémol durant les cut-scenes qui sont comme dans tout Assassin’s Creed, très cinématographiques et servant l’histoire. Reste à garder son esprit concentré pour bien accrocher tous les éléments au fil rouge, parfois un peu décousu. Des aller-retour fréquents vers la base de données de l’Animus seront nécessaires pour bien tout accrocher et ne pas pas se perdre en chemin. En bref, la narration est un peu en dessous de ce que l’on n’avait l’habitude de voir.

Les thèmes abordés sont très adultes. On parle dans cet épisode d’esclavagisme dans la Louisiane du XVIII ème siècle, des colonies et de la lutte des pouvoirs entre Français, Espagnole et Britannique, mais également du rôle de la femme dans la société. Une fiction intéressante sur cette époque, et sur le combat entre les Templiers et les Assassins.

Aveline : 3 en 1

 

Liberation tente des choses, je vous l’annonçais plus haut. Une des plus grosses spécificités du titre se situe au niveau des capacités de notre héroïne. Notre jolie dame métisse peut s’équiper de plusieurs costumes, chacun lui offrant un type de gameplay différent.

En fonction de celui qu’elle porte, elle sera en mesure de faire ou non certaines actions. Ce qui change aussi, c’est le comportement des personnages en jeu à la vue d’Aveline. On retrouve à divers endroits de la ville des magasins qui serviront de dressing room à notre belle afin qu’elle puisse changer de vêtements.

On aurait pu penser que ces costumes offriraient de nombreuses possibilités quant à la réalisation des missions mais dans les faits, ceux-ci nous sont bien souvent imposés et il est parfois énervant de devoir absolument se changer pour continuer la mission et faire avancer l’histoire.Redemption song

Un système de recherche pour chacune de nos « personnalités » est mise en place. En fonction des actes illégaux que l’on commet quand on porte un costume, une jauge de notoriété se remplie. Tant que l’on ne dépasse pas le jaune, on attire pas l’attention de la foule. Pour faire diminuer l’attention apportée, on peut soit faire disparaître les témoins d’un de nos méfaits, arracher les avis de recherches que nous retrouvons dans la ville ou soudoyer les bonnes personnes.

Ce triple gameplay est vraiment séduisant. Mais le costume de la dame et sa lenteur pourront en faire crier plus d’un, tant la différence au niveau des déplacements avec les deux autres classes est énorme.

La Vita è bella

Un opus sur PS Vita se doit de mettre en avant les spécificités de la console, c’est la coutume. Alors, quand c’est bien pensé et que ce n’est pas que gadget, c’est chouette. A l’inverse, un feature mal calibré, juste là pour faire beau peut rapidement agacer, surtout quand ça ne fonctionne pas. 

Dans cette dernière catégorie, on ciblera particulièrement le déchiffrage de parchemin à l’aide de source lumineuse ou l’ouverture des lettres à l’aide des deux pavés tactiles à utiliser simultanément. Gadget et peu convaincant. Ce qui fonctionne et qui augmente réellement le gameplay, ce sont les multiples kills et le vol à l’aide des écrans tactiles. Pagayer à l’aide du pavé tactile arrière est également une bonne idée.

Tout comme l’était Assassin’s Creed II en son temps, ce premier épisode sur Vita manque de finition globale, et c’est rageant. A vouloir trop en faire, il est difficile d’aller en profondeur dans tout ce qu’on entreprend.

La belle sait user de ses charmesLe jeu souffre dès lors de nombreux petits bugs, parfois anodins, parfois vraiment dérangeants. On citera pèle-mèle des problèmes de collisions, des repop trop brusques, des baisses de framerates en ville, des combats en mêlée très brouillons. Fort heureusement, le combat à distance est lui bien efficace… et à privilégier.

Un must-have pour tous !

 

A coté de cela, le jeu possède une vraie aura et n’a rien à envier aux autres épisodes. C’est tout simplement un des meilleurs jeux de la portable de Sony. Riche en choses à faire avec une durée de vie honorable, beau et fluide, des terrains de jeu immense,…

Ubisoft a réussi son pari et propose un jeu que tout possesseur de Vita se doit d’avoir.

Entre l’aventure solo, ses quêtes annexes, le commerce à développer, la recherche de pages et des oeufs de crocodile ainsi que les challenges dans les missions pour les finir à 100%, le mode mulitjoueur, on a vraiment là du contenu de qualité sur lequel on passera volontier du temps, le nez plongé dans une histoire épique.

Le jeu ne justifie sans doute pas à lui seul l’achat de la console, mais s’il en est un jeu à conseiller pour accompagner l’achat de cette dernière, Assassin’s Creed 3 : Liberation serait en tête de mes propositions.

Maintenant qu’Ubisoft a trouvé ses marques avec ce premier essai sur Vita, pourquoi ne pas nous faire cadeau d’une suite, mettant de côté toutes les petites choses gênantes qu’on ne veut plus voir pour arriver à un résultat proche du très bon AC3.

Un Assassin’s Creed aujourd’hui se doit d’avoir son mode multi. Je n’ai pas eu l’occasion de mettre la main dessus. Je reviendrai sur ce mode dans un billet le détaillant complètement. Juste pour information, le multijoueur d’Assassin’s Creed : Liberation est un jeu de gestion. Je vous en dis plus très vite !

Les +

  •  Assassin’s Creed sur Vita
  •  Le contenu, presque comme sur console
  •  Foncer à toute vitesse dans le Bayou
  •  Un scénario adulte qui s’imbrique dans la meta histoire

Les –

  •  Manque de finition globale
  •  La narration un peuen dessous
  •  Baisse de framerates
  •  Le didacticiel qui casse les burnes
  •  On ne sait pas toujours comment faire

Editeurs : Ubisoft

Développeurs : Ubisoft Bulgarie

Genre : Aventure / Action / Epique

Multijoueurs : oui

Classification : Interdit aux -18ans

Existe sur : PC, Xbox 360 et PS3

Note : 16/20

★★★★☆

 

PES 2013 illustre ses nouveautés

thumbnail

La guerre des jeux de foot étant une fois de plus bien lancée, c’est au tour de PES 2013 de tenter aujourd’hui de séduire du public en présentant une nouvelle vidéo. Vous verrez que de nombreux systèmes de jeu ont été retravaillés pour un maximum de réalisme.

Pro Evolution Soccer évolue bien !Encore et toujours en guerre face au terrible FIFA 13 d’EA Sports, PES 2013 est obligé de travailler d’arrache pied ne serait-ce que pour l’égaler. Les développeurs nous proposent d’ailleurs depuis peu une nouvelle belle et longue vidéo présentant quelques aspects du jeu qui ont été retravaillés par rapport à la mouture 2012 et qui devraient pimenter et rendre le gameplay encore plus réaliste.

Vous verrez donc dans ces 4 minutes d’images explicatives que de nombreux systèmes, tels que celui de la défense, de l’intelligence des gardiens ou de la gestion des appels de balle, ont largement été corrigés et améliorés pour offrir un PES 2013 de la meilleure qualité possible à sa sortie sur toutes les plateformes fin du mois de septembre prochain.

Même si pour moi, ils sont encore loin d’arriver à la cheville de FIFA, je salue tout de même le travail des développeurs de Konami qui ne désespèrent pas et qui ne cessent de progresser ! Attention messieurs les sportifs de canapés, la guerre sera rude cette année encore car l’écart entre les deux franchises footballistiques ne fait que ce resserrer !

E3 > Conférence Sony à 03h00 … ou 3h du mat’

thumbnail

C’est ce mardi, à 3h du matin que Sony a decidé de tenir sa conférence lors de cet E3 2012. Avant de vous demander si vous serez apte ou pas de tenir éveillé jusque là, laissez-moi vous donner les présumés tenants et aboutissants de cette conférence, histoire de ne pas perturber le sommeil des voisins à coup de boutades anglo-nippones pour rien.

Deux titres jusqu’ici sortent du lot. Il s’agit bien évidemment de The Last of Us développé par Naughty Dog (également derrière Uncharted) qui a fait couler beaucoup d’encre ces derniers mois. L’autre titre attendu n’est autre que le nouveau projet « Beyond » de Quantic Dream (Heavy Rain). Projet duquel nous ne savons rien ou presque, et pour lequel l’engouement ne cesse d’augmenter. Surtout depuis l’apparition en mars derniers de Kara, « simple » démo technique des studios de David Cage

Sinon, évidemment, on va sans doute entendre parler de God of War : Ascension et on l’espère, de The Unfinished Swan. Sans parler d’une possible suite à l’une des exclus Sony (Killzone, Gran Turismo, Uncharted, …)

Et puis, quelques titres qui viendront gonfler les rangs des titres pour PS Vita. Du BioShock, Call of Duty, Assassin’s Creed : Liberation, … 

Vous l’aurez compris, cette conférence vaut définitevement l’attente et la presque nuit blanche. Il me reste à vous souhaiter une bonne soirée et restez branché, car c’est demain que les choses sérieuses commence !