Rendez-moi ma virginité !

— Bastien
/ Catégorie / WiiU

La Nintendo NX et Zelda, ce sera pour 2017 !

Mars 2017 pour être plus précis…

Nintendo met fin à une petite partie des rumeurs concernant la NX aujourd’hui. Big N vient de l’annoncer lui même dans son bilan financier : Le prochain Zelda et sa nouvelle console de salon sortiront ensemble durant le mois de mars 2017 ! Pas mal pour démarrer l’année non ?

Je peux maintenant vous assurer que la NX verra bien le jour, un jour. Et oui, Zelda fera notre bonheur prochainement sur la prochaine console de salon de Nintendo, actuellement baptisée « Projet NX« . Mais pour cela, il faudra encore attendre un peu moins d’un an… Nintendo vient de le préciser en accompagnement de son dossier de recettes de l’année fiscale (laquelle se terminait le 31 mars pour la petite info): sa nouvelle console NX sera mise en vente dans le monde entier dans le courant du mois de mars 2017 et elle sera accompagnée de la mise en rayon du nouveau Legend of Zelda. Mieux encore, pour ne pas faire de lésés, The Legend of Zelda sortirait de manière simultanée sur Wii U et sur NX. Elle est pas belle la vie ?

Bah en fait pas tant que ça. Car côté infos précises sur les deux monstres, nous n’avions rien d’autre à nous mettre sous la dent pour le moment. Pas une miette d’info technique ou le moindre screen. Tout ce que je peux vous dire en plus c’est que la NX ne sera même pas présentée à l’E3 2016 dans moins de deux mois. Par contre, ce nouvel opus de Zelda sera quant à lui la star du Line Up Nintendo à Los Angeles. Kimishima, le président de Nintendo s’est exprimé en ces termes :

« A l’heure actuelle, je ne peux encore rien vous dire sur le NX. Elle n’est ni le successeur de la 3DS, ni celle de la Wii U. Il s’agit d’une nouvelle machine qui a été concue à partir d’une nouvelle manière de penser. J’espère être en mesure d’annoncer ses caractéristiques et la manière dont elle fonctionne un peu plus tard cette année. »

Zelda sera la Star de Nintendo à l'E3 2016

Zelda sera la Star de Nintendo à l’E3 2016

Pourquoi de tels agissements me direz vous ? Pourquoi une date de sortie si tardive ? Vous qui comme moi, rêviez d’un bundle NX-Zelda sous le sapin de Noël. Ce qui aurait super bien collé à la magie des fêtes de fin d’année en plus arf ! Nintendo l’explique par le fait qu’ils veulent retenir les erreurs du passé et ne pas connaître les mêmes soucis qu’avec le lancement de la Wii U. La firme de Kyoto veut s’assurer une console compétitive et surtout un Line-Up de lancement des plus complet et intéressant avant de lancer sa nouvelle machine sur le marché. Un délai s’imposait donc. Et puis une sortie en mars 2017, ça assurait également un bon chiffre d’affaire pour l’entreprise, qui commence une nouvelle année fiscale pile-poil à ce moment là avec des ventes de consoles.

Voilà, malgré ces annonces, tous les rêves les plus fous des gamers sont encore possibles…

[Test] Pokkén Tournament

Qui veut l’adopter ?

Alors ce jeu c’est heuu… comment dire, heuu… un croisement entre… Oh et puis zut, à bas la finesse ! Tout le monde sait que je n’en ai pas. Imaginez juste un instant que les Pokémon aient passé une folle nuit d’amour, de sexe torride, avec les développeurs de Namco Bandai Games et que tout cochons ou imprudents qu’ils sont, ils ne se sont pas protégés. La logique des choses veut qu’un tel rapport honteux accouche sur un jeu de baston déjanté non ? Bin voilà c’est fait, c’est tout frais, il vient de naître et il s’appelle Pokken Tournament ! Les mignons petits monstres made in Nintendo qui font notre bonheur depuis d’innombrables années, se bastonnent maintenant comme des chiffonniers à la sauce Tekken. Reste à voir si c’est une bénédiction ou une punition pour ses géniteurs ainsi que pour les gamers…

Un bébé bien maigrichon

Le maigre casting

Le maigre casting

Après avoir annoncé le nom, la coutume belge (je ne sais pas comment ça se passe au Bangladesh) veut que nous parlions directement des références du bébé. Et ça tombe bien car c’est ce qui m’interpelle le plus avec Pokkén : A sa naissance, ce 18 mars 2016, Pokkén Tournament faisait 14 sur 721 pour 55 ! Vous ne rêvez pas, le dernier né sur Wii U ne possède que 14 Pokémon jouables, dont deux représentations de Pikachu (une fois en normal, une fois déguisé en catcheur). Je suis très très déçu, en sachant qu’il existe à l’heure actuelle plus de 720 bestioles dans l’univers Pokémon, on peut vraiment dire que le bébé n’est pas très gros en terme de combattants. Ce n’est pas non plus les quelques malheureux petits monstres supplémentaires qui servent de soutien automatisé qui viendront assouvir sa soif de grandeur. D’autant plus que côté généalogie de l’enfant, l’arbre de menu principal ne propose pas énormément de modes de jeux passionnants. La « Ligue Ferrum », qui fait office de mode histoire et de principale activité est franchement peu motivante à vivre cela dit en passant. Pour le reste des options, c’est du basique. On retrouve uniquement les gênes bastonniques qui représentent si bien le côté du papa Namco Bandai. J’espère sincèrement que Pokkén pourra très rapidement se développer avec des DLC gratuits, car pour 55€ (prix Amazon actuel) on était en droit d’attendre un contenu bien plus conséquent et surtout beaucoup plus de Pokémon !

Petit mais costaud

Des combats dynamiques

Des combats dynamiques

Ce qui est rassurant, c’est que la grossesse s’est fait dans de bonnes conditions. Ce qui permet au petit Pokkén Tournament de se reposer paisiblement sur un lit douillet de gameplay réussi. On retrouve clairement le style Tekken paternel, avec des enchainements – combos – agréables et faciles à réaliser avec un peu de pratique ou un poil d’étude dans le didacticiel, mais on retrouve surtout un gros brin de l’ADN d’un certain Naruto Ultimate Ninja Storm en ce qui concerne ses déplacements de personnages ou même les mise en scène générale d’un combat, laquelle se veut particulièrement jolie, parfois impressionnante et majoritairement plaisante à visionner. Les oppositions se déroulent clairement en deux phases successives, les mouvements dans l’arène lesquels aboutissent aux duels proprement dits (différenciables par un changement de caméra) qui s’imposent après quelques suites de petites claques aimablement offertes à l’ennemi. C’est assez fun et rythmé.

Chaque Pokémon possède ses propres attaques et grâce à quelques mécaniques de jeu bien pensées comme les contres, les Pokémon de soutien, les jauges à remplir pour déclencher les éclats ou encore les cancels, Pokkén Tournament s’avère adéquatement technique. Même si je ne suis pas le plus grand fan de ce genre d’adaptation, j’ai sincèrement pris plaisir à me battre quelques heures durant avec mon fidèle Dracaufeu. Surtout avec Dracaufeu au début d’ailleurs, histoire d’aller un peu plus vite à atteindre mes objectifs, puisque j’ai également ressenti une dérangeante impression d’inégalité entre la puissance de certains Pokémon, mon dragon fou cracheur de feu me semblant bien plus puissant que certains autres que j’avais auparavant utilisé.

Pas l’enfant prodige attendu

C'est joli, mais ça reste trop mou

C’est joli, mais ça reste trop mou

Pokkén Tournament est bien né et il se porte pas trop trop mal à vrai dire, mais se montre beaucoup trop simple. Nous sommes en présence d’un jeune jeu de baston au gameplay dynamique et accessible, avec la pointe de technicité qui lui est nécessaire, mais il lui faut clairement plus dans le ventre en terme de contenu, de puissance, pour vraiment se faire adopter des gamers et devenir l’enfant prodigue que nous attendions tous. Clairement, après quelques heures de jeu, une fois clôturée la pénible Ligue Ferrum, on a plus grand chose à faire hormis quelques combats en ligne où devient vite agaçant de perdre contre un joueur qui effectue toujours les mêmes coups avec un perso plus puissant que le votre. On se lasse et on à presque l’envie de lui chercher une nouvelle maison d’accueil.

Tout en mettant de côté qu’il est mon rêve de connaître un jour un jeu vidéo Pokémon visuellement mis en scène de la sorte, mais avec toute la dimension RPG qui a fait le succès de la saga, je vais malheureusement être sévère avec Pokkén Tournament dans sa cote finale en pensant à ce qu’il aurait pu être avec un chouya plus de travail, à savoir un vrai bon jeu de baston avec un vrai scénario, des modes de jeux un peu originaux, plein plein plein de Pokémon avec leurs attaques qu’on voit à la télé dans le dessin animé. Dommage que Nintendo et Namco Bandai Games se soient contenter de faire si peu…

NOTE FINALE : 12/20

[Test] Captain Toad : Treasure Tracker

Et si Toad était…

janvier 10, 2015

Après les énormes bastons et les incessantes explosions de Super Smach Bros, Nintendo confie au fidèle Toad la mission de faire retomber la pression et l’excitation de ses joueurs. La firme japonaise veut attaquer cette nouvelle année de manière calme et sauce champignon avec un tout nouveau jeu indispensable à tout possesseur de Wii U : Captain Toad : Treasure Tracker. Un titre frais et ingénieux qui ne manquera pas de mettre à mal votre patience et votre capacité de réflexion…

Que la chasse commence

C’est mon jeu à moi !

Le petit mais non moins célèbre champignon Toad n’avait (jusqu’à présent) jamais eu les honneurs d’être le héro courageux et solitaire d’un jeu vidéo. A mon souvenir, il n’avait été que quelque fois jouable dans l’un ou l’autre des épisodes de Mario, mais sans plus. Le problème est désormais réglé, voici enfin l’heure de gloire du fidèle allié du plombier star de Nintendo, Toad a enfin son jeu à lui ! Et qui l’aurait cru, qui aurait bien pu penser une seule seconde que sous cet air chétif, ce chapeau bombé à poids rouges, ces petites joues rebondies et ce sourire amical se cachait en fait un terrible chasseur de trésor ? A vrai dire moi je m’en doutais un peu, mais seulement depuis la sortie de Super Mario 3D World.

Le but de Captain Toad : Treasure Tracker, c’est avant tout de sauver la jolie Toadette tristement capturée, mais aussi d’amasser level après level le plus grand nombre de pièces, d’étoiles et de diamants. Donc oui, c’est totalement le même principe de jeu que le petit prélude que nous avions vécu dans Super Mario 3D World en 2013, sauf que le concept à quand même été largement retravaillé par les talentueux développeurs de Nintendo, enrichi, parfois décliné et surtout amélioré. Captain Toad nous transporte ainsi dans une multitude de petits niveaux compactés de cubes dans lesquels il faut chercher son chemin jusqu’à l’étoile finale, tout en emportant un max de bonus.

Des niveaux, il y en aura de toutes les sortes !

Ce concept n’est pas spécialement original je vous l’accorde, mais je vous assure qu’il n’en est pas moins super passionnant ! Il mise principalement sur l’observation et l’exploration des différents lieux, la réflexion du joueur et sa capacité à éviter les nombreux pièges qui l’attendent un peu partout. Notre chasseur de trésor étant particulièrement lent et dans l’impossibilité de sauter ou d’attaquer, il faut prendre son temps pour progresser. Avant d’agir ou de bouger, est impératif de d’abord comprendre la logique de chaque niveau, les mécaniques de son environnement, jouer un peu avec la caméra pour trouver le chemin à suivre, les objets à ramasser, localiser les ennemis, dénicher les blocs à pousser… De part un level desing impressionnant et allant puiser sa principale force dans un jeu de perspectives bien mis en place, les stages sont articulés autour d’illusions d’optiques, de vues cachées qu’il faut déjouer en faisant pivoter la caméra dans tous les sens pour ne rien manquer et n’avoir aucune mauvaise surprise ! C’est franchement bien pensé et génial à jouer.

Un diamant brut

Les objectifs secondaires sont là pour le challenge !

Captain Toad : Treasure Tracker à réussi à me taquiner les neurones durant les septante niveaux (soixante-dix en français et qui correspond à environs huit heures de jeu) qu’il comporte et qu’il vous faudra parcourir même plusieurs fois avant de venir à bout de ce soft haut en couleur à 100%. Traverser les stages les uns après les autres n’est guère un défi insurmontable c’est certain et ce n’est pas plus mal pour les jeunes joueurs ou les novices. Par contre, les gamers plus expérimentés comme moi auront une envie folle de terminer l’aventure à son maximum, notamment en récoltant tous les bonus optionnels et en accomplissant tous les objectifs secondaires (comme par exemple trouver un objet spécial en or, tuer tous les ennemis de la zone en leur lançant un navet, ou au contraire se la jouer sans être vu,…), ce qui devient dés lors un défi assez ardu à certains moments et qui passe obligatoirement par la rase rejouer plusieurs fois un même niveau. Quelques boss viendront aussi pimenter l’aventure de temps à autres et rendront le périple encore plus marrant.

Qui plus est que, techniquement parlant, l’aventure n’est pas bien compliquée à prendre en main. Au vu des faibles capacités physique de notre héro, sa prise en main avec le GamePad de la Wii U se fait instinctivement et en quelques minutes seulement. A noter qu’avec l’aide du stylet, il est possible d’activer le mouvement de certaines passerelles, pousser des blocs, paralyser certains ennemis pour une courte durée, interagir avec des éléments du décor comme des leviers ou des manivelles pour ouvrir de nouveaux accès, ce à quoi il faut ajouter qu’il est possible d’utiliser l’écran de la mablette pour viser en mode FPS pendant les phase de course en wagonnet, ou de souffler dans le micro pour faire s’élever certains objets pour les utiliser comme des monte-charges, même les vibrations auront leur importance.

Un bon timing est obligatoire pour éviter les dégâts

Le Capitaine Toad est aussi un champignon averti. Conscient de sa relative faiblesse, il s’est d’autant mieux préparé et équipé avant d’entamer sa chasse, car s’il se fait toucher par un ennemi une première fois, il rétrécira d’une taille comme son ami Mario et un éventuel deuxième contact sera synonyme de mort immédiate. Il faudra dés lors récupérer un champignon rouge pour récupérer sa taille d’origine. Il y a en effet de nombreux « power-up » très intéressants à dégoter et à utiliser pour se faciliter la tâche, comme par exemple les cerises qui permettent à Toad de se dédoubler, il lui est également possible d’utiliser une pioche qui le rendra temporairement invincible ou de jouer avec la lampe torche qu’il a sur la tête pour effrayer des ennemis sensibles à la lumière ou au contraire ne pas se faire repérer dans des lieux plus sombres. Il y a aussi les flèches de vitesse, les canons à navets,… etc etc. Il y a donc de quoi faire pour se défendre et s’assurer une « infiltration » digne des plus grands héros de jeux vidéos.

La cupidité l’emportera

Sauver Toadette ok, mais les diam’s c’est mieux ?

Vous l’aurez compris en lisant tous ces paragraphes, Captain Toad : Treasure Tracker est un titre génial, super fun, plein de surprises et j’ai passé un très bon moment à y jouer. J’ai tout de même quelques regrets, quelques petites déceptions que je tiens à noter dans ce test. Rien de bien méchant, mais je me dois d’en parler pour être le plus juste et le lus précis possible. Le premier étant relatif au scénario, à « l’enrobage » proposé par Nintendo pour ce jeu. Pour être franc avec vous, je n’aurais jamais imaginé que Toad soit aussi cupide et aussi accro à la recherche de pièces et diamants et qu’au final, le sauvetage de Toadette soit aussi anodin. C’est pourquoi je me questionne sur cette orientation que je ne trouve pas vraiment en adéquation avec la personnalité donnée au personnage de Toad en général. Tout en gardant le même concept et ce gameplay, je pense qu’il aurait sans doute été possible d’orienter l’histoire vers quelque chose de plus magique, de plus romantique, ou romanesque, voir héroïque pourquoi pas. Quitte à nous proposer une version de Toad différente de celle que nous connaissons, autant le faire en force alors !

C’est ensuite des manquements au niveau du contenu que j’ai envie de citer. Je suis persuadé qu’un mode coopération à deux joueurs aurait été génial ! Un joueur à la Wii Mote via la télé, l’autre sur le GamePad pour le soutien, ça aurait été top… Mais malheureusement il n’y en a pas. L’absence d’un éditeur de niveau m’attriste également, il aurait été chouette de travailler notre créativité dans ce mode et il aurait permis d’apporter beaucoup plus de durée de vie et encore plus de challenges aux fans. Cela aurait il été si difficile de les implémenter dans le soft ? Je ne le crois pas.

Du fun, des surprises et une bonne prise de tête !

Captain Toad : Treasur Tracker n’est donc pas parfait à mes yeux, mais il n’en est pas moins une petite bombe super agréable qui rafraichi mon quotidien actuellement rempli de blockbusters décevants et buggés à souhait. Il se destine pratiquement à tous les publics, tant les jeunes enfants que les novices qui se feront un plaisir de découvrir facilement cet univers coloré et peut être travailler leur représentation spatiale, qu’aux plus âgés et expérimentés à condition qu’ils n’aient pas peur de se prendre la tête pour collectionner les Perfects à chaque fin de stage. Captain Toad est un titre simple, mais efficace que je mettrais sans la moindre hésitation dans toutes les mains si je le pouvais. Uniquement par son level desing exceptionnel, son concept accrocheur et accessible, ou encore pour sa beauté, tout le monde devrait faire comme moi, le dévorer et passer un bon moment de jeu !

NOTE FINALE : 15/20

 

 

 

GA 14 : Mario Maker se dévoile dans un trailer

Create your level

Le bizarre, mais très attendu « Mario Maker » vient de refaire une apparition remarquée aux Game Awards 2014 ce weekend. Nintendo a en effet proposé une nouvelle vidéo de son jeu pour réveiller l’intérêt des joueurs et les motiver à la future création de levels Mario !

screenshot6Nintendo a profité des Game Awards 2014 qui ont eu lieu ce weekend pour proposer un tout nouveau trailer de son jeu (moi je considère un peu plus a comme une belle grosse appli créative) Mario Maker. Comme vous vous en douterez rien qu’au nom, il s’agit ici de créer soi même des niveaux à partir de nombreux éléments que l’on peut déplacer à l’aide du stylet et du GamePad. A noter aujourd’hui, c’est qu’en plus des thèmes de Super Mario Bros. et New Super Mario Bros. U déjà dévoilés il y a quelques mois, ceux de Super Mario World et de Super Mario Bros. 3 viennent de s’y ajouter !

En tout cas, ce trailer propose pas mal de choses intéressantes relatives au contenu, comme le fonctionnement général des créations, les innombrables possibilités du soft et surtout nous montre qu’il sera possible de faire des trucs complètement dingues avec les décors et matériaux des différents épisodes de Mario.

Mario Maker devrait sortir au printemps 2015 et exclusivement sur Wii U bien évidemment…

 

Nintendo annonce des perturbations réseau

C’est pour mieux entretenir le système mon enfant !

Une brève pour faire passer l’info : Nintendo annonce des perturbations sur ses services en ligne début de semaine prochaine. Le géant nippon organise une grosse maintenance de plusieurs jours pour ses serveurs et toutes ses plateformes. Il sera donc très compliqué, voire impossible de jouer en ligne…

Le site officiel du constructeur japonais annonce depuis quelques heures que de nombreuses opérations de maintenance de ses serveurs seront organisées les 1er, 2 et 3 décembre 2014. De ce lundi à 19h au mercredi aux alentours de 3 heures du matin, il sera particulièrement difficile, voir même impossible de se connecter aux différents services en ligne de Nintendo et donc parfois impossible de jouer en ligne ou de s’offrir un jeu sur l’e-shop.

Pour être plus précis, voici le programme de ces maintenances annoncées par la firme de Kyoto. Sans réelles confirmations que tout se passera bien comme prévu…

– Du mercredi 3 décembre 2014 à 01h50 au mercredi 3 décembre 2014 à 03h00.
Services affectés :

  • Nintendo 3DS
    • – Jeu en ligne, classements, etc. pour Steel Diver: Sub Wars

 

– Du lundi 1 décembre 2014 à 22h00 au mardi 2 décembre 2014 à 03h00.
Services affectés :

  • Wii U
    • – Jeu en ligne, classements, etc. pour DuckTales: Remastered
    • – Jeu en ligne, classements, etc. pour Nano Assault Neo
    • – Jeu en ligne, classements, etc. pour Star Wars Pinball
    • – Jeu en ligne, classements, etc. pour TNT Racers – Nitro Machines Edition
  • Nintendo 3DS
    • – Jeu en ligne, classements, etc. pour Cut the Rope
    • – Jeu en ligne, classements, etc. pour Pure Chess®
    • – Jeu en ligne, classements, etc. pour Star Wars Pinball

 

– Du lundi 1 décembre 2014 à 19h00 au mardi 2 décembre 2014 à 02h15.
Services affectés :

  • Wii U
    • – Nintendo eShop
  • Nintendo 3DS
    • – Nintendo eShop
  • Wii
    • – Chaîne boutique Wii
  • Nintendo DS
    • – Boutique Nintendo DSi

 

On a joué à Splatoon !

Et on en gardera un bon souvenir

A la Gamescom, durant la présentation du Line-Up Nintendo dans sa Buisness Area, nous avons eu le privilège de jouer quelques parties de Splatoon en privé avec quelques autres agents de presse. Cette nouvelle licence Wii U annoncée lors de l’E3 débarque un peu de nul part et n’a pas encore beaucoup fait parler d’elle, mais sincèrement elle nous a plu dés le Gamepad pris en main ! C’est pourquoi j’ai envie de vous en dire un peu plus à son sujet dans via cet aperçu. Imaginez de belles grandes arènes multijoueurs bien tordues, deux équipes de quatre joueurs déchaînés armés de pistolets à peinture, un super pouvoir de pieuvro-transformation, l’objectif de repeindre la plus grande partie de cette map, le tout avec du fun et des couleurs à revendre. C’est fait ? Vous venez alors de comprendre 99,9% du principe de Splatoon.

La guerre, mais en couleur !

4vs4, un peu de strat et de peinture et c'est parti !

4vs4, un peu de strat et de peinture et c’est parti !

Quand on joue une partie à Splatoon, chaque joueur fait partie d’une team et possède son fusil capable de tirer des boules de peinture. La mission principale est de recouvrir un maximum de zones avec la couleur de son équipe en tirant un peu partout sur le décor. L’équipe qui a le plus coloré la zone à la fin du temps imparti remporte ainsi la manche ! Mais en pratique ce n’est pas si simple, en plus d’avoir la possibilité d’éliminer ses adversaires en leur tirant dessus, le gamer peut aussi se transformer en calmar à n’importe quel moment. Ce qui lui permet de se planquer au sol, de nager à toute vitesse dans les taches de peinture de sa couleur, de se diriger dans des zones adverses difficiles d’accès et surtout de recharger son arme. En prenant bon compte de toutes ces capacités et au vu du fait que Splatoon se joue en équipe, il est dés lors primordial d’avoir au moins un semblant de stratégie avec ses comparses avant de commencer une partie. Genre un qui s’occupe de peindre tranquillement autour de son spawn, deux qui s’occupent de ralentir les ennemis au centre de la map et un qui essaie de se rendre rapidement en calamar vers un point stratégique chez l’adversaire pour repeindre chez eux ? Ca me semble bien ça ! Allez à l’attaque…

Accessibilité et 100% fun

Toutes les fonctions du GamePad sont utilisées !

Ce qui nous a frappé en premier en nous essayant à Splatoon, c’est son accessibilité. Notre cher ami Pada, qui n’avait encore jamais mis la main ni sur le jeu et encore moins sur un Gamepad de Wii U a eu un peu de mal à gérer les premières minutes de jeu, mais s’en est vachement mieux sorti dés le troisième round. Splatoon utilise particulièrement bien toutes les fonctionnalités de la « mablette » de la Wii U, tant les touches que son écran et que sa fonction gyroscopique qui est notamment utilisée pour la visée, ce qui nécessite un chouya de pratique avant de bien maîtriser toutes les subtilités du gameplay. Pour tous types de gamer, quelques minutes d’adaptation seront nécessaires pour intégrer toutes les possibilités de l’avatar contrôlé, puis en avant Guingamp, on devient un killer à prendre au sérieux dans chaque manche ! Les commandes répondent bien, les animations sont fluides et le gameplay lorsqu’on est transformé en calmar est quant à lui beaucoup plus rapide et donne aux parties son aspect fun mais aussi un côté assez nerveux. Comme je vous le disais, après quelques manches de prise en main, c’est là qu’on s’est rendu compte de l’énorme potentiel du jeu, qu’on à vraiment pris du plaisir, tant à traquer l’adversaire pour l’éliminer, qu’à utiliser les différents gadgets pour gagner du terrain ou à jouer les Picasso du dimanche sur les murs.

C’est mignon comme d’hab

Coté visuel, on reconnait facilement l’habituelle « Nintendo Touch » graphique. C’est à dire que le dessin est comme toujours très enfantin, ultra-coloré et tendant largement vers l’humour. Il n’en est pas moins très réussi pour la cause, même si je regrette un peu que les avatars n’aient pas bénéficié d’un peu plus de soin, voir de personnalisation pour leur donner un peu plus de charisme. Je n’ai pas non plus eu la chance de découvrir toutes les cartes, mais celles que j’ai pu parcourir étaient très chouettes et possédant chacune leur petit côté complexe pour poser des problèmes à l’adversaire. J’ai apprécié les petits détails sur les différentes maps, histoire de nous faire penser à des lieux spécifiques, avec une profondeur de champs qui donne vraiment vie à l’endroit dans lequel nous sommes en train de nous battre. Pour résumé vite fait mais justement, je vais dire que visuellement c’est comme toujours du très bon et du très joli, même si c’est pas de la haute qualité graphique.

Plus que tu peins, plus que tu gagnes !

Mais ? Et ? Pourquoi ?

Bien choisir son arme et ses gadgets, ça aide !

Vous l’aurez maintenant compris, j’ai passé un bon moment à mettre des boules de peinture dans la tronche de mes collègues et à peinturlurer des arènes démentielles. Cependant quelques questions continuent de me tarauder après cet essai. La première étant liée à du jeu offline. En effet, suite à son système de visée, Splatoon nous a été présenté comme un jeu Online, qui se joue avec le GamePad de la Wii U. Qu’en est il alors des éventuelles parties à la maison avec les copains sur une seule télé ? Le jeu avec une WiiMote serait elle possible et tout aussi fun ? Je n’ai pas eu de réponse très concluantes. Je me demande également si ce titre gardera tout son intérêt et toute son intensité après plusieurs heures de jeu. Car oui, c’est très fun et tout au début, mais je me pose aussi la question du maintien de l’intérêt à long terme. Surtout en cas de plusieurs défaites successives. Une fois une partie mal engagée, il est très difficile de retourner la situation, vu que moins il y a de peinture, moins on se déplace vite (et inversement). J’aurai plus que probablement les réponses à ces questions une fois le jeu sorti en 2015 !

Enfin un jeu Wii U à suivre

On fera bientôt les comptes. Mais en 2015 !

Ce n’est pas souvent que nous avons droit à une nouvelle licence chez Nintendo. Mais quand j’ai appris que cette nouvelle franchise prenait la forme d’un jeu de tir et d’action coopérative axé Online, je m’y suis directement intéressé et à juste titre j’ai envie de dire aujourd’hui après cet essai fort concluant. Splatoon a réussi à nous impressionner grâce à son gameplay accessible et nerveux, à son concept à la fois original et bien fichu visuellement et donc via son orientation qui je trouve est en opposition avec la direction que privilégie Nintendo à son habitude. Splatoon est destiné aux amateurs de jeux d’action pas trop prise de tête, aux gens qui recherchent des jeux multijoueurs hyper fun et donc il devient un jeu à suivre avec beaucoup d’attention de la part de tous les possesseurs de Wii U. Je vous laisse découvrir cette bande annonce pour terminer cette Preview, lequel vous donnera un très bon exemple de ce qu’est une partie de Splatoon et vous montrera quelques unes de ses énormes qualités.

 

 

 

Project Zero Wii U va nous mettre les boules !

Dans le bon sens du terme

Comme promis, Tecmo KOEI dévoile ce matin le tout premier trailer de Project Zero Wii U. L’occasion parfaite pour l’éditeur japonais d’annoncer l’ouverture du site officiel du jeu, mais surtout de nous faire découvrir que ce Survival Horror possède des graphismes particulièrement soignés. Si j’en crois ces images, il est fort probable que ce soft soit capable de me faire frissonner !

A défaut de muscles et de guns, j'ai ma torche et mon appareil photo !

A défaut de muscles et de guns, j’ai ma torche et mon appareil photo !

Cette première bande annonce, c’est principalement pour nous prouver que les développeurs travaillent non seulement sur l’aspect visuel du jeu, mais aussi sur son contenu. Cet épisode devrait en effet nous re-proposer les codes ancestraux qui ont fait le succès de la série, à savoir une histoire bien sombre mettant en scène de jolies jeunes filles devant faire face à d’abominables spectres et autres esprits diaboliques venus du fin fond des ténèbres. Et comme dans l’épisode de base sorti en 2002, elles n’auront qu’un simple appareil photo pour figer les fantômes sur pellicule et ainsi progresser en toute sécurité.

Ce que j’espère maintenant, c’est que le GamePad de la Wii U sera utilisé intelligemment, car je suis persuadé qu’avec un tel jeu, possédant un telle orientation et un tel style, il y a moyen de faire quelque chose de terriblement chouette en terme de gameplay. Ce qui rendrait le jeu bien plus sensationnel. On nous promet en tout cas du côté de chez Nintendo que les fonctions gyroscopiques de sa « mablette » seront utilisées à bon escient, notamment pour la visée. J’attend de voir ça !

La sortie du jeu quant à elle est prévue au 27 septembre au Japon. Ce qui implique qu’il faudra plus que probablement attendre encore quelques mois encore (surement début 2015) avant qu’il ne débarque chez nous.

 

Project CARS : Sera t’il aussi beau que prévu ?

Beauté ou qualité ?

Voilà maintenant plus de deux ans que Slightly Mad Studios nous propose des images et des trailers de « Project CARS » et autant d’années que je me pose toujours la même question : Et si ce jeu était aussi beau que sur ces impressionnantes vidéos ? Aujourd’hui, on ne déroge pas à la règle puisque le développeur anglais nous offre une toute nouvelle bande annonce qui a évidemment pour but de continuer à nous en mettre plein les yeux et de nous laisser espérer le meilleur. Entre parenthèse, cette publication aussi l’objectif d’accompagner l’officialisation son partenariat avec Namco Bandai Games qui s’occupera d’éditer le jeu chez nous. Pour une sortie dans le courant du mois de novembre prochain, il fallait tout de même un éditeur de qualité !

Même la vue tableau de bord semble parfaite !

Même la vue tableau de bord semble parfaite !

Si vous lancez la vidéo ci-dessous, vous ne manquerez pas de relever la qualité des visuels. Les véhicules semblent particulièrement réussis et posent toujours dans les conditions parfaites pour nous proposer des visuels somptueux. Ce qui me laisse tout même assez perplexe quant à la qualité finale du soft. Les trailers sont parfois (et même très souvent) trompeurs et ne révèlent jamais qu’une infime partie du jeu. Et puis, la beauté visuelle n’est pas non plus gage de réussite en terme de gameplay, donc je préfère rester prudent et garder la ligne de conduite que j’adopte depuis plus de deux ans : La prudence. Il y a effectivement de quoi s’emballer et croire en un hit en puissance, mais il faudra probablement attendre la rentrée scolaire et le début du mois de septembre afin d’avoir les vraies premières images de gameplay et se faire une première idée concrète de la valeur réelle du titre.

 

Le DLC Mercedes pour Mario Kart 8 arrivera bien vite chez nous…

Bas de gamme !

Nous l’avions appris il y a quelques semaines, Nintendo et la grande marque automobile allemande Mercedes-Benz s’étaient associées afin de proposer un DLC (ou un coup de pub, ou un vide portefeuille, une connerie, un attrape couillon, appelez ça comme vous voulez) à intégrer très prochainement dans le récent Mario Kart 8. A la base, ce contenu additionnel ne devait être proposé qu’au Japon, mais il semble désormais acquis qu’il débarque incessamment sous peu chez nous en Belgique !

Oui oui, on se moque de nous !

Oui oui, on se moque de nous !

En fait, il n’y a pas de quoi s’affoler outre mesure puisque cet ajout n’apporte que la malheureuse possibilité de sélectionner une Mercedes GLA en guise de nouveau kart. J’avoue, c’est particulièrement nul pour être franc avec vous. Ce billet, c’est surtout l’occasion pour moi de vous présenter mon indignation, l’absurde trailer qui va avec ce DLC et de recueillir vos impressions sur cette association douteuse. D’autant plus que je n’ai même pas encore de date précise à vous annoncer concernant sa sortie si ce n’est qu’il arrivera dans le courant de cet été…

En résumé :

– Nintendo et Mercedes s’associent et créent un DLC à deux balles

– On nous offre ce trailer assez suspect

– Donnez nous votre avis le concernant !

Pour moi, c’est aussi triste que désolant. Utiliser ces icônes du jeu vidéo d’une aussi mauvaise manière, pour une publicité à la con est littéralement pathétique. Je suis vraiment vexé…

Mario Kart 8 Edition Limitée : C’est commandé !

thumbnail

Je suis faible et influençable, tout le monde le sait. La preuve en est que, directement après son officialisation et l’offre de pré-commande mise en place sur tous les sites internet, je me suis offert le Pack Edition Limitée de Mario Kart 8… Je n’ai pas sur résister, je répondrai à l’appel du nouvel opus de cette saga qui m’a offert tant de plaisir par le passé.

Un poil trop cher mais...Il s’agit probablement du jeu Wii U le plus attendu de ce début d’année 2014 ! Mario Kart 8 sera disponible sur Wii U le 30 mai prochain et on sait désormais qu’il sera proposé dans une version « Édition Limitée » chez nous en Belgique. Même face à son prix assez élevé de 69€, j’avoue que je me le suis déjà pré-commandé pour être certain de le recevoir à la maison le jour J.

Rien d’exceptionnel dans le contenu pourtant, puisqu’en plus de proposer le jeu de base dans une belle grosse boîte, on y retrouve simplement une statuette de la redoutable Carapace Bleue. Bah je me suis dit que cette réplique trouverait très facilement sa place dans ma vitrine à goodies et que ce n’est pas tous les jours que Nintendo propose des collectors ! Et puis, je dois bien ça à la saga Mario Kart qui depuis ma plus tendre enfance m’a permis de passer d’incalculables heures de jeu et qui m’a offert d’inoubliables parties entre potes sur N64.